THE ROLLING STONES IN LA… THE NEVER ENDING TOUR

StonesBoostés par la fougue funky de leur nouveau batteur, les Rolling Stones ont mis le feu au tout-nouveau-tout-beau SoFi Stadium à Los Angeles, énième ville-étape de leur « No Filter Tour » entamé… excusez du peu, mais aussi pour cause de pandémie… le 9 septembre 2017. C’est à se demander si « le plus grand groupe de rock du monde » ne s’est pas embarqué dans un « never ending tour » façon Bob Dylan ? Cependant, le show exceptionnel de Los Angeles n’a absolument rien à voir avec les trois concerts auxquels on avait pu assister à la U Arena de Nanterre fin oct 2017…

Stones finalPar notre envoyé spécial à Los Angeles

 

Aller voir les Rolling Stones en concert à Los Angeles… ça méritait bien de se casser un peu le tuchès pour décrocher un visa de journaliste, seule possibilité de contrer le ban mis en place par Biden interdisant le sol US à tous les résidents de l’Union Européenne, non ? En tout cas la fonctionnaire de l’Ambassade US n’a pas rechigné à le délivrer pour que nous puissions vous faire partager un tel moment crucial de l’histoire du rock. Déjà le lieu : ce SoFi stadium adossé au légendaire LA Forum, beau comme un vaisseau spatial dans le ciel de Los Angeles. Mais le plus bluffant, au-delà de l’architecture dubatiment flambant neuf, c’est la qualité du son en live : aucune distorsion, un son puissant porteur d’une incroyable énergie. Car dès le tout début du set, entamé par un « Street Fighting Man » conquérant, on comprend que Jagger, Richards, Wood and co ont placé la barre particulière haute.  Et comment en serait-il autrement après le décès de Charlie Watts à la fin du mois d’aout dernier ? Mais désormais les Stones comptent 5 blacks dans leurs rangs et si l’on ajoute les négres-blancs que sont Jagger et Richards, on comprend qu’il s’agit désormais d’un groupe majoritairement… black. D’ailleurs, ce soir jamais « Paint It Black » n’aura été autant peinte… en noir. 

GBDNon seulement cette nouvelle formule des Rolling Stones déploie un énergie de totale folie, mais de surcroit les ultra-classiques que nous connaissons depuis des lustres sont remodelées façon funk incendiaire ( « Miss You »), soul profonde ( «  Gimme Shelter » ( en sublime duo avec la choriste Sasha Allen, jeune Tina Turner explosive face à un Jagger d’exception), ou carrément gospel ( « You Can’t Always Get What You Want »). C’est juste bluffant, Jagger danse comme s’il avait tout juste trente ans, tandis que Richards et Woods s’éclatent  avec une joyeuse intensité qu’on n’avait pas mesurée depuis longtemps. Sans décors inutiles à la « Steel Wheel Tour », sans Barnum ni frime, le grand show des Stones n’est focalisé que sur un seul objectif : la musique. Et croyez-moi, ce soir d’octobre 2021 au SoFi Stadium de LA, elle règne en maitre. 90 minutes et 19 brulots d’un show exceptionnel, peut être à mon sens l’un des deux meilleurs concerts des Rolling Stones avec l’Olympia en juillet 95, je suis encore sur mon petit nuage… ce qui ne m’empêche pas de cogiter et de me dire qu’avec un tel groupe, on va peut-être enfin  pouvoir se régaler  déjà d’un live flamboyant reflétant ce show incroyable de Los Angeles, mais surtout  on peut désormais être assuré qu’un successeur de « A Bigger Bang » publié tout de même voici … 16 ans … va ENFIN voir le jour, un vrai puissant et donc funky soul nouvel album des Rolling Stones. Cela fait carrément rêver. Mais après un tel show… anything’s possible !

Stones

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.