CHOUETTES, JEUNES & CANNIBALES

Partager

 

The Fine Young Cannibals

J’avais déjà rencontré Andy Cox et David Steele avec leur groupe précédent, le fulgurant et inventif ska-band : the Beat à l’aube des 80’s, juste à mes débuts de reporter rock. Après leur split, j’avais retrouvé ce printemps 1986 le guitariste et le bassiste de Birmingham sous leur nouvel alias et avec leur nouveau chanteur, un certain Roland Gift. Trente ans plus tard…retour vers le futur groovy des Fine Young Cannibals !

The Fine Young Cannibals

Certaines rengaines ont cet incroyable pouvoir de s’insinuer dans nos neurones en les tatouant à jamais de leur beat imparable. Mais pour deux anciens membres de the Beat, cette gymnastique rythmique n’avait rien d’incroyable. Et pourtant, 30 années après sa publication leurs hits comme ce « She Drives Me Crazy » résonne toujours à nos mémoires comme un flash d’une époque peut être plus insouciante que la notre 😉 En octobre 85, je chroniquais déjà leur LP (voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/the-fine-young-cannibals-fins-gourmets.html), six mois plus tard je retrouvais ces soul-music lovers de Cox, Steele et ce Roland cadeau à la voix de pur crooner pour un BEST entretien qui se devait, forcément d’être le meilleur: re 😉

Publié dans le numéro 213 de BEST sous le titre :

CANNIBALISME

 

« Pour devenir des Fine Young Cannibals, ils ont dévoré pas mal de leurs illustres ancêtres. Ils ouvrent les portes de leur garde-manger soul-food. » Christian Lebrun

Pour rester chouettes, jeunes et cannibales, Andy Cox, Roland Gift et David Steele ont su vendre leur âme à la soul comme on tient le diable par la queue. Et vive la magie noire. Inconnu voilà six mois, le logo FYC fait tache d’huile sur nos playlists. Avec Simply Red, la soul-food des Fine Young nous réchauffe les tripes et nous aide à franchir l’hiver. Mêmes racines, même couleur, même pêche, les deux groupes balancent un premier album-claque, au succès mérité, sans un seul concert hexagonal ni vidéoclip en cinérama. C’est la soul, man. Juste la soul. A moi Arthur Conley, Sam et Otis, Marvin et les Four Tops, ces excellents jeunes cannibales vous dévorent à plaisir. Tiré d’un film sur le jazz, le patronyme leur colle à la peau. Andy, Roland et David tiennent-ils leurs promesses de FYC ?

FINEThe Fine Young Cannibals

D’abord, il y a la voix de Roland Cadeau, épaisse comme une moquette en laine; on s ‘y enfonce avec extase. Fatalement Otis, Roland Gift nous donne des bleus au cœur. Cet ancien strip-teaser de club, où les femmes enterrent leur vie de célibataire, cristallise toute la puissance du pouvoir soul des FYC. Gift c’est le tombeur, le charmeur, le crooner, le détonateur. Philadelphia Sound ou Birmingham, Andy Cox a tracé sa vie dans le sillage de sa guitare. Boulots minables dans les effluves industrielles, dame pipi d’une académie de Police, il déjantera en 78 grâce au punk et au reggae. Noir et blanc, Two Tone, sa guitare devient très vite l’élément moteur essentiel du Beat, le plus performant des groupes de la génération ska. Flegmatique et enflammé, il aligne les paradoxes. Andy Cox est, à ma connaissance, le seul Cannibale strictement végétarien. Cox c’est le fonceur, le rocker sarcastique, le farceur. Comme l’Indien de « Vol Au Dessus d’un Nid de Coucous », David Steele c’est l’homme tranquille. Originaire de l’île de Wight, il grandit dans l’écho lointain des Festivals. A seize ans, il quitte l’école pour le sourire d’une basse. Chomage, infirmier d’un hôpital psy, il jongle avec les jobs avant d’adhèrer au Beat. « Mirror in the Bathroom », « Twist and Crawl », « Hands Off … She’s Mine », les hits du Beat ont un cœur qui pulse: la basse de David.

 

YOUNG

Lorsqu’une locomotive atteint sa vitesse de croisière, il faut un sacré paquet de bonbons pour oser sauter en marche. David et Andy se sont éjectés du Beat main dans la main pour échapper à une récolte à succès qui les étranglait. Rastas pop et punk, ils n’ont par contre jamais renié cette attitude de provoc enflammée comme une chargede TNT. Lorsqu’on leur parle du Beat, ils répliquent: « C’était devenu de la merde, pas question de continuer juste pour le blé. » Avec FYC ils trouvent un nouveau souffle qui se transforme en ouragan sur la lancée de leur premier simple, le déjà méga hit « Johnny Come Home ». Invités au MIDEM pour un gala, ils s’offrent un destroy télévisé en direct en renversant un pot de yaourt sur la tronche de Matt Bianco. John Mostyn manageait déjà The Beat avant d’assumer les FYC. Ecoutons sa version cannibalesque de l’ « affaire» :

« Lorsque nous sommes arrivés à Cannes, on nous a informés que nous devions participer à une compétition débile pour élire un pseudo-vainqueur en play-back bande orchestre. Andy a décidé de saupoudrer d’une pointe d’humour cette situation ridicule. Les autres artistes refusant le boycott, il s’est juré de balancer un yaourt sur le vainqueur. En fait, il espérait une victoire de Jennifer Rush, mais ce fut Matt Bianco. Si les FYC avaient gagné, Roland aurait récolté le yaourt. Matt Bianco n’a pas apprécié le gag. Pourtant, sur la télé anglaise on avait cette émission, Tiz Waz où les artistes invités essuyaient sans cesse ce genre de plaisanterie. Bianco n’a peut être pas le sens de l’humour, le yaourt a tourné au vinaigre. »

Fun, Yaourt et Rock and Roll, les FYC pratiquent le « no future» dopé au gaz hilarant. En un an d’existence, le groupe n’a pas laissé le succès gâcher son sens de la fête. Andy, Roland et David ne se contentent pas de brouiller les cartes du marketing, ils réinventent un esprit rock et gaffeur qu’on croyait éteint à jamais. Leur musique leur ressemble, énergique et lapidaire. Ce funk sourire est aussi parfaitement huilé, c’est sans doute ce qui constitue sa force.

CANNIBALS

Vinyl junkies, les FYC ont digéré Stax, Atlantic et Motown. Dis-moi quelle est ta discothèque et je saurai qui tu es. Roland, David et Andy ont exhumé pour BEST le jardin secret où ils conservent jalousement les perles noires qui irradient le son de leur premier album.

GIFTRoland Gift

Roland Gift: « Mon premier héros c’est indiscutablement Otis Redding. Je suis tombé éperdument amoureux de la blonde platine sur la pochette d’ « Otis Blue ». Une file superbe, dont on devine à peine le visage, et la voix veloutée d’Otis, c’est Sodome et Gomorrhe. Je possède aussi un « Greatest Hits », et le somptueux « The Great Otis Redding Sings Soul Ballads » Le tout, en pressages originaux. Le seul problème, c’est qu’ils sont raclés jusqu’au fond du sillon. Dans la musique, l’abus est une preuve d’amour. Un jour je les revendrai à prix d’or à un collectionneur et je m’offrirai une discographie intégrale d’Otis. C’est un peu pathétique, mais au pays du rock and roll on s’arrache le vinyle mort. Dans ma collection on trouve aussi « Scott Walker Sings Brel ». La première fois, lorsque j’ai posé le disque sur ma platine, j’ignorais totalement que l’auteur n’était pas anglais. J’aime l’album pour Scott et sa manière de chanter. Mais ce sont aussi des compositions de Jacques Brel, il doit également compter parmi mes influences. Mon titre préféré, « Mathilda» est une histoire d’amour déchirée, une femme quitte un homme et revient. J’aime les situations amoureuses lorsqu’elles se teintent de tragédie. C’est sans doute une coïncidence, mais la plupart des chanteurs soul sont noirs ET américains. Pourtant je ne glisse pas sur les stéréotypes du genre « Les noirs sont meilleurs danseurs, ou meilleurs baiseurs que les blancs ». Cannibale oui, raciste non. Je suis pourtant forcé d’admettre que les blacks chantent mieux. D’ailleurs tous mes chanteurs de cœur sont noirs. Sam Cooke, Arthur Conley AI Green, ils me font sauter la tête. Et James Brown. Master James, mon idole car il a tant fait et depuis si longtemps avec flamme. Si ses trucs du début étaient plus rock and roll, il a très vite incarné le génie black et musclé. Pour moi, il culmine en 62 avec son « Live At the Apollo », un des premiers live de l’histoire, un coup de poing. C’est incroyable cet échange entre James et son public, une véritable extase. Du côté des femmes, je penche d’abord vers Aretha Franklin pour son dément « Walk On By». Son père avait enregistré plus de 70 albums de sermons sur Chess; Aretha n’a jamais rien connu d’autre que la musique, c’est une bête. Aretha c’est Lady Soul, la dame de cœur. Sa voix sait me briser comme le cristal. Et j’aime ça. Elle me laisse raide d’émotion. Plus jazz, mais tout aussi ardente, il y a Nina Simone pour ses versions de « Please Don’t let me be Misunderstood» et « If You Go Away », sans oublier son ardeur politique. Nina a toujours oscillé entre les love songs les plus profondes et les protest explosifs comme des cocktails Molotov. Je ne possède qu’un Best of en réédition et je suis toujours en quête de l’original de « Baltimore », son premier LP. Des années 70, je n’ai conservé que les groupes vraiment kitsch comme Gary Glitter ou les Sweet. De temps en temps, je me surprends à réécouter « Ballroom Blitz» et c’est dément. Moi j’adore, mais je n’ai jamais réussi à convaincre les autres d’en faire une reprise sur scène. Nous on en ferait une version plus décadente que le rock décadent. Mes associés ne sont pas très chauds, mais je les travaille au corps. Quant aux années 80, elles ne sont représentées que par un seul 33 tours et c’est bien entendu la nouvelle et excitante galette des Fine Young Cannibals. »

STEELE

Andy & David

Andy & David

David Steele: « D’abord les Supremes sur lesquelles je craque depuis au moins quinze ans. « Love Child» et « l’m Living in Shame» époque fin 60’s sont mes préférés. Avec les Supremes, le spectacle est total, l’image et les voix culminent en parfaite harmonie. Leurs pochettes de disques étaient parfaites, les fringues étaient superbes, elles leur donnaient l’air de sortir d’un conte de fées. Je sais qu’on raconte des tas d’horreurs sur Diana Ross, mais les chansons étaient incroyables avec ce tambourin toujours en avant. Quelle production! Sur notre album, nous utilisons beaucoup le tambourin. Un titre comme « Donr Ask Me To Choose» compte trois pistes de cet instrument, c’est la preuve que les idées géantes ne s’éteignent jamais. Dans ma collection, on trouve aussi un rayon Stax pour le Rand B de Memphis avec Booker T and the MG’s, Rufus Thomas, les Bar Kays, Wilson Pickett. Il me faut aussi citer Ray Charles pour son piano ensorceleur, un géant. Miles Davis a signé mon album jazz favori: « Kind of Blue ». Enregistré à la fin des 50’s avec John Coltrane il compte quelques splendeurs comme « So What ». Quant à Billie Holiday, je l’ai découverte il y a cinq ou six ans en passant devant une boutique. « Lady in Satin» m’a subjugué depuis et je plonge régulièrement. J’avoue que c’est un peu déprimant, et ça ne me déplait pas dans les chansons. Mais c’est une musique d’égoïste, il faut être absolument seul pour l’écouter. Je ne supporte pas qu’on discute sur la voix de Billie Holiday. Ma petite amie déteste ce disque qui est mon numéro UN de tous les temps. Avec Andy, nous avons redécouvert Elvis il y a trois ans à cause de ce film nul « This Is Elvis ». La plupart des gens vénèrent les premiers albums, nous au contraire on préfère la fin d’Elvis, sa période décadente lorsqu’il était le plus mélo avec des titres comme «Always On My Mind » ou « Suspicious Minds» que nous avons repris sur notre album. Elvis, c’est vraiment mon chanteur blanc préféré car il sonne comme personne au monde. James Brown ou Bobby Womack sont d’ailleurs les premiers à le reconnaître, il est le meilleur. Il faut aussi évoquer Little Richard pour sa classe inégalée sur une scène. Avec sa moustache il ressemble à Prince qui lui a vraiment tout piqué. Dans la période pionniers du rock, il faut citer Jerry Lee Lewis et son incroyable virtuosité au piano. Je parlais de mes disques Stax, il y a aussi un côté Motown dans ma vie musicale. J’avoue une grande faiblesse pour les songwriters du diable Holland/Dozier/ Hol/and. Supremes, Temptations, Martha and The Vandellas, les Isley Brothers, ils sont tous passés entre leurs mains. Ils quittèrent le label de Gordy en 68 pour fonder Hot Wax, leur propre marque et créèrent de toutes pièces les Chairmen of the Board, leur plus belle réussite. Motown, c’est aussi les Four Tops et un titre comme « Bernadette» a sans doute pas mal influencé le cours des FYC. Les Four Tops étaient l’archétype des groupes noirs mid sixties, une extraordinaire puissance vocale dominée par Levi Stubbs. « Baby 1 Need Your Loving » ou « Standing ln The Shadow of Love», en fait la plupart des hits des Tops équilibraient l’attrait pop et le drame. L’effet était décuplé par le travail sur les voix, tout le secret du son Motown. De 65 à 72, ils ont aligné tube sur tube sans débander, un exploit. Je suis un affreux collectionneur. Dans mon deux pièces à Birmingham j’entasse plus d’un millier d’albums. Chez moi j’écoute sans arrêt des disques, mais certains n’ont pas quitté le rayon depuis deux ans!: Je vais en exécuter un bon paquet, surtout du côté des punks inaudibles et du reggae. Je conserverai Lee Perry et les Heptones, le reste a trop mal vieilli. Chez les contemporains, les deux seuls mecs que j’aime vraiment sont Michael Jackson et Prince. En Numéro Un de mon Top 5 éternel « Little Red Corvette ii et l’album « 1999» planent au dessus de tout le reste, même si j’adore le maxi remixé de « Pop Life». Tout à l’heure, notre chauffeur nous racontait qu’il avait bossé pour Prince lorsqu’il tournait son film à Nice. Dans la voiture, il passait souvent la cassette de l’album à venir. II ne l’a pas laissée dans le lecteur stéréo, mais il paraît que c’est génial. J’allais oublier Doug E Fresh and the Get Fresh Crew. Son « The Show» est la chanson la plus agitée du genre hip hop. C’est le disque du moment de Stevie Wonder, c’est aussi le mien, en toute simplicité. »

COXDavid & Andy

Andy Cox: -« No more heroes…les autres m’ont tout piqué, les salauds. On écoute en fait sensiblement les mêmes disques de soul et de jazz. C’est le cordon ombilical qui nous lie. Heureusement, ils ont oublié mon élu: Burt Bacharach. Compositeur époustouflant des BO telles que «  What’s New Pussycat» et de « Butch Cassidy ». Il est aussi indissociable de l’éclatante Dionne Warwick. Au début, des années 60 elle avait imposé le ton Bacharach avec « Walk on By» et «  Anyone Who Had a Heart » de purs standards aux arrangements parfaits. FYC doit d’ailleurs reprendre une chanson de Burt Bacharach. Je possède beaucoup moins d’albums qu’Andy, mais ma collection est plus ciblée que la sienne. Côté country and western j’ai quelques belles pièces d’Hank Williams et de George Jones. Ce type est incroyable, il a touché à tous les styles de la country, du rock au honky tonk en passant par le plus ringard. Meilleur chanteur country du début des 60’s, ce sidérant cow-boy a déjà gravé plus de cent albums, ça fait rêver. J’aime aussi quelques groupes fêlés comme Devo, si leur pop électronique ne déteint pas sur la musique de FYC. Il paraît que je suis le solitaire du groupe. Ça me laisse tout le temps d’écouter mes vieux disques. C’est comme une école dont les cours ne finissent jamais.»

Trois excellents jeunes cannibales et leur fringale de vinyle, c’est le retour en force de l’idéal pop des sixties. Three Tops, Jackson 3, Three Seasons, Andy, Roland et David ont synthétisé les recettes à succès de leurs prédécesseurs noirs et américains. Un dernier obstacle reste pourtant à franchir: la scène. Motown ne serait pas Motown sans son Motortown Show. Pour Stax ou Elvis, c’est la même histoire. On peut passer au crible chaque titre des FYC pour dénicher ses références, mais ce qui importe avant tout c’est le choc du live. Moi je parie sur les Cannibals vivants. Verdict à Bourges début Avril, affutez vos quenottes les petits gars.

 

Publié dans le numéro 213 de BESTBEST 213 small

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *