Eurovision on ne change pas une équipe qui perd

En confiant l’écriture de sa chanson au funeste duo Madame Monsieur, les losers du concours de l’Eurovision de l’an passé, la France a choisi non seulement de se tirer une balle dans le pied, mais surtout de plomber les chances du craquant Bilal Hassani et de tous les symboles de tolérance qu’il représente. Après un tel échec, tous les responsables hexagonaux liés de près ou de loin à ce choix modèle Titanic devraient être immédiatement sanctionnés et démis de leurs fonctions pour laisser place à une nouvelle équipe. Autopsie d’un dramatique accident industriel….

Duncan LaurencePremier constat de ce concours de l’Eurovision cuvée 2019, côté organisation, on peut dire que le petit État d’Israël a assuré comme un champion. Réalisation du show, décors, éclairage, etc… la « terre promise » a tenu toutes ses promesses. Second constat, cette fois concernant le vainqueur Duncan Laurence, le hollandais. Il prouve qu’une belle gueule et un piano ça le fait. Pas besoin de danseurs ni de lamé or ou argent, de paillettes, explosions et autres fumigènes. Et tant pis si son « Arcade » est aussi nunuche qu’une balade de M Pokora. Même remarque concernant le second, le rapper chanteur Mahmood qui ne se plie pas à l’anglais et qui rythme et bluese en italien pour une jolie performance. En troisième position, le malheureux russe semble s’être coincé la peau des valseuses dans sa fermeture éclair. En effet c’est la seule et unique explication à ses gueulantes intempestives répétées durant près de trois minutes sur la scène de l’Eurovision. Peut-être a-t-il un peu trop visionné la fameuse scène de « Mary à tout prix » lorsque Ted (Ben Stiller) s’auto-inflige cette torture. Pauvre cosaque ! Avec l’Helvète Luca Hänni, le 4éme, son « She Got Me » est une copie au gruyère suisse de Shawn Mendes, avec déhanchements scéniques et  danseurs, une prestation sans aucun intérêt. Keiino, un fade trio électro-pop, constitué d’un beau gosse, d’une blondasse et d’un chauve…qui peut…peu, vient défendre les couleurs de la Norvège !  Enfin un artiste valable grâce à la Suède. John Lundvik black et groovy, nous offre son puissant R&B, sorte de R Kelly modèle nordique, et franchement depuis le début de ce palmarès c’est le moins moisi du lot. Johnny aurait mérité de décrocher la victoire. Retour à la case rigolade avec ce barbu barbant, tout seul sur scène avec deux robots sortis d’un atelier de montage de chez Renault. Son nom est Chingiz, il nous vient d’Azerbaïdjan et il chante « Truth »… et vu la qualité de sa performance, il est parfaitement inutile de vous souvenir de son nom. La suivante, en 8éme position, Tamara Todevska pour la Macédoine s’est incontestablement inspirée de l’hologramme de JL Mélenchon pour se démultiplier numériquement à Tel-Aviv et entonner, quasi a capella, sa chanson étendard pour défendre la cause des femmes, veste programme fédérateur s’il en est. Musicalement c’est aussi goûteux qu’un duo de blondes, comme si Louane s’associait à Michèle Torr. Fichtre !

L’Australie, pour défendre ses couleurs, a dépêché la reine des neiges, alias Kate Miller-Heidke et c’est loin, très loin d’être une une réussite aussi bien vocale que visuelle. Mais pas pire que les anglais qui se classent bons derniers. C’est dingue que des pays aussi musicalement créatifs capables de nous inventer les Beatles, les Stones comme AC/DC ou Midnight Oil soient aussi incapables de trouver un représentant valable à envoyer à l’Eurovision, damned ! Avec les Islandais de Hatari, là on touche vraiment le fond. Terrifiant cross over entre Marilyn Manson, Ramstein et Hannibal « le cannibale » Lecter échappé de sa trilogie du « Silence des agneaux », fichtre. Électro trash, look cuir et clous sados masos. Leur seul et unique « moment de bravoure » aura été d’oser arborer un drapeau palestinien dans une compétition où en principes tous signes politiques sont prescrits. Mais Madonna a aussi joué la polémique sur le même registre, choisissant de faire porter par ses deux danseurs un drapeau israélien et un drapeau palestinien. Bon en ce qui concerne la « material girl » une autre polémique a commencé à enfler à la fois sur le pognon encaissé pour son apparition à Tel-Aviv et la qualité de sa prestation d’aucuns l’accusant carrément de chanter faux !

 

LeonoraRetour au palmarès avec le Tchèque Lake Malawi beau gosse, frais pop un peu funky à la Justin Timberlake pour un « Friend of a Friend” sans grande saveur. Seconde (bonne) surprise de la soirée avec la Danoise Leonora, chanteuse assumée décalée genre Lilly Allen, pour une petite chanson toute simple et efficace sans aucun artifice, interprétée avec juste deux figurants, un escabeau et un pull marin à rayures, franchement cela constitue le meilleur rapport qualité-prix de toute la soirée. Pas mal non plus le duo pop, tout de blanc vêtu avec son électro pop mélancolique vocalisée en slovène. Zala au micro et Gasper à la guitare se font face à face, seule ombre au tableau : la jeune chanteuse ferme tout le temps les yeux.

 Enfin, à la 14éme place voici Bilal Hassani, notre candidat français, lui aussi tout de blanc vêtu…avec quelques paillettes. Que dire….certes le gamin incarne de belles valeurs, de respect, de tolérance, d’égalité. Il est vraiment touchant. Les symboles sont au top, incarnés par son personnage fantasque de jeune et rafraichissante égérie LGBT perruqué, entouré de ses deux danseuses « atypiques », l’une en surpoids qui fait preuve d’une grâce bouleversante comme sa collègue asiate qui ne danse qu’à l‘émotion puisqu’elle est mal-entendante. Jusque-là, pour Bilal c’est un « sans faute ». Mais alors, à quel niveau s’est produit ce terrible accident industriel qui voit l’espoir français mordre la poussière et se retrouver relégué à la 14 éme place du classement…soit précisément une place APRÈS le dramatique « Mercy » des funestes Madame Monsieur de l’an passé ? Mais voyons, en France, on ne change pas une équipe qui perd…la preuve !Bilal Hassani

Flashback, voici quelques mois déjà, dans une salle de réunion de verre et d’acier de France télé, dans le 15éme arrondissement parisien une « task force » se réunit pour mener à bien cette ambitieuse opération commando : décrocher la première place de l’Eurovision et mettre fin à la malédiction qui touche les uns après les autres tous les postulant(e)s français(es) depuis près de 40 années. Ces experts toutes catégories, chant, danse, looking, coiffure, maquillage, décor, écriture/composition…, sans doute la crème de la crème de leurs professions respectives, ont vraisemblablement donné le meilleur d’eux-mêmes pour tracer un plan d’attaque, un « cahier des charges » de la future victoire de la France. Le spécialiste écriture/composition de la chanson a alors une idée de génie : pourquoi ne pas confier le job …précisément à ceux qui se sont déjà pris un râteau l’année dernière, les susnommés Madame Monsieur ? Et vous savez quoi, aussi farfelue que semble être cette idée…elle est adoptée à l’unanimité. C’est comme si on confiait les commandes du Costa Concordia renfloué au même capitaine qui l’avait déjà précédemment échoué ! Mais à l’Eurovision, en France, on a choisi de marcher sur la tête, histoire d’aller encore plus vite dans le mur. Aussi, malgré tous ses efforts, son sourire et son courage, la performance de Bilal Hassani était inexorablement plombée d’avance. D’ailleurs, avec ses pauvres 105 points la France qui n’a pas convaincu, recueille CINQ FOIS MOINS de suffrages que le vainqueur, le concurrent néerlandais. La lose intégrale ! It’s a long way to Tipperrary, comme on dit ! Pire : il parait que Bilal aurait confié TOUTES les compositions de son album à venir, intitulé « Kingdom », au funeste duo Madame Monsieur, peut-être aurait-il dû tourner sept fois son poignet avant d’apposer sa signature sur un tel pacte plombé d’avance ? Tout ce qu’on peut lui souhaiter c’est d’éviter de tomber définitivement dans les oubliettes de la pop, à l’instar de ses illustres prédécesseurs Alma, Lisa Angell, Twin Twin ou encore Amandine Bourgeois…accroche toi Bilal tu mérites mieux que cela !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.