YUSUF/CAT STEVENS : « The Laughing Apple »

Partager

 

Yusuf Cat 

Pour son tout premier album…sous la dualité de ses deux alias Yusuf/Cat Stevens, le baladin éternel revient avec ce « The Laughing Apple »…dont le titre est une référence directe à un LP, « New Masters »,… publié cinquante ans auparavant et…signé d’un certain Cat Stevens, pour la toute première fois, depuis « Back To Earth » en 78. Preuve qu’on ne peut pas accuser le baladin éternel de ne pas avoir de suite dans les idées, puisque ce « nouvel album », le 15éme en tout de l’artiste Steven Giorgiou, compte en tout quatre titres repris…de son second album « New Masters ». Vous me suivez ?

 

 

Yusuf CatLorsque Cat Stevens est enfin revenu, sous son alias de Yusuf, en 2006, après vingt ans de silence, à l’écoute de son « An Other Cup », GBD n’a guère boudé son plaisir de retrouver un des héros de son adolescence. « Lady d’Arbanville », « Wild World », « Sad Lisa », « Father and Son » et quelques autres signées du baladin british d’origine chypriote (par son père) et suédoise (par sa mère) étaient les piliers de nos premières boums. Omniprésent durant toutes les 70’s, Cat Stevens n’avait jamais passé le cap des 80’s, vendant  soudainement toutes ses guitares, et renonçant au rock impie pour plonger dans le Coran en nous laissant orphelins de ses radieuses compositions. De retour à l’aube des années 2000, en tant que Yusuf, l’ami Cat enregistre trois nouveaux albums et tourne généreusement comme ce Bercy magique où j’ai pu l’applaudir en 2011. Alors, bien sûr, ceux qui attendent un nouveau « Tea For the Tillerman » seront forcément déçus. La voix est plus fatiguée, moins juvénile, mais toujours aussi émotionnelle. Surtout, la musique n’a rien perdu de son intense poésie et avec le retour du mythique Paul Samwell-Smith aux commandes de la prod, Yusuf/Cat renoue avec le son cristallin qui l’a porté jadis si haut dans nos cœurs. L’album s’ouvre sur l’une des quatre reprises du 33 tours de 67, « Blackness of the Night » douce et délicate où la voix du Cat semble glisser sur les cordes de sa guitare acoustique. Puis c’est au tour de l’inédite « See What You Did To Me » aux faux airs de « I Wish I Wish », jolie balade lumineuse aux faux airs orientaux, sans doute un des titres phares de l’album.

À seulement 69 ans, Yusuf/Cat n’a rien à prouver…

Yusuf Cat

Méconnaissable, « The Laughing Apple » en 40 ans s’est sacrément ralentie, mais on reste toujours aussi friand de « cette petite pomme » craquante comme une comptine enfantine. Plus banale « Olive Hill » précède la puissante « Gransons », un inédit remanié dont les textes ont été modifiés et qui figurait sur un « Best of… » sorti en 2000, voix acoustique mélancolique dans le plus pur style Cat Stevens entre « Maybe You’re Right » et « I Think I See the Light ». Certes, la voix se fait bien plus grave aujourd’hui qu’elle ne l’était jadis, mais sans rien concéder de son charme indéniable. Composition inédite « Mighty Peace », en référence directe à son ancêtre « Peace Train », illustre un thème cher à Yusfuf/Cat : cette harmonie entre les hommes dont ses chansons sont les plus ardents avocats. Après la comptine enfantine « Mary and the Little Lamb » – ne pas confondre avec le « Mary Had a Little Lamb » de Macca-, vient l’autre « hit » du CD « You Can Do (Whatever) » qui rappelle l’ardente « If You Want To Sing Out Sing Out ». Pulsée et entrainante, elle est un des incontestables atouts de ce « The Laughing Apple ». Presque country et également exhumée de « New Masters », la bien nommée « Northern Wind ( the Death of Billy the Kid) » ressemble à une composition de Johnny Cash. « Don’t Blame Them ». Après la nostalgique- et sans doute autobiographique face à tout ce que Yusuf/Cat a pu endurer de réactions négatives après sa conversion à l’Islam- « Don’t Blame Them » l’album s’achève sur la naïve « I’m So Sleepy » dernière reprise de son bon vieux « New Masters ». À seulement 69 ans, Yusuf/Cat n’a rien à prouver…et il le prouve, avec toute la simplicité oxygène de son « The Laughing Apple ».

 

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *