LIFE ON MARS: THE MARTIAN

Partager

The Martian

Si j’ai a-d-o-r-é « Seul sur Mars (the Martian) le dernier film de Ridley Scott, j’ai par contre du mal à comprendre pourquoi le réalisateur n’a pas utilisé le légendaire « Life on Mars » de David Bowie…ou d’autres compositions estampillées « martiennes » au lieu d’un « Best of disco ». Petite revue de détail des films et des chansons inspirés de la planète rouge.

mars-needs-womenComment résister aux incroyables paysages de la planète Mars concoctés par Ridley Scott et son équipe ? Certes, si les scènes intérieures comme la désormais célèbre plantation de patates du botaniste Mark Watley (Matt Damon) et la cabine du vaisseau Hermès ont été capturées dans l’un des plus vastes studios européens, le Korda Studio de Budapest en Hongrie, par contre les paysages désolés de la planète rouge existent bien sur notre bonne vieille Terre et ils se situent à Wadi Rum, l’étonnant désert jordanien qui ressemble étrangement à Mars. Ce décor à couper le souffle avait en fait déjà été utilisé par quelques films « martiens » tels « Mission to Mars » de Brian de Palma (2000), « Red Planet » d’Antony Hoffman sorti la même année et « The Last Days On Mars » (2013). Certes, « Seul sur Mars » malgré son titre US « The Martian » est un film sur Mars…sans martien et si son côté « Robinson Crusoé » qui veut survivre à tout prix rappelle furieusement le « All Is Lost » de 2013 où Robert Redford naufragé durant les ¾ du film déploie toute son énergie à battre l’adversité pour survivre, néanmoins en 1964 Hollywood nous avait déjà pondu son « Robinson Crusoé sur Mars ». Car au fil des années, depuis le « Flash Gordon Trip to Mars » (1938) le grand écran nous aura assurément fait triper jusqu’à la planète rouge. Ainsi on aura successivement eu droit à « Red Planet mars » (1952), « Invaders From Mars » (1953) , « Devil Girl From Mars » (1955), « The Angry red Planet » (1959), « The Wizard of Mars » (1965), le délirant « Mars Needs Women » (1967). Après une pause durant les 70’s et les 8O’s, Mars revient à l’attaque avec le « Total Recall » de Paul Verhoven et le burlesque « Mars Attack » en 1990. Dix ans plus tard, la planète revient aux affaires avec « Mission to Mars » de Brian de Palma et « Red Planet » d’Antony Hoffman en 2000 suivis par le terrifiant « Ghosts of Mars » (2001) de John Carpenter avec ses vampires martiens. En 2013 Mars est encore à l’affiche avec « The Last Days on Mars » de Ruairi Robinson.

 

 Here Come the Martian Martians


Mais au-delà des films « martiens », ce sont trois autres films de SF qui se rapprochent le plus de « The Martian ». D’abord, il y a le colossal « 2001 Space Odyssey » (1968) de Kubrick, véritable « matrice » des films spatiaux au long cours et plus récemment le vertigineux « Gravity » (2013) d’Alfonso Cuaron – encore un film où tout se déroule de travers dans la mission des astronautes- et bien entendu l’emblématique « Interstellar » de Christoper Nolan. Sans doute, je dois être un peu groupie de Ridley Scott, que j’avais interviewé à l’époque pour son « Gladiator », mais le réalisateur British a signé quelques-uns de mes films favoris au Monde comme « Blade Runner », « Alien » mais aussi « Black Hawk Down », « Kingdom of Heaven », « American Gangster » et même lethe martian décrié « Prometheus ». Et s’il lui prenait l’idée saugrenue de tourner un film de Noël, j’avoue, je resterai toujours autant fan de ce réale. Certes, les 2h et 21 mn du film peuvent paraître un peu longues à certains, à l’instar des monologues solitaires de Matt Damon, mais Scott a suivi une voie plutôt originale en pariant cette fois sur l’humour. C’est justement cet humour qui permet au personnage de Watney de survivre et à Jeff Daniels en directeur de la NASA d’éviter de sombrer dans le syndrome « Apollo 13 ».

Pourtant, le seul défaut dans la cuirasse de ce space opera c’est le choix d’une BO essentiellement disco. Certes, ces hits du milieu 70’s incarnent cet « âge de l’innocence » où chômage et Sida n’existaient pas et c’est sans doute intrinsèquement ce qui du motiver ce parti prix. J’adore « Turn the Beat Around » de Vicky Sue Robinson, le « Rock the Boat » de Hush Corporation – premier mega hit estampillé disco EVER en 1974 avec son alter ego « Rock Your Baby » de George McCrae- et j’ai dansé, j’avoue, jusqu’à l’aube sur le « Hit Stuff » de Donna Summer. Mais, nous aurions largement pu éviter le Life On Marsbalourd « I Will Survive » de Gloria Gaynor, trop marqué rugby, tout comme le « Don’t Leave Me This Way » de Gloria Gaynor usé jusqu’à la corde. Seul titre rock et véritable énigme, le choix du « Starman » 1972 de Bowie préféré à son emblématique « Life On Mars » ? Trop évident peut-être ? En tout cas, moi perso j’aurais adoré l’entendre illustrer les images de Ridley Scott. Ou peut-être de manière plus subtile le cover acoustique de Seu Jorge en 2005. De même , dans ma BO imaginaire de « The Martian », j’aurais glissé le « Venus and Mars » (1975) de Paul McCartney and Wings, l’hilarant « Here Come the Martian Martians » (1976) de Jonathan Richman & the Modern Lovers et pourquoi pas « Death of a Martian » (2006) des Red Hot Chili Peppers. Avec une petite dose de hip-hop « Venus VS Mars » de Jay-Z ( « BP 3 », baby !), « Mars VS Venus » (2010) d’Usher ou encore « Let Me Take You to Mars Girl » (2013) de Jay Sean avec son featuring de Rick Ross. Next time, Ridley passe-moi un coup de fil, je serai ton « consultant » sonique pour un prix pas du tout…astronomique!

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *