SQUEEZE « Babylon And On »

Partager

 

Squeeze- 

Voici 30 ans dans BEST, GBD continuait la prospection d’une pure mine de diamants pop baptisée Squeeze avec la kronik du 7éme album du fameux groupe de Londres. Dès mon arrivée au mag de la rue d’Antin, Christian Lebrun et moi nous nous étions trouvé une passion commune pour les harmonies de la formation de Tillbrook et Difford, considérant qu’ils étaient sans doute les plus proches parents des Beatles révélés depuis longtemps. Certes, « Babylon And On » n’est sans doute pas LE meilleur Squeeze, néanmoins, trois décennies plus tard, cette pop élégante continue indubitablement à défier les ages.

 

Babylon and OnEn général lorsqu’un groupe se sépare, les deux leaders s’en vont chacun de leur côté, voir la jurisprudence Gilmour et Waters avec le Floyd ou encore Lennon et Macca, avec le split des Beatles. Mais Squeeze ne fait décidément rien comme les autres. Réputés difficiles durant les interviews, les deux têtes chantantes Chris Difford et Glenn Tillbrook atomisent bien Squeeze après leur 5éme LP, l’excellentissime « Sweets from a Stranger » de 82…mais pour constituer un duo sous leurs noms patronymiques deux ans plus tard…avant de reformer Squeeze. Malgré fréquentes sautes d’humeur, les deux Squeeze n’ont jamais atteint le point de non retour de la mégalomanie façon Gallagher brothers…heureusement pour ceux qui leur tendaient leur micro comme moi. Anyway vu, ou plutôt entendu, la qualité de leurs compositions, cette pure pop British flamboyante dans la fière lignée des Beatles, des Who ou des Kinks, on aurait pu passer à la paire bien d’autres caprices. Publié cet hiver 1987, « Babylon And On » ce 7éme épisode des aventures de Squeeze sera boosté par « Hourglass » et sa vidéo bien loufoque réalisée par Ade Edmondson massivement diffusée par MTV qui devient le plus gros hit du groupe anglais aux USA devant « Cool For Cats », « Tempted » ou même « Is That Love ». Après ce « Babylon And On », Difford et Tillbrook publient encore six albums jusqu’à l’aube du deuxième millénaire. Hélas , again avec vraisemblablement de l’eau dans le gaz entre le deux musiciens, Squeeze se tait à nouveau durant dix ans pour ressurgir en 2010 avec le bien nommé « Spot the Difference » où le groupe réinterprète ses chansons favorites de…Squeeze. Suivra l’excellente compile « Cradle to the Grave » et un nouvel album « The Knowledge » tout juste publié fin octobre dernier que je n’ai hélas pas écouté…en attendant, flashback jusqu’en 87 avec ce « Babylon And On »…

 

 Publié dans le numéro 232 de BEST

Hourglass

 

Projos. Cris du public. Quelques évanouissements. Action. Imaginez sur la même scène les Beach Boys période « Fun Fun Fun » et « California Girls » avec leurs harmonies planches à surf qui défient l’équilibre, le Pacifique et la Planète bleue, les Beatles d’« Abbey Road », les 10cc de « l’m Not ln Love» et les Kinks de « Louie Louie ». Bref, 747 sièges arrachés. c’est du rock-décollage. Lennon-Mac Cartney des 80’s, Chris Difford et Glenn Tilbrook ont cassé Squeeze en 83 comme Pete Townshend démolissait sa guitare après chaque concert. Duo puis re-forma-tion en 85, le groupe rafistolé a du mal à s’arracher. « Cosi Fan Tutti Frutti », l’album précédent avait ce côté malingre de convalescent. Aujourd’hui « Babylon And On» tombe comme un communiqué d’hôpital : les professeurs Rocque et Raule ont enfin signé leur feuille de sortie à Squeeze. Agité par un parfait dosage de pop et de ferveur rock, Squeeze, sans une once de compromission joue sa plus belle partie de poker. Toutes les obsessions de Difford et Tilbrook reviennent à la charge et le résultat est magique. On retrouve tous ces jeux subtils de l’amour et du hasard pulsés en ballade rock, l’attente et la solitude. mais aussi l’humour et la bravado. Jools Holland, le clavier n’a-t-il pas été suspendu du show télé The Tube qu’il animait parce qu’il avait osé lancer un « super-fuck  à l’antenne? (Il s’est largement rattrapé après avec son désormais historique show rock sur BBC Two « Later… With Jools Holland » : NDR) Désolé les gars, « Babylon And On » n’est pas fait pour les éjaculateurs précoces. Le rock de Squeeze est aussi long que la nuit. Il est temps d’en jouir.

 

  Publié dans le numéro 232 de BEST daté de novembre 1987

BEST 232

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.