PET SHOP BOYS: « Super »

Partager

pet-shop-boys-

Alors, il est comment le nouveau Pet Shop Boys ? Ben, y’a des synthés et de jolis petits joyaux pop dans la plus pure tradition électro de la formation made in London. Sans oublier, bien entendu une bonne dose de nostalgie pour ce duo qui fête ses 35 printemps cette année. En un mot, comme un seul, il est …super…et ça tombe bien car c’est justement le titre de cet album… « Super »

PSB SuperL’ex-rock-critic Neil Tennant doit se marrer à lire toutes ces chroniques ultras positives sur son fameux duo formé avec son camarade Chris Lowe. Pourtant, au début de la carrière de ces contemporains de New Order et de Depeche Mode, nul n’aurait parié deux €uros sur la longévité de ces deux anciens vendeurs de matos électronique. Et, malgré les rumeurs les plus odieuses, notamment sur l’origine carrément scabreuse voire scato du patronyme du groupe, au fil des ans et des albums Neil & Chris ont rarement déçu leurs aficionados. Normal, leur pop synthétique a toujours su conserver un standard d’élégance et de qualité que tant d’autres pouvaient leur envier. Et ce 13 éme CD n’échappe pas à la règle. Mieux, à l’instar de leur petit dernier « Electric » paru en 2013, les PSB multiplient les hits comme les petits pains ( non pas au chocolat, ça c’est Copé 😉 ). Fun et insouciants, « Happiness » et son électro-pop speedée ouvrent l’album comme la promesse d’un bonheur artificiel forcément insoutenable. « It’s a long way to happiness, along way to go/ But I’m gonna get there boy, the only way I know » les Pet Shop Boys perpétuent cet esprit de la fête pratiqué depuis leurs débuts au tournant des années 80. Dés le second titre, la joyeuse et fort autobiographique « The Pop Kids »  « remember those days the early 90’s….they called us the pop kids coz we love the pop hits… » on comprend alors que Neil & Chris nous font leur total recall de duo post atomique. Délicieusement nostalgique à la « West End Girls » revisitée, on peut qualifier ce « The Pop Kids » de rétro-cool. La suivante, « Twenty Something » est sans doute plus classico cool voire même kitch, très Silicon Teens revival. De même, l’excitante « Groovy » se fait un peu Depeche Mode au début avant de virer cool énergique à la Daft Punky & Chic united avec un petit rien du générique de Soul Train… encore un « super » titre à mettre à l’actif des deux compères.

Hommage aux 90’spet-shop-boys-super-album

 

En fait, on a la sensation que les PSB ont voulu rendre hommage aux 90’s et aux héros engendrés par cette décade qui commence à doucement devenir « prodigieuse » car déjà vintage. Next track, « The Dictator Decides » serait-elle sous l’influence du « dear leader Kim Jun Un ? Clameur de foule en intro puis, séquences synthétiques puis… carrément le nez dans une montagne de coke comme le suggérait jadis Giorgio Moroder dans le soundtrack de « Scarface ». Plus contestable, peut être à cause de sa référence, « Pazzo » donne dans l’électro- bof, car bien trop « Funky Town » de Lips Inc. Autre plage, autre courant, cette fois avec « Inner Sanctum », on s’embarque direct sur le beat ferroviaire du « Trans Europe Express » de Kraftwerk. « Undertow », « super » lui aussi, et autre hit potentiel du CD, est aussi punché énergique que pop cool, sur les traces de son lointain ancêtre « West end Girls ». Car comme on n’est jamais si bien servi que par soi-même les PSB rendent ainsi hommage…aux Pet Shop Boys. « Sad Robot World » slow aussi nostalgique que fatalement électronique pourrait bien être un hommage à Ric Ocasek et à ses Cars. Taillé pour la danse, « Say it To Me » compte également parmi les hits entrainant et puissant de ce « Super » avec son je ne sais quoi d’Alex O’Neal azimuté au MDA. Enfin, « Into Thin Air » offre une parfaite conclusion à ce joyeux safari sonique au pays des synthés. Car vous l’aurez remarqué ici pas l’ombre d’un violon. C’est du brut d’électro, du plus pur jus d’orange mécanique 100% électronique. D’un titre à l’autre, c’est toute la constance de ce « Super », lequel du coup mérite tous ses super…latifs.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *