LA FERVEUR GOSPEL DES COMO MAMAS

Partager

 

 

Ce sont trois fat mamas, rondes et imposantes, des mamas qui ont incontestablement du coffre, où résonne le gospel le plus pur. Originaires d’une petite localité d’un millier d’habitants dans le delta du Mississippi, les trois Como Mamas font vibrer leur soul ancestrale et intemporelle qui vous secoue les tripes comme un direct au plexus solaire. En tournée européenne dans la foulée de leur excellent album « Move Upstairs » ces trois femmes d’exception sauront vous inoculer cette fièvre émotionnelle venue du sud des Etats-Unis, une occasion de « s’élever » que vous ne manqueriez sous aucun prétexte.

 

Ce sont trois femmes solides comme le roc. Trois femmes qui ont traversé tant et tant d’années de larmes et de douleurs que le seul moyen de les exorciser était de chanter à tue-tête ce gospel réparateur qui pouvait leur faire oublier la misère et les lois ségrégationnistes qui régissaient alors les USA. La musique des Como Mamas s’est nourrie de ces siècles d’humiliation, lorsque pour les noirs il fallait aller boire de l’eau fétide s’écoulant d’un robinet rouillé qui leur était réservé lorsque les blancs avaient leur propre robinet en métal étincelant. Idem pour les vespasiennes, les lieux publics, les bars…et les autobus jusqu’à ce qu’une mère courage du nom de Rosa Parks décide de se poser à l’avant du bus dans la section réservée aux blancs. Ester Mae Smith, Angela Taylor et Della Daniels peuvent être fières de leur héritage de combattantes pour les droits civiques. Et leur musique intemporelle perpétue cette longue route parcourue de l’esclavage à la liberté. Bien entendu, il y a du Mahalia Jackson, de l’Aretha Franklin chez les Como Mamas. Et Dieu n’est jamais très loin de leurs préoccupations. Mais leur gospel roots et pur se nourrit également de leur expérience comme de leur hérédité. « Move Upstairs », leur troisième album a été capturé au célèbre Apollo Theater d’Harlem durant la Daptone Super Soul Revue. Le label de la regrettée Sharon Jones and the Dap Kings (voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/so-long-sweet-cool-sharon-jones.html)  en a alors profité pour faire accompagner, pour la première fois, leurs voix puissantes par leur formation the Glorifiers. Le résultat vous fait dresser le poil sur le dos. Certes, nos trois Mamas sont nettement moins bien roulées que Beyonce ou Nicky Minaj…but what the fuck… leur gospel fait couler des rivières de feeling intenses comme le détroit du Mississippi de leur Como natal. Épaulées par l’association Musi Maker Relief Foundation dont nous reparlerons très bientôt dans les colonnes de Gonzomusic, les Como Mamas vont porter leur gospel aux quatre coins de l’Europe comme en France et dans cette époque si troublée il serait bien sot de se passer de cet indispensable supplément d’âme.

 

 

https://www.facebook.com/thecomomamas/

https://www.facebook.com/pg/thecomomamas/events/

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *