JESSE JOHNSON : « Shockadelica »

Partager

 

 Jesse Johnson

Voici 30 ans dans BEST, GBD continuait de documenter la vertigineuse galaxie de la fusion funk/rock made in Minneapolis avec ce second LP du bouillant guitariste de the Time, Jesse Johnson. Propulsée par sa présence dans « Purple Rain » et la locomotive Prince, the Time, la formation de Jimmy Jam et de Terry Lewis incarnait alors la quintessence de ce « cross over » inventée par le Kid. Quant à Jesse Johnson, grâce à ce second 33 tours, après son « Jesse Johnson Revue » et sa signature sur le label A&M, on peut aisément considérer qu’il avait pris son envol. Plus musicos que Morris Day et bien moins bouffon que le désopilant Jerome Benton, Johnson incarnait alors le futur de ce métissage inédit né dans les Twin-cities de Minneapolis et de Saint-Paul. Flash-back….pour un guitar-hero de la funkitude !

 

Jesse JohnsonOn l’oublie souvent, mais Jesse Johnson est né dans l’Illinois, à Rock Island, cela ne s’invente pas pour un adepte de la fusion entre le rock binaire et le funk chaloupé. S’il grandit à Saint-Louis, Missouri c’est à Minneapolis où il s’installe en 1981 qu’il va prendre son envol après avoir rencontré un certain Morris Day. Bluffé par son style guitaristique, ce dernier lui offre d’assurer la lead guitar de son premier groupe Enterprise- comme le vaisseau Startrek du Captain Kirk-.Lorsque Morris rencontre Jimmy et Terry et que nait the Time, forcément Jesse en devient le guitariste. La suite appartient à l’histoire du rock, Prince leur transmet sa fièvre de la fusion. Puis après le phénomène « Purple Rain » le monde entier a les yeux scrutés sur Minneapolis où les artistes satellites du Nain Pourpre jaillissent comme autant de pop corn. Sheila E, Vanity, Appolonia, Jil Jones, Taja Sevelle, Mazarati, Alex O Neal, Sheena Easton et tant d’autres. Jesse Johnson est également producteur et signe des réalisations pour Janet Jackson, Paula Abdul et même pour nos Rita Mitsouko nationaux. En 90, the Time se reforme pour un nouvel album et bien entendu JJ fait partie de l’aventure. Mais hélas cet album « Pendemonium » marquera le chant du cygne d’une des formations les plus cruciales de la scène de Minneapolis. Après 14 ans d’absence, le guitariste publie un dernier album solo en 2009. Selon le copain Wiki, Jesse Johnson accompagnerait désormais le chanteur new soul D’Angelo.

Publié dans le numéro 225 de BEST

Jesse Johnson

Ce matin en buvant mon double expresso serré, un doute affreux m’a empoigné les tripes : et si le dieu du funk n’existait pas? Parce que s’il existait, il m’aurait déjà expédié, catapulté, transmuté par air, mer, ciel ou dos de mulet dans le Minnesota. Si Détroit était Motown (Motor-Town), Minneapolis grâce au Kid Roger Nelson, c’est Cross-Overtown. On connaissait déjà tous les occupants du Paisley Park, les Family. Mazarati et Sheila E. Aujourd’hui les dissidents sont aussi performants que le boss: Jimmy Jam et Terry Lewis l’ont prouvé en manipulant avec art la poupée Janet Jackson, et Jesse Johnson, à son tour, fait des pieds de nez au Prince. Il s’offre même le luxe de duettiser sur un titre (« Crayzay ») avec Sly Stone, le co-fondateur avec George Clinton du funk au LSD et — selon nos estimations GBD — principale source d’influence du style princier. Une bombe ce « Crayzay », où la voix de Sly nous expédie ailleurs, comme au bon vieux temps de sa Family Stone. Jesse Johnson joue à fond la fusion, mélangeant la soul, les rythmes blessés, la discipline pop, quelques perversités rock et une sacrée dose de délirium tremens. » Jesse, l’ex-lead guitar de The Time est moins frimeur que son complice Morris Day. Il est aussi plus engagé que Prince. La preuve, ce « Black in America », sur le thème du combat noir pour l’égalité, balancé comme un pavé dans la devanture d’un Sheriff redneck. C’est vrai, JJ ne refuse jamais le combat. Son funk claque comme un uppercut. « Shockadelica » est un monstre qui crache des flammes, un LP si chaud qu’on peut carrément cuire un œuf dessus, yep !

 Publié dans le numéro 225 de BEST daté de mai 1987

BEST 225 mai Small

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *