ALEX RIDER

Alex RiderBien plus aboutie que son ancêtre pétard mouillé au cinéma « « Alex Rider Strormbreaker de 2006, ALEX RIDER mini-série en huit épisodes est à la croisée des chemins des films « Spy Kids » et des franchises JACK RYAN ou Jason Bourne, avec cette petite touche « so British », à l’instar d’un James Bond ado, portée à bout de bras par la performance du jeune Otto Farrant dans le rôle-titre.

Alex RiderStatue de la Liberté, plans aériens de New York. Un type à casquette conduit une camionnette dans un building siglé Roscorp, siège de l’empire médiatique dirigé par Michael Roscoe. L’homme gare son véhicule au parking souterrain et sort une grosse mallette. Il passe un badge et pénètre dans une pièce. Il ouvre la mallette et en sort un truc électronique qu’il place dans une machine qui lui permet de contrôler un ascenseur à distance.  À l’intérieur du building, le fameux businessman Michael Roscoe échange avec son fils Parker. Puis il s’apprête à quitter les lieux et à monter dans  son ascenseur privé… sauf qu’il n’est pas là, c’est juste une image holographique générée par le mystérieux intervenant et forcément, dès qu’il tente d’y mettre un pied… il tombe dans le vide. Une fois son forfait accompli, l’homme à la casquette range son matos. Le fils n’a rien vu.

Générique. Belles images genre James Bond sur compo musicale funky et titre: ALEX RIDER

Plus tard, à Londres, Alex (Otto Farrant révélé par le film « Clash des Titans) ), en school uniform vert, échange avec  Tom, son meilleur pote avent de rejoindre sa classe, où a lieu un cours sur la littérature anglaise. Tom le chauffe sur une fête géniale sécrète dont il a l’adresse sur son mobile. Sauf que le prof le grille et confisque le phone. C’est alors qu’Alex entre en action. Il enjambe le mur d’enceinte du lycée et escalade les murs comme un chat… jusqu’au 3éme étage, puis il arpente les couloirs du bahut. Il pique un trombone dans un pot sur le bureau du prof, le plie un peu et crochète le fameux tiroir où le phone avait été confisqué. Du grand art. Sauf que… il se fait pincer et a droit à un savon par son oncle Ian alerté par le lycée. « Les actions ont des conséquences » lui dit-il : le phone est à nouveau confisqué. À la télé, la mort du génie des médias Michael Roscoe est à la une. L’homme est un des clients de son oncle à la banque. Dans la soirée, Tonton est appelé pour un mystérieux RV avec un collègue, alors Alex, trompant la surveillance de Jack Starbright ( Ronke Adékoluejo), l’étudiante US qui tient la maison fait le mur et rejoint son copain Tom Harris ( Brenock O’Connor) à la fameuse party. En fait, le tonton pas du tout banquier bosse pour les services secrets et il enquête sur la mort suspecte de Roscoe. Mais son collègue Martin est un fucking Judas qui le trahit. Ian est carrément exécuté sur place. Lorsque Alex rentre de sa fête, les flics sont déjà à la maison… et lui annoncent le décès de son oncle… soi-disant tué sur le coup dans un terrible accident de voiture parce qu’il roulait trop vite. Bien entendu on refuse de lui montrer le corps prétendument trop abimé par le choc. Tu parles !

 

Alex RiderMais Alex manifestement a des soupçons, car son oncle ne dépassait jamais la vitesse autorisée. Les « collègues » de la banque viennent le réconforter, mais boutent en touche lorsqu’il évoque le sujet de la dernière discussion avec son oncle : une école privée exclusive baptisée Point Blanc pour ados friqués à problèmes où étudie Parker Roscoe. Et Alex fait son enquête : son oncle n’a été admis dans aucun hôpital aucune morgue, nada. Alors il décide d’utiliser la fonction « Localiser mon iPhone ». Et le localise dans une zone industrielle. Il va voir sur place. Et trouve de drôles de zigues près d’un bâtiment à l’aspect désaffecté qui s’affairent autour du véhicule de son oncle et il est intact, contrairement à tout ce qu’on lui a raconté. Il poursuit alors la voiture qui pénètre dans un parking privé puis dans un entrepôt sombre. Surpris par un homme, il l’assomme  carrément en expert du Krav Maga qu’il est. James Bond, o, vous dit ! Mais quelqu’un le hèle bientôt : « Bonsoir Alex. Calme-toi, on va boire une tasse de thé et discuter. ». il est en fait chez les collègues de son oncle pas du tout banquier, mais agent secret au sein du « Département des Opérations Spéciales » et ils vont tenter de le recruter. Là, ils lui avouent que Ian n’était pas du tout banquier et qu’il travaillait pour « nous ». Alors Alex demande : mais c’est qui « nous » ? « Une division spéciale de l’intelligence British. Le MI6 recueille des informations et nous nous les … exploitons par tous les moyens nécessaires. Et ton oncle était un de nos meilleurs agents de terrain. « Et ils lui proposent carrément un job. Ce qu’il refuse, les envoyant  carrément se faire foutre. Mais, dès le lendemain matin, des agents de l’immigration se présentent à son domicile et menacent d’expulser Jack, la jeune fille qui tient la maison et qui est aussi la confidente d’Alex. Coup depression, of course… Puis se sont les agents de la protection des mineurs qui débarquent pour le « pacer «  en famille d’accueil…alors il rappelle les  « collègues » de tonton disant qu’il accepte leur proposition et, comme par miracle, tous ces fonctionnaires reçoivent un appel sur leur portable et prennent le large sans demander leur reste. À l’extérieur le boss du Département des Opérations Spéciales l’attend dans sa voiture avec chauffeur. Alex monte à bord. Plan de fin… Tournée entre Londres et la Roumanie, la série ALEX RIDER, diffusée sur Amazon, dès ce tout premier épisode semble tenir toutes ses promesses d’un Jack Ryan, en culottes courtes ou plus précisément d’un James Bond version teen-ager, prêt à en découdre pour retrouver les assassins de l’oncle Ian et à se battre comme un grand pour « queen and country » comme on dit là-bas !

Diffusée sur Amazon Prime depuis le 4 juin 2020

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.