JON AND VANGELIS « The Friends Of Mister Cairo »

Jon and VangelisVoici 41 ans dans BEST, GBD documentait la seconde collaboration entre le chanteur de Yes et le claviers génial des Aphrodite’s Child. Cinq jours après le décès de Vangelis O Papathanassiou, je réécoute ce 33 tours colossal fruit de sa  2éme collaboration avec Jon Anderson, après leur « Short Stories » de 79 et c’est une émotion rare que je tenais à vous faire partager. Flashback…

VangelisCe n’est hélas plus un secret, l’immense de Vangelis O Papathanassiou s’est éteint voici cinq jours, terrassé par le COVID.  À cette (triste) occasion j’avais re-publié mon interview dans le BEST 160 ( Voir sur Gonzomusic  https://gonzomusic.fr/adieu-vangelis-legonaute.html ). Cependant, dans ce même numéro daté de novembre 1981 j’avais aussi chroniqué l’album de la seconde collaboration entre Vangelis et Jon Anderson. Tout simplement baptisée Jon and Vangelis  le duo s’est directement inspiré du personnage de Peter Lorre ( Mr Cairo) dans « The Maltese Falcon » de John Huston avec Humphrey Bogart et James Stewart ( dont on entend d’ailleurs les voix dans la chanson-titre du 33 tours). On notera que le hit de la face B « State of Independance » a été brillamment repris par Donna Summer en 82 sur son album éponyme produit par Quincy Jones.

 

Publié dans le numéro 160 de BEST

Jon and Vangelis

Etrange  coïncidence  à  l’écoute  de «  The  Friends  of  Mr  Cairo  »,  ce  nouveau  Jon  et  Vangélis,  ma  télé  habituelle  projette  les  images  en  noir  et blanc  d’un  film  noir  :  «  Le faucon maltais ».  «  The  Friends  of  Mr Cairo»,  c’est  aussi  le  premier  titre  de l’album, un  miroir sonore où se reflètent  mitraillettes,  dialogues,  explosions  et  bruitages aussi  divers  que cinématographiques.  La  chanson  suit  la progression  du  cinéma.  On  arrive  au «  Voleur  de  Bagdad  »  et  au  final  sur le  film  qui  casse  et  le  projo  qui continue  inlassablement  de  tourner. C’est  vraiment  un  disque  surprenant.  On  enchaine  sur  «  Back  to School  Boogie  »  au  feeling  électro­ soul  et  à  l’idéologie  complètement anti-«  The  Wall  »…  Le  LP  a  été enregistré  à  Paris,  au  studio  Davout. S’il  faut  en  croire  les  gens  de  Musicland  qui  ont  fourni  le  matos  de  Vangélis,  l’ensemble  de  l’enregistrement s’est déroulé  de manière  très spontanée.  Le  24  pistes  enregistre  les  infos pour  qu’ensuite  le  choix  puisse  s’opérer.  Une seule  prise suffit : la bande  défile  une  seule  fois  et  on  coupe. Parmi  l’ensemble  du  matériel  utilisé, il paraît  que le  synthè Yamaha CS  80 est  le petit préféré  de Vangélis, parce qu’il  est  le seul capable de  reproduire la sensibilité du piano, son côté frappe. Quant aux textes de Jon, ils sont, comme  d’habitude,  dans  le  plus  pur style  tapis  volant  au-dessus  d’un  nid de  couscous.  J’ai  beau  m’accrocher, je  me  retrouve  hélas  trop  souvent largué  et  sans  parachute.  «  Outside and  Inside  »  me  rappelle  un  peu  trop des  plans  Yessement  éculés.  Dom­mage  car  le  reste  sonne  plutôt  bien. «  State  of  Indépendance  »  consacre une  intéressante  union  entre  les  synthés  de  Vangélis  O  Papathanassiou et  les  envolées  d’un  sax  appartenant à  Dick  Morrisey.  Les  conversations et  les  rires  à  la  fin  sont  authentiques et  font  partie  de  cette  BO  pleine  de rebondissements.  Contrairement  à ce  qu’on  pourrait  croire,  les  machines  de  Vangélis  conservent  (c’est affreux  à  écrire,  mais  l’idée  est  juste) leur  visage  humain.  Jon  et  Vangélis sont  des  pros  et  leur  album  est  un album  de  pros,  loin…. Très loin d’être un  album  de machines.

Publié dans le numéro 160 de BEST daté de novembre 1981BEST 160

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.