Mort de l’émérite Emerick artisan du Beatles sound

Partager

 

 geoff-emerick

 

Il s’est éteint hier à l’âge de 72 ans, chez lui à Los Angeles, terrassé par une crise cardiaque, Geoff Emerick était l’ingénieur du son émérite responsable avec George Martin du son et des incroyables innovations soniques des LP les plus légendaires des Beatles de « Revolver » à « Abbey Road » nous a hélas quittés.

 

 

geoff-emerickIngénieur du son à 15 ans pour EMI, Geoff Emerick a tout juste 19 ans lorsqu’il remplace l’ingénieur du son qui travaillait sur les titres des Beatles aux côtés de George Martin, Norman Smith, promu producteur aux côtés d’un nouveau groupe d’allumés, les Pink Floyd. Auparavant Emerick avait œuvré en studio avec des artistes aussi divers que les Hollies, Manfred Mann ou même Judy Garland. Sa toute première collaboration avec les Beatles sera l’incroyable « Tomorrow Never Knows » où il a l’idée de capturer la voix de John à travers un HP de Leslie pour répondre à la demande de John qui voulait que ses vocalises sonnent comme « un chœur de 4000 moines tibétains chantant sur leur montagne ». De même, il ose braver la règle qui voulait que jusqu’alors les micros chargés de capturer le son de batterie de Ringo Starr soient placés assez loin du set en les rapprochant drastiquement pour que le son soit plus présent. De même, sur la complexe « Being For the Benefit of Mr Kite », il repousse les frontières de son imagination pour recréer cette incroyable atmosphère de cirque que nous connaissons tous. Après le split des Fab Four, fidèle à Abbey Road, Emerick va collaborer aux 33 tours de Paul McCartney comme le fameux « Band On the Run » ou encore « London Town ». On retrouve également sur le « carnet de bal » de l’ingé-son des albums pour des artistes aussi divers qu’Elvis Costello, America (avec G Martin), Badfinger, Supertramp, Cheap Trick ou encore Big Country. Riche de toutes ces expériences, il publie en 2006 ses mémoires sous le titre de « Here, There and Everywhere ». Depuis de nombreuses années Geoff Emerick s’était installé à Los Angeles, où son cœur a hélas soudain cessé de battre hier. Il aurait fêté ses 73 printemps en décembre prochain. So long mister record engineer….

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.