L’AFFAIRE SKRIPAL

L'affaire skripalInspirée de faits réels qui se sont déroulés à Salisbury en 2018, L’AFFAIRE SKRIPAL (THE SALISBURY POISONINGS), produite par la BBC et diffusée en France sur Arte, se révèle aussi haletante que glaçante. Sergei Skripal, ex-espion du FSB et agent double du MI6 échangé contre des espions russes, est retrouvé inconscient, sa fille Yulia à ses côtés dans le même état, sur un banc d’un parc de la ville. Ils ont été empoisonnés au Novichok, un agent innervant  létale développé par l’Union Soviétique. On suit heure par heure leur combat pour survivre et celui des autorités pour protéger ls habitants d’une contamination mortelle. Et cette mini-série en 4 épisodes se révèle juste addictive.

L'affaire skripalOn songe à CHERNOBYL, la terrifiante car tellement réaliste mini-série anglo-américaine co-produite à la fois par Sky TV et HBO en 2019 ( Voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/chernobyl.html ), L’AFFAIRE SKRIPAL  déroulée en quatre épisodes haletants a été produite par la BBC et diffusée en France sur Arte. Bien entendu, le pitch est connu de tous : ex- agent double du FSB (KGBD) au service de Sa Majesté, arrêté par les russes, Sergei Skripal est finalement libéré durant un échange de prisonniers et remis aux autorités britanniques. Sa femme décède en 2012. Sa fille Yulia est autorisée à le rejoindre en Angleterre. Le père et la fille conservent leur identité et s’installent en 2010 dans la ville médiévale de Salibury au sud du Royaume-Uni entre Bath et Southampton. Mais pour Poutine-le-terrible la vengeance est un plat qui se mange froid. Huit ans après la libération de l’ex-espion, il missionne une paire de barbouzes pour lui régler son compte. Comme à l’accoutumée lorsque le tsar du Kremlin veut liquider un opposant en occident, il use de l’arme du faible : le poison. En 2006 il avait déjà assassiné à Londres son opposant Alexandre Litvinenko, en l’empoisonnant au Polonium 210, une substance radioactive très rare. Douze ans plus tard Poutine le « killer », comme le surnomme Joe Biden, empoisonne Sergei Skripal en pulvérisant du Novichok, un puissant agent neurotoxique sur la poignée de la porte d’entrée de sa maison. Quelques minutes après avoir été intoxiqués, le père et la fille s’écroulent sur un banc public d’un parc municipal. L’AFFAIRE SKRIPAL à travers quelques personnages principaux et emblématiques nous est ainsi révélée. La série s’attache ainsi à l’inspecteur de police Nick Bailey, le premier à pénétrer dans la résidence des Skripal pour enquêter sur leur empoisonnement. Bailey tombe immédiatement malade, mais il met plusieurs jours avant d’être hospitalisé et son état se dégrade jusqu’à ce que l’armée rende ses conclusions sur la nature de l’empoisonnement de l’ex-agent de renseignements et de sa fille. On suit également le pas de Tracy Daszliewicz, la responsable de l’Agence Régionale de Santé, qui prend immédiatement les bonnes décisions pour protéger à tout prix sa population. Elle méne une véritable enquête pour retrouver tous ceux qui ont croisé le chemin des Skripal et de Bailey susceptibles d’avoir été contaminés.

Affaire Skripal

Comme dans un film de SF, les hommes en combinaisons de protections blanches et l’armée occupent littéralement la petite ville de 40.000 habitants, sauf que… c’est la réalité. La moitié de la ville est mise sous cloche tandis que nous suivons le combat du père et de sa fille et surtout du courageux policier pour combattre l’affection qui les ronge. Les trois seront tirés d’affaire. Tracy croyait avoir gagné la partie mais hélas un dramatique rebondissement relance L’AFFAIRE SKRIPAL … les deux bras cassés envoyés par Poutine se sont débarrassés du faux flacon de parfum contenant le Novichok dans une benne à ordures du centre-ville. Or un malheureux chômeur du nom de Charlie Rowley ramasse ledit flacon dans sa poubelle et l’offre à sa petite amie Dawn Sturgess. La mère de trois enfants se vaporise généreusement de ce qu’elle croit être un parfum de luxe… et se répand elle-même du Novichok à même la peau. Si Charlie parvenait à être sauvé, la pauvre Dawn n’aura hélas pas cette chance. Mais avec le décès d’une citoyenne britannique, l’affaire devient un acte terroriste. L’enquête n’a pas grand mal à prouver l’implication russe et une crise diplomatique majeure éclate entre les deux nations. Certes ce ne sera pas la guerre, mais 80 résidents russes de l’ambassade de Londres sont expulsés du pays, avec la réciprocités des ruskofs sur des diplomates anglais, lesquels et ce malgré l’accumulation de preuves ( le Novichok date de l’ex URSS, sa manipulation est si risquée ne peut qu’impliquer un État et anyway… jamais un agent du FSB n’aurait bougé le petit doigt sans l’ordre explicite de killer Vlad) continuent, comme à l’accoutumée, à jouer les vierges effarouchés. Le pire du pire, c’est que Poutine a encore récidivé, en empoisonnant un opposant, cette fois Alexeï Navalny le 20 aout 2020 qui ne s’en sort que grâce au sang-froid du pilote de son vol qui reliait Tomsk à Moscou et qui a détourné son vol pour atterrir à Kiev pour lui sauver la vie. On peut être rassuré, cette année 2021 Vladounet le tueur n’a encore empoisonné personne… pour le moment !

Unanimement saluée par la critique pour sa précision et sa réalisation toute en sobriété, tout comme l’excellent jeu d’acteurs des personnages principaux, cette mini-série de 4 épisodes tournée à Salisbury mérité aisément de se laisser dévorer en bon vieux binge watching télévisuel.

Diffusée sur Arte depuis le 10 juin 2021

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.