Tiny Doo : le rap du bagne

Partager

Tiny Doo

En Californie le rapper Tiny Doo risque 25 ans de prison pour avoir écrit et chanté des textes qui glorifient la violence. Et si le législateur Français copiait son collègue Américain ?

Tiny DooTiny Doo, de son vrai nom Brandon Duncan est un rapper de San Diego. Il a déjà passé huit mois derrière les barreaux et il encoure une peine de 25 ans en vertu d’une loi obscure qui rend illégal tout revenu lié à des activités de gang. Il s’agit de l’article 182 alinéa 5 du Code Pénal de Californie qui sanctionne toute participation à un gang engagé dans des activités criminelles ou qui en tire des revenus. C’est cet « qui en tire des revenus » qui constitue l’épée de Damoclès suspendue au dessus de la tête de Tiny Doo. En effet ce dernier est accusé d’avoir conspiré en bande organisée avec 14 autres membres d’un gang pour avoir distillé la crainte et la terreur suite à de nombreux échanges d’armes automatiques à travers San Diego en 2013. Or dans son album « No Safety » les juges ont relevé les paroles suivantes : « Il n’y a pas de cran de sureté sur le flingue que je tiens » pour preuve d’adéquation avec les activités reprochées au gang. Pourtant nul ne suggère que le rapper a lui même appuyé sur la détente. Car si Tiny Doo rappe sur des sujets violents, son casier judiciaire est encore vierge. « Le studio d’enregistrement est comme ma toile » s’est-il expliqué au micro de CNN, «  Je n’engage personne à tirer avec une arme à feu ». Bref, Brandon Duncan ne ferait usage que de sa liberté d’expression.  Le procureur de son coté prétend posséder d’autres preuves à charges contre le rapper, notamment des publications sur les réseaux sociaux, oubliant que justement au niveau fédéral aux USA le « First Amendent » garantie fermement la liberté d’expression. Adapté à notre pays au vu des récents attentats en France et des nombreux commentaires qu’ils ont généré sur internet, avec une telle loi le procureur chez nous pourrait envoyer des dizaines voire des centaines de personnes sous les verrous…mais que fait donc le législateur ?

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *