BOBBY WOMACK : « So Many Rivers »

Partager

Bobby Womack

Voici trente ans…how time flies…mais en ce temps-là lorsqu’un album d’exception était publié, on le montrait en organisant une party à Los Angeles, par exemple, pour le plaisir de l’écouter. C’était le cas, par exemple, en octobre 1985 pour la publication du nouvel album de l’immense Bobby Womack, « So Many Rivers ».

Bobby Womack "So Many Rivers"Pour Bobby Womack le grand retour s’est opéré en 1981 avec le fameux « The Poet », mais quatre ans plus tard son « So Many Rivers » était une incontestable réussite, un joyau soul que les années ne sont jamais parvenues à ternir . Souvenirs d’une fête mémorable à Hollywood, avec un géant de la soul pour un LP de légende. Enjoy !

Dans ce club de LA, le Paradise 24, toute la famille est réunie pour fêter la sortie de ce « So Many Rivers ». Vidéo clips de Bobby, tintement des coupes de champagne, j’offre du feu à l’ex-femme de son frère Cecil, miss Mary Wells. Sourires, tandis que l’album défile sur la sono. Bon sang, cette voix-là reflète une telle palette de feelings qui oscillent entre les grands fonds de la déprime et des sommets enneigés plus purs que l’espoir. Dans son interview-Top 10 de ses soulmen favoris, Paul Young m’avait confié:  » C’est à mon sens le plus grand chanteur vivant aujourd’hui ( … ) d’ailleurs, j’ai écrit  » Everything Must Change » avec l’obsession de Bobby Womack,. »

 

Paradise 24

 

Bobby, comme il le chante, ressemble à cette chandelle que le temps ne parvient jamais à éteindre: Janis, Jimi, Otis, Marvin, Jackie, Sam .. il est l’ultime survivant des grands du blues et de la soul.« Only Survivor « , Bobby, mais comment refouler ces larmes qui me brouillent la vue? Est-ce vraiment un hasard si le dernier titre de ton LP est intitulé « Check it Out ? ». Ceux qui craquent aujourd’hui sur Paul Young devraient prendre le temps d’écouter Bobby Womack. Retour à la fraîcheur de la source comme, cette pochette démultipliée de  » So Many Rivers » qui tapisse les murs miroirs de ce club Paradise 24. Chacune de ces chansons vibre avec passion. « Gypsy Woman « ,  » I Wish He Didn’t Trust Me So Much « , « Let Me Kiss It Where It Hurts « . Est-ce vraiment un hasard si Bobby Womack a baptisé son label Truth Records ! La vérité sanglante est au fond du sillon, and I dig it man !

Publié dans le numéro 207 de BEST daté d’octobre 1985

BEST 207 small

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *