PJ HARVEY : « The Hope Six Demolition Project »

Partager

PJ harvey

Mais qu’a donc fait Polly Jean Harvey durant les cinq longues années qui ont précédé ce « The Hope Six Demolition Project » ? Facile, la chanteuse Anglaise a voyagé accompagné du cinéaste/photographe Seamus Murphy entre le Kosovo, l’Afghanistan et la ville de Washington pour trouver l’inspiration de ce 9éme album-studio particulièrement attendu et qui semble d’excellente facture.

 

PJ HarveyCertes, PJ Harvey au fil des années s’impose de plus en plus comme l’héritière la plus directe de Buffy Sainte-Marie et surtout de Patti Smith tant ses compositions ont ce coté incantations profanes d’une grande prêtresse du rock and roll. Et ce « The Hope Six Demolition Project » ne fait qu’enfoncer le clou de ce mimétisme parfaitement assumé. Ceci étant dit, cela ne retire en rien à l’incontestable qualité des compositions de la chanteuse de Somerset. Et également toute l’originalité de sa démarche artistique. Ainsi durant un mois, à cheval sur janvier et février 2015, la pourtant secréte et discrète PJ s’est livrée à un jeu inédit avec son public. Dans une galerie d’art de Londres, the Somerset House, elle s’est lancée dans un projet baptisé « Recording in progress (enregistrement en cours) » où le public pouvait assister derrière un miroir sans tain à l’enregistrement des chansons de l’album aux côtés de ses « producers » John Parish et Flood. Les visiteurs avaient auparavant accepté de se délester de leurs téléphones, pour éviter toute fuite ou enregistrement pirate. Le résultat est largement à hauteur des attentes de Polly Jean, un album massif aux compositions certes toujours aussi torturées, mais oh combien émotionnelles. On songe à son autre album particulièrement inspiré par l’Amérique « Stories From the City » et également à ses premiers CD tels « Dry » ou le puissant « To Bring You My Love ».

Les ombres tutélaires de John Lee Hooker et de BB King PJ Harvey

Dès le premier titre « The Community Of Hope » on se laisse porter par le flux impétueux de ses vocalises « à la Patti ». Aussi sombre que ténébreux, « The Ministry of Defense » offre sa longue complainte à l’image d’une prière profane en totale incantation. Si l’on pouvait encore douter de la fascination de PJ Harvey pour le blues du delta, « Chains of Keys » et surtout « The Ministry of Social Affairs » réveillent les ombres tutélaires de John Lee Hooker et de BB King. Plus légère malgré le thème abordé de la guerre, « Near The Memorials To Vietnam and Lincoln » compte parmi les chansons les plus puissantes de ce nouvel album. On succombe également à la délicatesse d’ « The Orange Monkey » qui me rappelle avec ses chœurs certaines balades des Clash sur « Sandinista ». Enfin l’album s’achève sur le lumineux quasi-gospel « Dollar Dollar » porté par un lancinant saxo et dédié, comme son nom l’indique, au culte du Dieu Dollar. En tout, « The Hope Six Demolition Project » compte 11 chansons sans concession taillées avec amour par Miss Harvey, sans doute l’une des galettes majeures de cette année 2016.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *