ADIEU VANGELIS L’EGONAUTE

VangelisVoici 41 ans dans BEST, GBD rencontrait l’immense Vangelis O . Papathanassiou pour percer avec lui le secret de ce que j’avais qualifié d’ « égonaute », soit le fait de composer, d’interpréter, d’enregistrer, d’arranger, de produire seul sa musique en studio. Alors qu’on apprend hier la mort du génial magicien grec des synthés terrassé à Paris par le COVID, mon cœur saigne, cependant je tenais à lui rendre l’hommage qu’il méritait en re-publiant cet entretien vintage. So long mister V 😭 !

VangelisBien sur, comme tant d’ados de mon âge à l‘époque j’avais dansé lors de mes premières boums sur les hits dorés des Aphrodite’s Child tels « It’s 5 O’ Clock » et « Rain And Tears », mais c’est surtout avec le monumental  double LP« 666 » que j’ai commencé à vénérer ce groupe grec arrivé par hasard en France dans le tumulte de la révolte de mai 68 ( Voir sur Gonzomusic  https://gonzomusic.fr/aphrodites-child-666.html ). Vangelis avait composé la majorité des titres de cet album aussi planant qu’un « Ummaguma » du Floyd. plus tard, au crépuscule des 70’s lorsque j’ai rencontré François Reichenbach qui avait tourné un petit documentaire sur  un ami non-voyant, Gilbert Siboun et notre bande de potes qui l’entourait, j’ai découvert que Vangelis signait toutes les Bandes Originales des documentaires animaliers de Reichenbach  tels «  Le carnaval des animaux », « La fête sauvage » ou  encore « Opera Sauvage » capturés dans son fameux studio Nemo de Londres.

Francois Reichenbach

Francois Reichenbach

C’est ainsi que quelques mois après mon arrivée à BEST, je propose à Christian Lebrun un sujet ambitieux consacré à ces artistes qui enregistrent seuls leurs albums en studio comme un « one man band ». « La meilleure façon de créer c’est dans la solitude », m’avait confié  Vangelis. Certes je n’avais pas encore rencontré Prince à l’époque – mais cela ne devait guère tarder puisque le concert du Palace où je l’avais interviewé s’est déroulé quelques mois plus tard-, mais pour cet article du numéro 160 de BEST que Christian Lebrun avait titré « One Man Show » j’avais réuni un casting de stars avec à l’affiche Stevie Wonder  ( ( Voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/stevie-wonder-la-merveille-de-detroit.html ), Stevie Winwood ( Voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/?s=Stevie+Winwood+ ) , Todd Rundgren ( Voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/all-my-new-york-1981-heroes.html ), Vangelis O Papathanassiou et un certain Jean Philippe Rykiel  ( Voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/?s=Jean+Philippe+Rykiel++ ).  C’est dire si l’annonce du décès de Vangelis O Papathanassiou hier à Paris terrassé par le fucking COVID à seulement 79 printemps m’a filé un sacré coup de blues. En hommage à l’immense compositeur de « Blade Runner », des « Chariots de feu » et de tant d’autres BO de films, héros de la musique électronique, mais aussi un rebelle invétéré qui n’aura jamais cessé de se battre pour son indépendance et contre le capital, voici l’entretien qu’il m’avait accordé en septembre 1981 dans la foulée de son LP en duo avec Jon Anderson de Yes «  The Friends of Mister Cairo ». Triste flashback…

 

666Publié dans le numéro 160 de BEST sous le titre :

 

NEMO

 

Après Todd, encore un forcené du recording en solitaire : Mister V a déjà enregistré 10 LP solo et il ne semble pas près de s’arrêter  en  si  bonne  autoroute.  Depuis « 666 » et sa Deux-Chevaux qui percute un mur de brique (symbolisant la destruction du joujou  Aphrodite’s  Child  par  son cerveau), Vangelis a sauté le pas des stades !successifs. La période Rossif et ses longues  plaintes  musicales,  la  période  «Albedo » et le côté spatial, la période « Beaubourg » et sa récupération comme chair à  jingle, etc. Vangelis seul, ou en duo avec Irène « Infinity » Papas ou Jon Anderson, s’est toujours tiré juste à temps des créations trop rangées. S’il n’a pas, au niveau créatif,  autant  de  diversité  que  Todd,  Vangelis pratique,  par  contre,  comme  lui,  l’alternance  LP  solo/LP  groupe  ou  groupe  de  création.  Enfin,  dernier  parallèle  avec Todd, V avoue aussi qu’il ne peut pas se passer  d’un  assistant  lorsqu’il  enregistre. La  solitude  des  égonautes  ne  serait-elle  qu’une simple légende?  Pour  en  savoir juste un peu plus, je suis allé gratter à la porte du pied à terre parisien de Vangélis…

« Tu  n’es  jamais  réellement  seul  dans  ton  studio ; en fait, il y a toujours un assistant avec toi ?

J’ai  toujours  un  assistant  parce  qu’il  faut bien  que  quelqu’un  m’aide:  l’homme  ne peut pas tout faire seul. Il ne peut pas non plus se dédoubler. Au moment où moi je suis en train de jouer, il faut que quelqu’un pousse le bouton du magnéto et fasse un peu attention aux VU-mètres.

Et la télécommande?Vangelis

Ça c’est possible de le faire, mais ça ne me gêne pas d’avoir un assistant. Dans le fond, c’est même plus facile. Surtout pour opérer  avec  les  magnétos  parce  que  tu perds beaucoup de temps.

(Parenthèse technique : depuis l’interview de  Vangelis,  j’ai  visité  le  studio  Family Sound à Paris, là où Higelin a enregistré (entre autres) « La bande du Rex ». À Fami­ly, on a résolu le problème de manipulation des machines posé par Vangelis. Un cerveau électronique relié à la console et au magnéto  programme  et  analyse  chaque piste enregistrée. Cela supprime complètement  toute  la  manipulation  des  aller- retours  pour  repérer exactement  le  morceau  de  bande  à  ré-enregistrer.  Avec  le computer, il suffit d’appuyer sur un bouton et  youpee,  la  machine  s’arrête  aussi  sec qu’un beauf en Renault 14 Poire face à un représentant de l’ordre. Voilà  qui rajoute une agréable  pincée  de  suspense  dans  notre  trip chez  les  égonautes  et  la  solitude  va  rebondir à nouveau sur le tapis vert.)

Ta musique a souvent servi de toile de fond sonore à des films, comment travailles-tu ?

Avant  tout,  je  vais  voir  le  film  et  je rencontre le metteur en scène pour discuter avec lui. Après, c’est au feeling : c’est le plus important. Le reste, ça n’est que de la spéculation. La technique, c’est important, mais utilisée pour servir le feeling. Il faut sentir la chose sans romantiser (sic), sans la  transformer  en  quelque  chose  de  trop cérébral pour finir par l’avoir en soi.

Est-ce   que   la   solitude   permet   de   mieux faire exploser ce feeling ? Avec un groupe n’es-tu pas, de toute façon, tributaire de la personnalité des autres?

Je crois qu’en effet la meilleure façon de créer, c’est dans la  solitude. Mais il y a dans certaines créations un travail collectif,  j’en  ai  fait  aussi  l’expérience.  En  fait, chacun de nous, chaque individu peut être un créateur.

Everybody’s a star?Vangelis

Qu’est-ce que ça  veut dire star, ça n’est qu’une valeur sociale. Star est le phénomène qui démontre l’existence d’une in sécurité collective et elle passe par l’admiration de quelqu’un à qui on colle un sticker « star » pour justifier certaines choses. Ça devient une valeur commerciale : on y trouve à vendre et à acheter.

On devrait donc l’écrire $-t-a-r !

Exactement.

Et  si  on  parlait  un  peu  de  Nemo  (le  home studio de Vangelis). Comment va-t-il?

Ah  (rires)  il  va  bien.  Nemo,  il  se  bat contre le commerce. Bien sûr, il en a besoin pour vivre, mais il est conscient que là n’est pas sa seule raison d’exister. Il utilise le business  pour  survivre.  Nemo  est  extrêmement fidèle, mais moi je lui suis fidèle aussi.

Et ton  petit séjour  à Davout  pour le  disque Vangelis avec Jon Anderson ( « The Friends Of Mister Cairo ») ?

Ça c’est autre chose, c’est un travail avec quelqu’un d’autre. On s’est retrouvé à Paris  avec  Jon  et  comme  nous  avions chacun du temps libre, ça nous a donné envie de faire quelque chose ensemble. En tout,  nous  avons  passé  quatre  jours  au studio Davout, mais c’est vraiment exceptionnel. Et puis, c’est juste la première fois.

Donc Nemo ne va pas trop t’en vouloir?

Non, non… au contraire puisqu’on a fini le disque là-bas.

À quoi ressemble-t-il physiquement?

Physiquement… il n’est pas mal: c’est un bel animal à 24 pistes, avec beaucoup de claviers et des percussions dans tous les coins.  Nemo  est  assez grand,  il n’a  rien d’un studio conventionnel.

Qu’est-ce que Nemo a de  plus qu’un studio traditionnel?

Ce qu’il a de plus ? Il est tranquille, il a l’âme,  tu  vois.  Et  surtout,  il  n’a  pas  ce réflexe : faire de l’argent.

Tu   veux   dire   que lui au moins ne regarde   jamais sa montre ?

Non, parce qu’il n’a pas de montre. Mais c’est très à l’aise, on peut se mettre comme dans  un  appartement.  En  plus,  c’est  en plein  centre  de  Londres,  à  Marble  Arch, juste en face du Park.

Tu   le   fréquentes   depuis   longtemps?

Ouais, depuis 1975 exactement, lorsque je l’ai conçu pour être enfin indépendant. Mon premier album à Nemo, c’était « Heaven and Hell »  et, depuis cette date, on est comme des amis intimes. J’ai d’ailleurs enregistré des bandes là-bas avec Jean-Philippe  Rykiel.  J’aime  vraiment  ce qu’il fait il a l’art de cultiver une certaine beauté.  Je  n’ai  pas  encore  écouté  son disque. Mais même s’il le rate, ça n’est pas grave, on ne peut pas juger quelqu’un sur un  premier  disque.  De  toute  façon,  il  a vraiment du génie et une sensibilité fantastique. »

À suivre….

Publié dans le numéro 160 de BEST daté de novembre 1981BEST 160

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.