SWAMP THING

SWAMP THINGÇa, c’est l’histoire d’un accident industriel télévisuel : SWAMP THING, dérivée de la BD homonyme des 70’s. Malgré son logo DC comics attestant son appartenance à l’univers des super-héros Batman/ Superman, peu de temps après la diff du premier de ses dix épisodes, les producteurs décident de jeter l’éponge, un forfait aussi précoce assez rare à la télé pour être remarqué. Bref, SWAMP THING c’est hello…goodbye » !

SWAMP THINGBon, il faut avouer que le visionnage du pilote de SWAMP THING était déjà assez éloquent et si cela n’embaumait pas l’odeur des marécages – swamp thing = la créature du marais- tout vieux briscard des séries TV pouvait aisément sentir venir l’odeur du roussi…du sapin…voire des deux. Jugez-en par vous-même…

Ça commence…devinez où ? Dans un marais bien sur ! Une barque file dans les ténèbres du bayou, dans le coassement des grenouilles. Trois types, projecteur lumineux ordinateur et GPS…mais que font-ils dans le noir ?  Arrivés à un point précis, ils larguent une boite lestée au fond du marais. Et soudain tout s’arrête, le moteur, la lumière…tout…et quelque chose tente de le percuter, quelque chose venu du fond du marécage. Un des trois gars tombe et disparait dans l’eau noirâtre. Brrrrrrr…il réapparait bientôt, ensanglanté et nageant vers l’embarcation ; mais au moment où il parvient à sa hauteur, il est de nouveau happé par le fond. Soudain, des racines se développent et grossissent à vue d’œil …elles vont attaquer. Le plus jeune balance alors un tube de dynamite qui explose et désagrège les racines offensives, mais soudain, comme dans le film d’épouvante « The Ruins » 😉 dont j’avais signé l’adaptation française, les racines reprennent soudain du poil de la bête, soulèvent la barque…et transpercent le corps du malheureux garçon qui avait déclenché l’explosion. Le troisième, seul survivant tente alors sa chance à la nage, mais dés qu’il atteint la berge les racines killeuses l’entourent et le mettent littéralement en joue  puis …fondu au noir et générique. Les cinq premières minutes de SWAMP THING annoncent la couleur…sombre, voire sinistre. Le logo DC comics nous rappelle qu’on est dans l’univers des super-héros Batman/Superman, et que cette « Créature du marais » est, en fait, née de l’imagination fertile des auteurs de BD Len Wein et Berni Wrightson au tournant des 70’s.

Synthé : « 48 heures plus tard » on se retrouve dans une classe de CM1 où une élève tousse et mouche une étrange substance verte comme un saignement de nez, mais …vert. La gamine tombe dans les pommes. Et soudain on se retrouve en République Démocratique du Congo, où des hommes en combinaisons de protection version pandémie débarquent dans une maison. Une femme ôte alors son masque pour rassurer les enfants qui y vivent. Elle s’exprime en français

 « on vient vous aider, ta sœur est très malade ». Les gamins partent à l’hôpital. Et, en deux temps trois mouvement, après avoir reçu un message, on l’expédie à Marais ( en Français dans le texte) , Louisiana, sa ville natale…là ou justement la scène d’ouverture du bateau s’est produite. Elle bosse pour le CDC (Centre des maladies infectueuses). Elle, c’est Crystal Reed, une vieille connaissance, puisqu’elle incarne la coriace Sofia Falcone dans GOTHAM. Ici, elle est le docteur Abigail « Abby » Arcane du CDC. Tout juste débarquée, elle va ausculter la gamine qui a perdu connaissance. A l’hopital elle se fait prendre à partie par Alec Holland (Andy Bean), un scientifique engagé par Avery Sunderland, puissant entrepreneur local, dont la société aurait pu avoir contaminé les eaux du marais de Marais ( 😉 ) par leurs expériences secrètes.

La doc’ retrouve son pote d’enfance, Matt, devenu Sheriff, devant une bicoque dans le bayou, là où vivait la gamine.  Si l’intérieur parait désert, des bruits étranges retentissent bientôt. Une sorte de lichen verdâtre bien dégueu court sur les murs des pièces. Doyle l’occupant des lieux n’a pas bien fini manifestement. On le découvre lui aussi « enraciné » à mort. Fichtre. Sachant qu’Abby a un vieux passif avec la famille Sunderland, dont la fille décédée était sa meilleure pote, sachant qu’on assiste à la naissance de la fameuse créature du lagon… je ne vais tout de même pas tout vous raconter, non ? Tournée dans la riante bourgade de Wilmington en Caroline du Nord, diffusée sur la chaine DC Universe, SWAMP THING exécutée dés la fin de ses 10 épisodes n’a pas su, comme on dit, trouver son public…et on le comprend !

 

Diffusée sur DC Universe du 31 mai au 2 aout 2019

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.