MICHEL BERGER « Vivre »

Michel BergerAvec Serge Gainsbourg, Nino Ferrer et Daniel Balavoine, Michel Berger culminait au sommet de la seule chanson française audible des 70’s jusqu aux 90’s. Boosté par le grand retour sur scène de son opéra rock « Starmania » et le joli single inédit « Vivre », ce nouveau « Best of » retrace en 19 titres « chair de poule », l’essentiel de l’œuvre de « Celui qui chante », parti décidément bien trop tôt à seulement 44 ans.

Michel BergerPar Jean-Christophe MARY

 

Véritable machine à tubes, Michel Berger appartient à cette génération d’artistes, vedettes des 70’s et 80’s, dont l’immense œuvre n’a toujours pas pris la moindre ride en 2022. A l’instar de France Gall ou de Véronique Sanson, les chansons de Berger ont su traverser les modes et séduisent aujourd’hui, autant les fans de la première heure que les nouvelles générations. Car ces tubes indéboulonnables qui enchantent notre quotidien depuis un demi-siècle ont marqué les grands événements de nos vies, nos amours, nos rencontres, nos ruptures. Artiste authentique, sensible et romantique, l’auteur compositeur interprète possédait un sens redoutable de la mélodie. On retrouve ici les titres incontournables issus de ses albums, parus entre1980 et 1992. On réécoute avec plaisir « La groupie du pianiste », « Quelques mots d’amour », « Le paradis blanc », « Mademoiselle Chang », « Les princes des ville » pour ne citer qu’eux. C’est aussi l’occasion de (re)découvrir certains titres moins connus ainsi que des morceaux rares « Un dimanche au bord de l’eau », « La fille au sax », « Comme des loups » et « Le secret ».

Michel Berger

Mais la vraie surprise  du CD c’est ce single inédit ‘Vivre’, issu des sessions de l’album ‘Beausejour’ (1980). Enregistrée à Los Angeles et à New-York mixée à partir des bandes masters d’origine, la chanson révèle un texte visionnaire évoquant, il a de cela 42 ans déjà, la nécessité de célébrer la vie sous toutes ses formes et de respecter la planète et ses richesses. Portée par une rythmique chaloupée, enrobée d’une symphonie de cuivres enjôleurs luxuriants aux chœurs souls aériens (Laurel Massé qui signe les chœurs de la chanson fût recommandée à l’époque par France Gall !), cette mélodie est immédiatement identifiable et s’enfonce dans votre cerveau pour ne plus en ressortir. Aujourd’hui cette pièce orchestrale surprenante, d’une grande richesse mélodique résonne étrangement avec l’urgence des enjeux environnementaux de notre époque et de la planète, comme une véritable prémonition. Michel Berger, poète visionnaire, nous aurait-il laissé ce titre comme une trace, un indice pour les générations à venir ? Quoiqu’il en soit, trente ans se sont écoulés depuis sa triste disparition durant une partie de tennis et ces 19 titres n’ont pas pris la moindre ride. Avec le recul, on se dit que c’est une partie de l’histoire d’un génie de la french pop music qui défile là entre nos oreilles et l’effet « chair de poule » est immédiat.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.