LES MILITANTS D’INDOCHINE

IndochineVoici 31 ans dans BEST, GBD retrouvait à nouveau Nicola et Dominique deux des trois  piliers d’Indochine pour évoquer « Le baiser », ce 5ème album en forme de retour aux fondamentaux en affichant clairement leurs convictions. N’est-ce pas ce militantisme, cette agitprop insurgée qui porte tout l’ADN de ce drôle de groupe parisien et qui lui permet de durer après quatre décennies rock et tant d’adversités ? Flashback…

IndochinePour évoquer avec le missi dominici de BEST ce 5ème épisode de leurs sémillantes aventures, les Indo auraient pu se focaliser sur leurs citations intellectuelles de Salinger et de Barbet Shroeder, de Man Ray et de Blaise Cendrars ou tout simplement mettre l’accent sur l’arrivée surprenante d’instruments exotiques iraniens ou du sourire de Juliette Binoche dans l’univers ado d’Indo. Comme justement je le notais dans ma chronique de «  Le baiser »  (Voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/indochine-le-baiser.html ), le désormais trio avec le départ du saxe Dimitri sans renier son entrain juvénile, sous l’impulsion de Nicola, s’offre des lectures d’adulte. Mais contrairement aux règles habituelles du showbiz, cette interview sera majoritairement consacrée… au combat pour l’abrogation du service militaire, un cauchemar pour les jeunes gens que nous étions. Car il faut rappeler que jusqu’à la réforme de 71 dite loi Debré, les étudiants bénéficiaient d’un sursis illimité jusqu’à la conclusion de leurs études. J’ignore ce qui lui passait par la tête, mais cet enfoiré de Debré a limité le sursis à 22 ans, ruinant ainsi les études de nombreux étudiants qui n’avaient souvent pas achevé leur cursus à cet àge. En ces temps reculés la licence se passait en trois ans et la maitrise en quatre. Sauf que si vous aviez redoublé à un moment de votre scolarité le fucking service militaire vous rattrapais. Allez donc reprendre des études après avoir fait le troufion durant un an ! Quant à la défense de la Nation, laissez moi rigoler. J’ai moi-même vécu ce que je raconte plus haut et du interrompre mes études de droit pour partir dans une caserne pourrie à Fontainebleau. Durant nos classes les fusils avec lesquels nous avons tiré une seule fois dataient… de la guerre de 14-18. J’étais au régiment dit du Train où l’on vous forme pour conduire des généraux ( parfois) et des camions (le plus souvent).

IndochineDes camions que les bidasses avaient l’ordre de laisser tourner quasi en permanence… pour garantir leur prochaine attribution de carburant, car s’ils consommaient moins, l’année suivante ils touchaient moins. Eloge du gâchis et de la paresse, l’armée était alors la meilleure école pour apprendre à devenir un fonctionnaire tire au flanc, un gâchis d’énergie, une machine à broyer les cerveaux qui tournait à vide. Je ne m’en suis sorti qu’en parvenant à me faire réformer P4 ( psychiatrie niveau 4) après une tentative de suicide, à l’instar de Nicola justement, et j’ai pu retourner épuisé à la fac : j’avais perdu un peu plus de dix kg en un peu moins de deux mois ! C’est pour toutes ces ( bonnes) raisons que Nicola, son frère Stéphane et Dominique militaient en connaissance de cause pour abroger le Service dit National. Leur combat, notre combat n’aura pas été vain, six ans plus tard le 22 février 1996 Chirac président annonce que dorénavant notre Défense Nationale sera désormais assurée par une armée de métier, rendant ainsi enfin caduque la conscription.

 

IndochinePublié dans le numéro 260 de BEST sous le titre :

 

LE BAISER DES AVENTURIERS

 

Secoués par le tumulte du semi-échec de ses « 7 000 Danses » (deux fois moins d’albums vendus que son prédécesseur « 3 » ce qui fait quand même 400 000 exemplaires, les Indo semblaient s’être satellisés en orbite d’observation au-dessus de cette vieille planète rock camembert en proie aux plus vives mutations. Atomisation de la formation rivale Téléphone, invasion mutante du CD, raz de marée des groupes alternatifs jusqu’a leur OPA par quelques A and R raider de majors tandis qu’Indochine restait en stand-by, le paysage binaire vivait sans doute un de ses bouleversements majeurs. Et comme un roman de Jules Verne, après deux ans de vacances et de gigs en folie aux Antipodes, le groupe mène sa perestroïka. Le camarade Dimitri quitte le Comité Central, Indo groupe dorénavant « asexué » rejette en bloc la couteuse odyssée en Fairlight de « 7 000 Danses » pour renouer avec ses premiers synthés et sa philo Tintin reporter. Enregistré a Paris, mixé à Nassau, bourré d’instruments hétéroclites, d’invités variés, d’harmonies et d’insolence, « Le Baiser » devrait surprendre les indomaniaques pour mieux séduire les indophobes.

« Nicola Sirchis :  Nos derniers concerts au IndochinePérou ont carrément tourné à l’émeute avec autopompes pour dégager la foule. Nous sommes restés bouclés dix-sept jours à I’hôtel assiégés par cette foule, sans compter les menaces du gouvernement pour nos textes et le bordel qu’on leur causait. À ce stade nous avons carrément flippé. De retour à Paris, aller faire une chansons en télé nous paraissait dérisoire. On ne s‘est pas vus pendant six mois et Indochine a vécu pas mal de changements comme le départ de Dimitri. C’est une amitié que nous avons perdu, mais il était de moins en moins disponible pour le groupe. Tout s’est réglé d’un commun accord. 

Philippe « Bunker Palace Hotel » Eidel qui a co-produit l’album n’en est pas sa première aventure avec vous.

N.S. :  Philippe a fait le premier album avec nous comme claviers additionnel et les deux suivants comme co-producteur. On ne l‘avait pas pris pour « 7 000 Danses » car on ne se voyait plus à l’époque. Dominique voulait qu’on re-bosse avec lui, moi j’étais un peu réticent au début car je craignais qu’il n’aille pas dans la même direction que nous. Mais il venait de signer deux somptueuses musiques de films dont le Bilal avec les Voix Bulgares. 

Dominique Nicolas :  En fait il respecte nos couleurs et nos feelings pour faire un album simple sans s‘engluer dans des délires technologiques comme dans « 7 000 Danses » où nous avions passé trois mois a programmer un Fairlight. On a retrouvé nos vieux synthés plus humains et chaleureux que les nouvelles bécanes et leurs sons gimmicks livrés clefs en main.

IndochineSur l’album on découvre aussi bien des musiciens classiques que l’écossais et Silencers Martin Hanlin ou un joueur de santour iranien, c’est Eidel qui vous a ainsi entrainé vers the sono mondiale side of the road ?

N.S. :  Le terme est un peu mode, mais depuis le début nous avons toujours essayé, c’est vrai avec plus ou moins de bonheur, de mélanger au rock des sons plus exotiques.

Au tournant des 90’s vous retrouvez une situation bouleversée par la montée de nouveaux groupes à succès, est-ce motivant pour vous ?

N.S. : C’est très motivant. Lorsque nous avons reçu ce télex de I’AFP en 86 qui annonçait que BEST avait sacré Indochine groupe N° 1 on a commencé à avoir un sacré lézard car cela ne nous intéressait pas du tout d’être les premiers. Puis il y a eu toute cette période où on nous a fait comprendre qu’avec les Mitsouko, Daho ou Niagara nous étions d’affreux commerciaux corrompus par le showbiz. Il n’y avait que les purs, les durs, les indépendants qui restaient clean. Résultat des courses, je crois que nous n’avons aucune leçon à recevoir de personne. Depuis 80, c’est Indochine qui décide et lui seul pour les disques, les clips et tous les machins alors que personne ne misait sur nous et en 90 nous sommes encore là.

Pourtant même s’il le camouflait sous des références « jeux de pistes » le groupe n’a-t-il pas toujours développé un côté militant ?

N.S. : Lorsque j’ai entendu le premier LP Indochinedes Bérus, je me suis dit : « on n’a plus rien à dire ». Quand tu lis les textes de « Hors La Loi » et de « L’empereur Tomato Ketchup » on y retrouve les mêmes références, même si c’était de manière plus imagée chez nous. Depuis 86, j’ai choisi d’écrire des trucs plus ésotérique, plus symboliques. C’est vrai que nous sommes militants, mais nous avons toujours su refuser toutes les crémeries. Lang ne nous a pas aidé à aller jouer au Pérou ni Tartempion pour la Suède, nous ne devons rien à personne. Je prétends pas que nous soyons blancs comme neige ; nous avons sans doute commis quelques erreurs comme trop s‘afficher dans les magazines de jeunes, mais jamais aucun pouvoir ne nous a atteint ou manipulé. 

Et cela ne vous empêche pas d’ouvrir vos gueules ?

N.S. :  Il y a justement un sujet qui me Indochinedonne envie de I’ouvrir, c’est que je réalise qu’en août 81, juste un mois avant le premier concert d’Indochine j’étais à l’armée en train d’avaler des Tranxènes pour me tirer de là en TS ( tentative de suicide) et faire ce fichu concert ( au Rose Bonbon où missionné par Christian Lebrun je les ai découvert pour la première fois : NDR). Au bout de dix ans de socialisme, il y a toujours ce Service National obligatoire d’une année pour tous les jeunes entre 18 et 25 ans. Ça n‘est pas un secret, beaucoup ont envie de faire leur armée ; et bien qu’ils la fassent, mais les autres… est-ce bien raisonnable que tant de jeunes continuent a jouer avec leur vie pour parvenir à s’échapper ? « 

Contacté par une chaine de TV pour compiler des témoignages sur ce thème, Nicola a trouvé son nouveau cheval de bataille. De son côté, Dominique lui reste intarissable sur les mystères de la pèche a la mouche qu’il pratique à demi-immergé dans nos rivières. Quant à Stéphane, même s’il n’était pas présent ce jour-là, il va bien, merci pour lui. Indo n’a décidément pas fini de (Indo)chiner.

Publié dans le numéro 260 de BEST daté de mars 1990

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.