LES SAUVAGES

Les SauvagesUn peu « Dans la ligne de mire », un soupçon de BARON NOIR, un zeste de 24, servi par un brillant casting d’acteurs (Roschdy Zem, Marina Foïs, Dali Benssalah, Souheila Yacoub), portée par une super-intrigue, à la fois thriller et sociale, la mini-série LES SAUVAGES s’inscrit largement dans le peloton de tête de ces nouvelles et excellentes productions hexagonales aux côtés du BUREAU DES LÉGENDES, DIX POUR CENT ou ENGRENAGES…carrément !

Les SauvagesAvec son titre homonyme, inspiré de la 4éme entrée des « Indes Galantes », le fameux opéra-ballet de Jean-Philippe Rameau, LES SAUVAGES doit son titre à l’interprétation de l’œuvre au piano par le jeune (Abdel)Krim, le deux ex machina de cette intrigue de politique-fiction. À des années-lumière du sombre tableau du « Soumission » de Houellebecq, la série part pourtant du même axiome : l’élection d’un candidat brillant issu de l’immigration nord-africaine dans notre pays en proie à la montée de l’intolérance. Et à ce titre, il faut saluer la performance de Roschdy Zem dans le rôle principal du candidat Idder Chaouch, irrésistiblement charismatique en Obama beur, dont l’élection va allumer le feu aux poudres. Sa fille Jasmine, incarnée par la ravissante  ( ex Miss Suisse 2012 tout de même !) Souheila Yacoub assure sa communication, sorte de Claude Chirac, toujours en totale osmose avec le père. À ses côtés, son fiancé, le beau gosse, Fouad Nerrouche (Dali Benssalah) est un célèbre comédien. Il joue Docteur Franck, la star d’une série télé à succès, sorte de Douglas Ross/George Clooney dans URGENCES. Toute sa famille est d’origine ouvrière de Saint Étienne. Son frère, le ténébreux Nazir (Sofiane Zermani) radicalisé est en prison. Mais le troisième de la fratrie Slim va célébrer ses noces. Fouad revient au pays, accompagné de sa fiancée tandis que Nazir obtient une permission de sortie pour assister à la cérémonie.

Les Sauvages

by David Koskas

Comme dans 24, toute l’action se déroule en temps réel. Et tout va s’enchainer pour le meilleur, mais surtout pour le pire. Le mariage percute l’élection que remporte bien entendu Idder Chaouch…laquelle percute l’audition de piano classique au conservatoire à Paris du petit cousin de Fouad et de ses frères…qui interprète justement « Les Sauvages ». Mention spéciale à Marina Foïs dans le rôle de Marion Ribheiro, la responsable de la sécurité de Chaouch. Sacrément mis en scène par Rebecca Zlotowski, qui signe le récent film « Une fille facile », LES SAUVAGES se révèle captivant par son intrigue, sa sensibilité exacerbée, et surtout par les thèmes abordés. Le racisme, au premier chef, mais aussi et surtout l’acceptation de l’autre dans sa différence. L’arbre n’étant jamais loin de l’écorce, la série démontre qu’islamisme et droite extrême et populiste partagent bien souvent les mêmes agendas. De même, l’homosexualité dans un contexte familial musulman souvent délicat est abordée avec autant de sensibilité que de délicatesse. Seul regret, si le roman original de Sabri Louatah, sur lequel se base la série, compte quatre tomes, LES SAUVAGES brûle un peu ses navires, en sacrifiant de cruciaux personnages qui auraient pu faire rebondir l’intrigue d’une belle saison 2…qui n’aura donc pas lieu !

 

Diffusée sur Canal + depuis le 23 septembre 2019

DVD/BD disc Studio Canal

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.