Ibrahim Maalouf était innocent

Ibrahim MaaloufVoici trois ans, accusé d’attouchements sexuels par une jeune fille , le fameux trompettiste Ibrahim Maalouf se retrouvait jeté en pâture aux chiens de la vindicte populaire. Et en fait… tout était faux, la lolita avait tout inventé, la Cour d’Appel de Paris a rendu son verdict définitif innocentant intégralement le musicien qui a publié hier une lettre ouverte se réjouissant d’être enfin complètement blanchi des accusations portées contre lui. The show must go on… Maalouf peut enfin reprendre le cours de sa belle carrière.

Ibrahim MaaloufPar Ibrahim MAALOUF

Paris, le 24 Juillet 2020

Le 8 juillet 2020, la Cour d’Appel de Paris a rendu son verdict définitif et m’a enfin innocenté après 3 ans et demi d’enfer. Leurs mots sont clairs : « A ces accusations (de la plaignante donc) non corroborées par les éléments du dossier, la Cour ne trouve que deux explications :

* Les pensées fantasmatiques (de la plaignante) qui, amoureuse de son idole, espérait susciter plus d’attention de sa part comme elle I’a du reste exprimé devant I’expert psychiatre (…)

* Le poids des révélations faites a l’autorité judiciaire par ses parents a l’égard desquels elle a pu se trouver prise dans un confit de loyauté, alors que devant le Docteur L. elle n’avait en réalité révélé aucun fait de cette nature ».

L’adolescente a menti, ses parents l’ont crue, la presse en a parlé en gonflant l’histoire, tout le monde en a souffert et 3 ans et demi plus tard, la justice a simplement fait son travail. Mon premier réflexe au moment où le jugement définitif est tombé a été de ne pas réagir pour ne pas raviver les émotions, mais mon métier nourrit beaucoup de fantasmes et de rumeurs et il est important pour moi de remettre le point sur le i de mon prénom. En effet, la couverture médiatique de cette décision de justice a été microscopique à côté de celle subie en 2017 lors de la révélation des accusations mensongères. Nombreux alors sont ceux qui se sont permis de relayer, tweeter, poster, commenter, blogger, publier ou diffuser des mots, des articles ou des vidéos à ce sujet sans prendre la peine de ne rien vérifier et sans respecter la présomption d’innocence, souvent d’ailleurs à des fins politiques ou identitaires. Et ce, même encore aujourd’hui alors que le verdict définitif a entièrement levé le voile sur les fausses accusations dont j’ai été l’objet.

Ibrahim MaaloufCertains continuent en effet, pour des raisons qui m’échappent, de laisser planer un doute en sous-entendant que j’aurais été relaxé par « manque de preuve ». Or c’est exactement le contraire : j’ai été relaxé parce que les preuves de mon innocence ont été présentées en détail le jour de l’audience qui d’ailleurs était ouverte à tous. Pas un seul journaliste n’était présent. Et c’est bien regrettable… Même si les cicatrices resteront, j’espère sincèrement que chacun de ceux qui ont contribué à ce déchainement saura se remettre en question. Que la justice fasse son travail avant que l’émotion populaire ne s’en empare, car les dégâts sont dramatiques. Je veux remercier tous ceux, nombreux, dont la confiance n’a pas failli un instant et qui sont restés à mes côté, confiants et bienveillants. Famille, amis, collaborateurs, mais aussi anonymes dont les mots sur les réseaux, dans la rue ou après les concerts m’ont touché. Enfin, mes derniers mots et pensées vont aux vraies victimes et aux militants pour la protection des victimes d’agressions dont le combat est plus que nécessaire et qui avaient, ont et auront toujours mon soutien.

Une page se tourne, beaucoup de belles choses musicales se préparent et j espère vous retrouver tous avec autant de passion, de plaisir et d’engagement. MERCI

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.