GAMINE « Voilà les anges »

Partager

 

 Gamine

Voici 30 ans dans BEST, GBD tressait la couronne de lauriers des héros du rock pour la poser sur le front des Gamine, célébrant leur tout premier album. Propulsés par son irrésistible chanson-titre « Voilà les anges », Gamine chevauchait alors sur la même piste des géants que son collègue plus énervé, un certain Noir Désir. Trois petits tours et puis s’en vont….hélas les bordelais n’ont jamais renoués avec le succès, mais leurs anges n’en restent pas moins immortels.  Flashback….

 

 

 

Gamine Voilà les angesAvec ses notables influences yankees et notablement Byrds, Gamine, comme les qualifiait alors Christian Lebrun, était déjà une « grande fille et ce dés son tout premier LP. Normal, en 88 le groupe affichait déjà au compteur quelques années d’intense expérience sur les scénes bordelaises. Emporté par le chanteur guitariste Paul V Visconti, le quatuor 2 guitares/ basse/batterie boosté par un une solide unité harmonique, Gamine signe chez Barclay, à l’instar de ses concitoyens de Noir Désir et s’en va enregistrer ce premier disque au fameux studio ICP de Bruxelles. Jim Hill, le producer aux commandes avait fait ses premières armes auprès du Dream Syndicate et de Stan Ridgway (avant de devenir producteur attitré du « scoreman » James Newton Howard) et on peut dire qu’il a fait un super boulot : l’album sonne à la fois rock et cool. Trente ans plus tard, Gamine n’a pas pris une ride, c’est tout de même un comble !

 

Publié dans le numéro 240 de BEST

Gamine 

Bordeaux-sur-Rio Grande? Si le soleil du sud-ouest n’a rien à envier à celui du Texas, les cactus y sont aussi rares qu’à Manhattan.  Quant au fun… à pinard-town, mieux vaut semble-t-il se faire son petit rodéo dans la tète. Pour les Gamine, il est à portée de guitare. Nerveuses, musclées, dorées par un Eldorado imaginaire et toute la fascination pour quelques cow-boys légendaires, elles explosent comme un orage salutaire pour délaver la moiteur persistante des poum poum tchack tchack de nos charts. Back to 83, sur la compile « Snap Shot », Gamine, en compagnie des Calamités, Coronados et autres chante son tout premier titre « produit» baptisé justement « Gamine »: « Elle me parle du futur/De ces choses à venir/m/Drôle de petite gamine… » vocalisaient-ils alors. Les années ont passé et la croissance de la Gamine a su peu à peu nous séduire : reprise électrique de « Harley Davidson » et surtout « Le Voyage » sorti l’an passé avec harmonica soufflant le vent des grands espaces. « Voilà les Anges » et ces « choses à venir » que chantait Paul Visconti se confondent avec notre présent. Sur la piste des Byrds, du Velvet, de R.E.M.,de Prefab Sprout et de Tom Petty, le rock des Gamine chevauche à train d’enfer sans jamais sacrifier sa sauvage amertume. De l’aube au crépuscule, de la morsure du soleil à la chaleur rassurante du feu de camp. le rock des Anges vous persuadera. tôt ou tard, de sa nécessité.

 

Publié dans le numéro 240 de BEST daté de juillet 1988

 BEST 240

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.