Kodak Black a son avocat dans la peau.

Kodak BlackFraichement pardonné par Trump au dernier jour de sa présidence si controversée, le rapper Kodak Black a tenu à montrer toute sa reconnaissance envers son avocat feuj, Brad Cohen qui a obtenu l’effacement de son ardoise judiciaire… en se faisant tatouer son nom sur la main, accompagné d’une étoile de David.

Kodak BlackComment afficher sa reconnaissance pour une sortie de prison inespérée digne d’une carte du Monopoly ? Tout simplement en arborant pour la vie le nom de cette personne. C’est ainsi que Kodak Black a tenu à remercier de manière définitive son avocat Brad Cohen pour l’avoir aidé à obtenir la fameuse carte présidentielle de Trump en se faisant tatouer le nom de Cohen sur sa main à côté d’une Magen David, pour symboliser l’héritage juif de son avocat. Black aurait déclaré à propos de Cohen : « J’ai dit à mon avocat : mec,  je t’aime comme mon père ».

 

Kodak BlackCohen a peut-être effacé comme par magie les charges fédérales qui pesaient sur Kodak Black mais il doit encore l’assister face aux accusations de l’État de Caroline du Sud et les autorités ne vont certainement pas lâcher l’affaire. Car Kodak Black a été formellement accusé de viol sur une lycéenne par un procureur de cet État. Selon un rapport préliminaire, les accusations découlent d’une agression qui aurait eu lieu dans un hôtel après un concert de 2016 à Florence. Black a été arrêté en février de cette année-là, mais a été libéré sous caution de 100 000 dollars. La victime n’a pas immédiatement porté plainte pour son agression. Mais cependant, elle l’a avoué à son infirmière scolaire, qui a dénoncé l’agression à l’administration.  Puis l’établissement a transmis le signalement aux autorités. Black a coopéré à l’enquête, en se soumettant à des prélèvements ADN. Dans une interview accordée jeudi, Ed Clements, un avocat du 12e circuit, a confirmé que la victime n’était pas mineure au moment de l’attaque et que le tribunal « progressait lentement mais sûrement vers une décision ». S’il est reconnu coupable, le rappeur risque jusqu’à 30 ans de prison. Il devrait être jugé cet été ou au début de l’automne. Et cette fois, pas de carte « sortie de prison » !

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.