LA LIGNE PARALLÈLE

Stephan Le VaranSex, deal & rock and roll, LA LIGNE PARALLÈLE, le roman semi-autobiographique de Stefan Le Varan, toujours sur la ligne blanche au sens Bashung/Bergman du terme, nous entraine sur la piste speedée de la coke, au cœur des paradis artificiels de la weed et autres dopes en aventures exotiques qui se dévorent comme un Bob Morane en version défonce.

Stephan Le VaranIl suffit d’une poignée d’heures pour dévorer ce premier le roman semi-autobiographique signé Stefan Le Varan et on ne regrette pas le temps passé, bien au contraire. De la Hollande au Nicaragua durant la révolution sandiniste, en passant par la France, le Belize, la Colombie ou encore la Jamaïque, référence directe à de vastes lignes de coke, – l’auteur ne parle pas de « rails » mais de « poutres », c’est dire si la conso est extensive !- LA LIGNE PARALLÈLE nous fait partager les aventures d’un certain Scott, jeune aventurier de la défonce qui ressemble à s’y méprendre à l’auteur. Publié à compte d’auteur sur Amazon, à l’instar des tribulations aussi californiennes que rock and roll du PRESSING de Philippe D’Anière chez le même éditeur ( Voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/pressing.html  ), ce premier « roman » partage également le sens de la provoc, de la défonce, des aventures et du sexe comme on savait si bien les vivre dans ces années 80 dévergondées.

Stephan Le VaranVaste aficionado de la défonce, accompagné de sa girl-friend, Nina blonde aux yeux bleus, forcément aussi canon que sexy, Scott notre héros reçoit un beau jour un message de son vieux pote Raf, qui lui écrit : « Allo Scott ! ramène-toi, je suis en Amérique centrale, dans un petit pays, marié à la fille du Ministre des routes défoncées et des chemins de terre…une huile, quoi. Viens vite ! Tu sais… on peut tout faire ici. ». Et tout s’enchaine à 200 à l’heure en dialogues serrés, punchés comme un titre punk de moins de trois minutes. Sexe, dopes de toutes les couleurs, flingues, petites pépés, voyous, politiciens corrompus, marins, dealers et autres bad boys sont tous au rendez-vous de ces 146 pages qui se parcourent en un tour de main comme un trip initiateur. À quand la suite de ces aventures démentes ? 

Pour commander sur Amazon:

https://www.amazon.fr/gp/product/2900096073/ref=dbs_a_def_rwt_hsch_vapi_taft_p1_i0

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Jean-Francois dit :

    Excellent roman. On en redemande svp.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.