Hallyday on ice

Partager

 

 Laura David

 

Je ne vous apprendrai rien en vous racontant qu’il y a vraiment de l’eau dans le gaz chez les Hallyday. Adieu veau, vaches, cochons et toute cette belle unité familiale affichée le jour des obsèques de Johnny. Again, la cupidité, l’appât du gain, du pognon, de la thune est venu tout ruiner. Un testament de droit américain déshérite complètement les deux premiers enfants du chanteur, au profit exclusif de son épouse et de ses deux petites filles…carrément ! Mais David Hallyday et sa sœur Laura sont bien décidés à se défendre et le droit hexagonal pourrait leur donner raison, tandis que les fans écœurés pourraient être tentés de boycotter le futur album post-thune. Bref, dans ce climat familial glacial et post-testamentaire, chez les héritiers de Johnny c’est Hallyday on ice 😉

 

david-hallyday-laura-smetLe dernier testament du chanteur daterait de 2014. Rédigé aux USA, selon le droit californien, il autorise effectivement Johnny à tout léguer à sa dernière épouse et à ses filles Jade et Joy. Et comme Johnny était domicilié fiscalement aux États-Unis, c’est circulez: il n’y a rien à voir. On nous donne même en exemple la succession du compositeur Maurice Jarre installé à LA et mort à Malibu en 2009 qui a  pu, du coup, spolier son fils Jean Michel ainsi que sa sœur Stéfanie grâce à la liberté totale de transmettre ou pas donnée par le droit yankee par le truchement d’un family trust. Sauf que…Maurice Jarre s’est installé aux USA en 1953 et l’essentiel de son « travail artistique » était situé dans ce pays. Tout comme ses revenus. Exit donc la « réserve héréditaire du droit français » qui interdit à un parent de déshériter complètement ses enfants. Mais le cas Johnny est bien différent. Hallyday n’a jamais vendu le moindre album aux States où il n’a non plus jamais généré le moindre dollar de droits d’auteur ou de places de concerts. L’essentiel de l’activité du chanteur est donc géographiquement situé en France. Aussi, peu importe qu’il possède une villa à LA où il était « résident californien », puisque la source de ses revenus est ailleurs c’est-à-dire chez nous. Ladite villa reviendra peut-être intégralement à son épouse, mais quid du reste, soit l’essentiel de ses biens ? La propriété de Marne la Coquette, comme celle de Saint Barth sont bien situées en territoire français et, surtout, la source des royalties est bien en Franco-française et bien gérée par la SACEM. Un juge français peut donc se déterminer compétent pour juger et dire la loi. Sur le terrain juridique, donc rien n’est plié pour David et Laura. Mais il y a également le terrain de l’opinion publique. Or la voracité de Laetitia Hallyday choque déjà tous les fans du chanteur, ceux-là mêmes qui sont censés acheter le fameux album posthume ( post-thune ?) que Warner devrait publier dans les mois qui viennent. Le « disque de l’année » pourrait ainsi se retrouver gravement impacté par l’insatiable appétit de flouze de la future « veuve joyeuse », si d’aventure les aficionados écœurés décidaient de boycotter cet album post-mortem. En clair, à trop vouloir le beurre, l’argent du beurre et le crémier, Laetitia Hallyday risque de perdre sur de nombreux tableaux, et pas seulement sur celui de l’équité, au risque de passer pour une croqueuse de diamants dans l’opinion. On peut néanmoins se demander ce qui aurait poussé le chanteur à ainsi consciemment déshériter ses propres enfants, en totale contradiction avec la loi française ? Manipulation de sa chère et tendre ? Aveuglement ? Vieille rancune ? Sénilité précoce ? En tout cas, avec tous les recours et procès prévisibles, la succession Hallyday n’est non seulement pas prête d’être close, mais entre le droit Californien et notre Code Civil la plaisanterie risque de nous offrir le feuilleton judiciaire des années à venir. Dire que Johnny chantait fièrement qu’il « n’était le fils de personne » !

« Y’en a qui naissent avec, dans leur berceau
Les milliards de leur père.
On leur apprend que tout peut s’acheter.
Les affaires, oui, sont les affaires.

Mais pas moi, non, pas moi, je ne suis pas né milliardaire.
Mais pas moi, non, pas moi, je suis le fils de personne. »

LOL

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.