BRAINDEAD

Partager

Braindead

C’est une drôle d’équation télévisuelle  que nous propose BRAINDEAD, une série qui mêle très habilement SF, humour et politique sous la griffe authentique d’un expert du genre aux manettes de la prod : mister Ridley Scott himself ! Diffusée depuis le 13 juin sur CBS, BRAINDEAD comptera 13 épisodes.

 

BraindeadÀ Washington, District of Columbia, la jeune et jolie Laurel Healy ( Mary Elizabeth Winstead) (découverte dans « Final Destination 3 » puis retrouvée dans l’excellent « Abraham Lincoln : Vampire Hunter) veut à tout prix boucler le documentaire qui va clore sa maitrise de cinéma. Son père, politicien à la retraite, lui offre un financement…à condition qu’elle accepte de servir d’assistante parlementaire pour son frère, le Sénateur Démocrate Luke Healy ( Danny Pino) (COLD CASE). Sur fond de tentative de deal entre Démocrates et Républicains, histoire d’éviter un blocage de toute l’administration, suite à un chantage exercé par la minorité républicaine – un fait authentique qui a paralysé Washington en 1996 durant 21 jours suite à un désaccord sur le budget puis à nouveau en 2013 durant 16 jours et toujours par les Reps voulant à tout prix bloquer la réforme sur la sécu baptisée Obamacare- on se dit que l’on navigue entre À LA MAISON BLANCHE et HOUSE of CARDS…sauf qu’un ingrédient SF joue la « réalité augmentée » : débarquée de l’espace jusqu’à Washington, des fourmis aliens se glissent, par l’oreille dans le cerveau humain, pour en prendre le contrôle, d’où le titre BRAINDEAD en référence aux neurones fucked-up, bouffés par les terribles insectes extraterrestres présents dans toutes les personnes infectées.

Véritable ODNI (Objet Drôle Non Identifié)Braindead

 

Et là, soudain on songe plutôt aux légendaires ENVAHISSEURS et à leurs aliens au petit doigt rigide. Ici, les humains « vampirisés » se reconnaissent aisément : ils affichent tous la même joie de vivre aussi béate que forcée. Et, surtout, ils se mettent tous à écouter un vieux hit des Cars « You Might Think », extrait du LP de 84 « Heartbeat City ». BRAINDEAD emprunte également à l’absurde, mais néanmoins jouissif « Mars Attack ». Enfin, dernière strate et non la moindre de ce feuilleton protéiforme : l’humour. BRAINDEAD pioche également dans le gag, à l’instar d’une série telle que VEEP, par exemple où notre compatriote Julia Louis-Dreyfus incarne avec art l’incorrigible potiche gaffeuse Selina Meyer, Vice Présidente des USA. Véritable ODNI (Objet Drôle Non Identifié), l’ambitieuse BRAINDEAD semble, en tout cas sur ce pilote, tenir toutes les promesses de son créateur, le-entre autres- géniteur de « Alien » et de « Blade Runner » Sir Ridley Scott. Ainsi lorsque la tête du scientifique en charge de la météorite qui contient les fourmis explose projetant des matières cervicales à la ronde, on ne peut s’empêcher de songer à ces corps humains qui se désintègrent systématiquement lorsque l’Alien de Alien cesse de les utiliser comme hôte. BRAINDEAD n’a décidément pas fini de nous faire rire tout en claquant les dents à la fois, ce qui constitue, je vous l’accorde, un certain prodige télévisuel.

Diffusée sur la chaine CBS depuis le 12 juin 2016

 

 

 

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *