Mort du Can Holger Czukay

Partager

 

 

Holger Czukay 

Il avait l’un des noms les plus imprononçables du rock and roll juste après le producteur des Eagles, Bill Szymczyk (2 Z et 2 Y dans le même nom tout de même), le légendaire bassiste et âme vibrante de Can, Holger Czukay ( 1 Z et 1 Y) vient de tirer sa révérence. Décédé dans son studio d’enregistrement, le héros du rock-choucroute n’avait que 79 ans.

 

Holger CzukayLa grande hécatombe du rock and roll serait elle en train de reprendre ? Après  la mort aussi subite que surprenante de Walter Becker voici trois jours à seulement 67 printemps, c’est au tour d’Holger Czukay de passer l’arme à gauche. Respect total pour ce joyeux allumé teuton, qui détestait son véritable paronyme d’Holger Schüring qui avait opté pour ce nom OVNI de Czukay. Là bas en Germanie, il se prononçait « Choucaille », pour nous français c’était plus simple de parler du mec de Can. Avec ses collègues Agitation Free, Ashar Tempel, Tangerine Dream et autres Amon Düül , Can incarnait ce fer de lance du renouveau rock made in Germany au crépuscule des 60’s. So Holger en était à la fois le fondateur et le principal compositeur, il ne se tenait pas derrière le micro mais un sculpteur rosebeef  aussi allumé et psychologiquement  instable du nom de Malcolm Mooney. Inexorablement perché, il sera remplacé par un chanteur…japonais au nom qui roule, cela ne s’invente pas, puisqu’il s’agit de Kenji « Damo » Suzuki. Vroom…peut-être, mais bien plus solide que Mooney. Et Can peut désormais enregistrer  ses  deux LP les plus solides dans cette décennie toute neuve des années 70. « Tago Mago » et surtout le flamboyant « Ege Bamyasi » ( en référence à ce légume le gombo , appelé bamyas en Grèce et en Turquie) qui sortent respectivement en 72 et 73. Porté par son cocktail jazz psychédélique ésotérique, Can tourne énormément en Europe et notamment en France, générant une solide base de fans. Hélas en 77, l’ami Czukay est victime d’un putch où débarque Rosco Gee, l’ex-bassiste du Traffic de Stevie Winwood qui vient littéralement lui piquer sa place. Yes he Can et désormais solo, le bassiste devient un des pionniers du sampling et collabore à de très nombreux projets avec des artistes aussi variés que Eurythmics, Jah Wobble, l’ex Japan David Sylvian, où son alter égo british Brian Eno. Tel Jean Baptiste Poquelin, passant de vie à trépas sur scène, Holger Czukay est mort en travaillant, dans le studio historique de Can, le Inner Space Studio à Weilerswist, près de Bonn à seulement 79 ans. On ignore à cette heure les causes du décès.  De tous cotés , les témoignages virtuels fleurissent sur le net, à l’instar de celui de Thom Yorke. RIP Mr Can !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *