KATE BUSH : « Before the Dawn »

Partager

 

 

Elle compte incontestablement parmi le club ultra fermé des artistes les plus secrets au Monde. Et j’avais eu le privilège de l’interviewer en 89 pour BEST. Kate Bush est aussi discrète sur son image qu’elle sait se montrer économe sur ses publications. Alors avec ce live « Before the Dawn », les aficionados vont être comblés. D’abord parce que c’est son tout premier « live » officiel depuis…1979. Et aussi parce que l’Artiste revisite près de 30 de ses compositions, nous immergeant largement dans sa fantaisie exacerbée comme dans un bain à remous virtuel et néanmoins émotionnel.

 

Kate Bush BTD-En 1989 lorsque je l’avais rencontrée pour évoquer son vibrant « The Sensual World » Kate Bush m’avait subjugué par sa douceur et sa simplicité. Assise en tailleur, le thé à la main, nous devisions comme si nous nous connaissions depuis toujours.Normal, Kate Bush n’est-elle pas une sorcière experte en magie blanche, toujours du côté « clair « de la Force. Avec une des fan-base la plus solide de l’Histoire du rock, Kate déclenche les passions. D’ailleurs, dans toute ma carrière, c’était la première fois qu’une ITW menée en Anglais, puis traduite en français par GBD était …retraduite en anglais par des fans qui l’ont postée sur leur site web. Kate est capable de déplacer des montagnes. Et elle le prouve. N’importe quel artiste lambda publiant son premier live en QUATRE DÉCENNIES en aurait profité pour faire rouler les « hits » et nous confectionner son « Best of… ». But not Kate Bush. Depuis son désormais maxi collector’s «Kate Bush on Stage » ( sorti en France à l’automne 1979 sur l’antique label Sonopresse…yes je l’ai toujours 😉 ) elle n’avait publié aucun disque «  en public » pour la bonne et simple raison que la perfectionniste de Bexleyheath dans le Kent n’avait tout bonnement pas donné de concert.

Une folie douce et si vertigineusement créative

Kate Bush BTD-

Mais en mars 2014, sur son site web, Kate Bush annonce qu’elle va donner quinze shows à Londres, à l’Hammersmith Apollo ( l’ex-Hammersmith Odeon); mais en un clin d’œil, non seulement tous les billets sont vendus, mais les fans parviennent à faire disjoncter le site. Du coup, sept dates sont rajoutées, soit 22 concerts en tout. Un rêve pour tous ceux qui vénèrent cette artiste aussi inclassable…qu’artistique.  Car, depuis ses débuts flamboyants en 78, avec son « The Kick Inside », Kate Bush n’a jamais rien fait comme tout le monde. Portée par l’imparable « Wuthering Heights », elle aurait pu, comme tant d’autres, exploiter la veine jusqu’à épuisement de la mine. But not Kate Bush. Cette intégrité c’est tout le secret de son extraordinaire longévité.  Comme une version féminine de David Gilmour ou de Pater Gabriel, quarante ans plus tard, elle sait toujours autant nous enivrer de sa poésie aux couleurs pastel. Et ce flamboyant « Before the Dawn » peut en attester. Composé de trois CD ( 4 LP vinyles) ce monument revisite entre autres l’album de 85 « Hounds of Love » avec l’intégralité de la suite « The Ninth Wave » et la glorieuse « A Sky of Honey » de « Aerial » de 2005. Parmi les plus captivantes surprises de ce projet, on trouve également la surprenante « Tawny Moon » interprétée avec son fils. Albert McIntosh.  Produit par Lady Bush herself, le son de l’album a une pureté cristalline. Kate Bush vocalise à la perfection nous offrant sa folie douce et si vertigineusement créative. Ponctué de dialogues, comme un film clairvoyant pour non-voyants, « Before the Dawn » se révèle à l’usage totalement addictif, entêtant comme un parfum de légende. Certaines viennent à passer…But not Kate Bush !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *