LETHAL WEAPON

Partager

 

lethal weapon 

Le pitch est exactement le même que dans le film original à succès, et ses sequels, avec Mel Gibson et Danny Glover, car on ne change pas une formule qui gagne, LETHAL WEAPON la série passe très largement l’examen « passage au petit écran », malgré l’absence des stars du film et grâce à des dialogues affutés comme le fil du rasoir et majoritairement drôles. Certes, on reste dans le format duo de flics si cher à la télévision, mais ces deux là ne se contentent pas de cogner, ils savent aussi nous faire rire. C’est leur force. Et ce cocktail comédie/action se révèle alors des plus efficaces.

 

lethal weaponDepuis Sherlock Holmes et son bon Docteur Watson, les duos de policiers n’ont jamais cessé d’enquêter et/ou de faire le coup de poing. STARSKY & HUTCH, tout comme Crockett et Tubbs de MIAMI VICE, jusqu’au récent duo de poulets de TRUE DETECTIVE. Au cinéma, même combat, avec les quatre épisodes de LETHAL WEAPON, en français « L’Arme Fatale », où un flic de LA de la « crime » le Sergent Roger Murtaugh ( Danny Glover) se retrouve forcé de faire équipe avec Martin Riggs (Mel Gibson), un bouseux, sergent des forces spéciales, dont la femme a été tuée sur le coup lors d’un accident de la  circulation. Par conséquent, ce garçon est profondément suicidaire et suffisamment givré pour tenter à peu près n’importe quoi de dingue. Dans la version télé, on trouve néanmoins quelques différences : Riggs est un Texan d’El Paso, un flic embarqué à la poursuite d’un malfrat, qui laisse sa femme, dont les contractions ont commencé, partir seule pour l’hôpital. Hélas, en chemin, son SUV est fauché par un énorme camion. Son épouse et son enfant sont tués sur le coup. Riggs n’a qu’une envie, se tirer une balle dans la tête. Finalement, c’est son beau-père, le père de son épouse, donc, qui est Procureur général de Los Angeles, qui décide de le sortir du trou noir dans lequel il s’enfonce, pour qu’il rejoigne les rangs du LAPD …où  il se retrouve muté avec Roger Murtaugh. Ce dernier a lui aussi été doté d’une « faille » dans sa cuirasse : au cours de l’accouchement de son dernier bébé, une petite fille, il a carrément fait un infarctus dans la salle de travail. Mais, dans son malheur, on peut dire qu’il a eu de la chance, heureusement qu’il se trouvait dans un hôpital ! Damon Wayans, issu d’une longue lignée d’acteurs, reprend ici le rôle tenu au ciné par Danny Glover, tandis que Clayne Crawford, qu’on a déjà pu voir dans les séries comme JERICHO ou encore 24, incarne désormais le fêlé Riggs.

Des problèmes de testostéronelethal weapon

 

Et c’est justement le jour où l’ami Roger doit reprendre le boulot après les mois de convalescence qui ont suivi l’opération à cœur ouvert qu’il a subi, que son boss le convoque pour lui annoncer la bonne nouvelle : « Je t’ai trouvé un nouveau partenaire, un baroudeur qui nous arrive tout droit du Texas. Martin Riggs. C’est un ancien Navy SEAL et un héros de guerre.. »

« C’est mon premier jour au bureau et je vais devoir jouer les nounous pour un type qui doit manifestement avoir des problèmes de testostérone. », réplique notre flic.

« Cela vient directement du procureur, OK ? » lui assène alors son capitaine. Circulez, il n’y a rien à voir. Et Roger ne va effectivement pas être déçu de son « mariage » professionnel avec Riggs. Un collègue met fin à la conversation, car il y a urgence :  un bracage avec prise d’otage est en cours dans une banque. Lorsqu’il arrive sur les lieux cernés par des véhicules de police, il hallucine en voyant un « civil » , les bras chargés de boites de pizza, se diriger tranquillement vers l’entrée de la banque. Je ne vais tout de même pas tout vous raconter, mais Martin Riggs sans arme neutralise quatre malfrats et libère les otages. Le tout avec une sacrée dose d’humour. Humour que l’on retrouve également dans les personnages secondaires, comme ce médecin légiste face à un cadavre, retrouvé près de l’Observatoire de Griffith Park, qui se prend pour un réalisateur d’Hollywood de la dimension d’un Scorsese. Rire, fort heureusement n’est pas antinomique avec action. Et ce  LETHAL WEAPON n’en manque pas, comme cette scène de poursuite en bagnoles au beau milieu d’une course de Formule 1. Vertigineux et efficace. Même dans le choix de la musique, tout est peaufiné avec finesse, comme cet irrésistible et classique « I’ll Be Around » des Spinners qu’on entend chez ce bon vieux Roger. Bref, en ce qui me concerne, LETHAL WEAPON est adoptée et je suis prêt à miser mon paquet de dollars sur cette arme fatale télévisuelle.

 

Diffusée sur la Fox depuis le 21 septembre 2016

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *