CONCERTS FOR THE PEOPLE OF KAMPUCHEA

KampucheaVoici 40 ans dans BEST, GBD analysait le double LP live benefit « Concerts For the People of Kampuchea », soit l’enregistrement d’une série de concerts donnés à Londres pour recueillir des fonds pour venir en aide aux habitants du Kampuchéa démocratique. Sauf que… le Kampuchéa c’est le Cambodge des infâmes khmers rouges… soit le pire régime génocidaire de l’Asie du Sud Est responsable de deux millions de morts… pas vraiment les 3 jours de musique, de paix et d’amour de Woodstock… flashback !

Kampuchea« Ce double benefit LP live me pose un grave problème de conscience » écrivais-je alors, me trompant totalement de cible. En effet, mon grief contre ce double album en public tenait d’abord à la déception occasionnée par la « non- reformation » des Beatles survivants sous l’égide du Secrétaire Général de l’ONU et surtout aux manipulations sonores d’un live « tripatouillé » après coup en studio au détriment de la spontanéité et de l’authenticité. Le tout, en passant totalement à côté de la plaque sur le contexte politique de ce Kampuchea soi-disant démocratique, cache sexe d’un régime assassin qui massacrait à tour e bras son propre peule le privant de soins et de nourriture dans des « camps de rééducation ». Un an auparavant, les Vietnamiens avaient envahi le Cambodge pour chasser les khmers rouges alors réfugiés dans la jungle pour poursuivre leur guérilla. Ce combat entre ex-alliés communistes se faisant sur le dos d’une population affamée et fragilisée par de trop longues années de conflit.  A ma décharge, dans ce fourvoiement-là, je n’étais pas seul. Déjà toutes les rock-stars qui se sont engagées en participant à la série de concerts donnée à l’Hammersmith Odeon de Londres durant quatre nuits du 26 au 19 décembre 1979 se sont aussi plantées que moi, soit Paul McCartney & Wings, Elvis Costello, the Clash, the Who, the Specials plus un « super-groupe » composé de Wings, des deux Led Zep John Paul Jones et John Bonham, de David Gilmour du Floyd, de Pete Townshend des Who, de Ronnie Lane des Faces et de Hank Marvin des Shadows… du beau linge. Au-delà de la politique ce « Concerts For the People of Kampuchea » malgré son aspect anecdotique constitue un précieux document qu’il est bon de (re) découvrir quatre décennies après sa publication.

 

Publié dans le numéro 154 de BESTKampuchea

 

Ce double benefit LP live me pose un grave problème de conscience. II contient des enregistrements publics de la série de concerts qui s’est déroulée du 26 au 29 décembre 1979 a l’Hammersmith Odeon a Londres, Souvenez-vous, pour la 1984 ème fois, on avait annoncé une possible re-formation des Scarabées Fantômes sous I’égide de pépé Waldheim. Aujourd’hui, vous connaissez l’épilogue mais, voilà deux ans, quelques gogos avaient mordu à l’hameçon. Ce rock-réveillon de l’Hammersmith Odeon a certes vu défiler quelques groupes et non des moindres mais de Beatles point. Joyeux Noël quand même ! Sur place, il parait que c’était véritablement super. Alors, dans la grande tradition Woodstock-Bangladesh-Last Waltz- No Nukes, on a d’abord immortalisé l’évènement par un film puis, tel un cadavre, on I’a couché au fond du sillon en 33 tours. Toutes les royalties de l’opération s’en vont grossir les caisses de l’ UNICEF puis les ventres cambodgiens. Ben heu, c’est un live, mais on n’entend pas vraiment le public parce que le monsieur qui a fait les mixages, il shunte comme un boucher. Et puis il y a les Who. IIs sont encore mignon mais ils chantent un peu faux. À Woodstock, pourtant, « See Me, Feel Me», c’était vraiment bien. Mais là… Heureusement qu’il y a les Pretenders et qu’ils ont vidé leur dernière boite d’amphés. On peut dire que ça bouge. Comme pour Elvis et Rockpile. Queen, par contre, ça craint un maximum: on dirait qu’ils chantent avec du vermicelle plein la bouche. L’unique morceau de Clash est bien, mais c’est la même chose que sur le disque studio. Écoutez la différence, comme on dit à la radio! Ian Dury, lui, n’est pas très rock, il est patraque. Les Specials supportent mal le décalage horaire. Quant à Paulo, il occupe avec ses guests toute la 4ème face. Moi, j’aime bien. Objectivement, c’est bien. N’avais-je pas insisté pour que le LP qui vient de sortir chez Pathé, « The Paul Mc Cartney Interview », soit le Best disque du mois. Alors ! Je craque sur le final de Rockestra puis sur « Let it be » avec Wings, 3 Led Zep dont le regrettable Bonham, 2 « Qui », 2 Rockpile, 1 Gary Brooker, 1 Attraction, 1 Pretender, etc. Si l’inflation n’a pas trop grignoté votre argent de poche, achetez ce disque, vous ferez une bonne action, sinon, vous pouvez vous abstenir: vos oreilles ne s’en plaindront pas pour autant.

 

Publié dans le numéro 154 de BEST daté de mai 1981

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.