Birkin VS le sac Birkin en croco

Partager

Le Birkin et Jane B

Désormais, Jane Birkin ne souhaite plus que le fameux sac Hermès, le Birkin, dans sa version croco continue à porter son nom, car les animaux sont traités de manière trop cruelle. Voici donc la saga du « Birkin bag » racontée par Jane B…

 

Birkin croco« J’ai demandé à la maison Hermès de débaptiser le « Birkin croco », jusqu’à ce que de meilleures pratiques répondant aux normes internationales puissent être mises en place pour la fabrication de ce sac », a déclaré hier la chanteuse-comédienne à l’AFP. Jane souhaitait ainsi protester contre ce qu’elle qualifie de « pratiques cruelles réservées aux crocodiles au cours de l’abattage pour la production des sacs Hermès » qui portent son nom. Jane a effectivement paraphé la pétition « Mercy for animals » lancée par Joachin Phoenix. Voici deux ans, lorsque je tournais mon documentaire « De Jane B à Birkin », Jane m’avait retracé toute la genèse de ce sac mythique…qui a en fait remplacé les fameux « paniers portugais » où elle entassait à ses débuts tout son petit bazar. Car comme le disait si bien Dominique Blanc-Francart « Dans le sac de Jane, on y trouve toute une vie ». Voici donc le récit par Jane de la transition du « panier portugais » au fameux « Birkin » de chez Hermès.Le panier portugais de Jane B.

Du panier portugais au Birkin

« Quand j’avais 16 ans, j’avais passé une audition pour un rôle d’une sourde muette innocente dans une pièce de Graham Greene. Or, juste à coté du théâtre, se tenait petit marché où j’avais acheté un panier portugais avec un chapeau. Plus tard, en France, on est allé chez Maxim’s avec Serge. Mais comme je portais ce panier, ils nous ont dit à l’entrée : pas de ça ici ! Alors on est parti. Mais ils nous ont couru après en disant « Non Monsieur Gainsbourg revenez… ». Donc j’ai fini par être acceptés avec mon panier. Il y avait ces bicyclettes à deux – tandem-, Serge était devant à pédaler, moi j’étais derrière et les gens nous lançaient des « Salut Gainsbourg, salut Birkin… ». Et pourtant on était de dos ! Mais Serge disait que c’était à cause de ses oreilles et de mon panier qu’on nous reconnaissait. Ce panier était tellement célèbre que, quand j’ai quitté Serge, Jacques Doillon a fait une marche arrière sciemment avec sa voiture pour l’écraser. Il trouvait que c’était un gimmick et il détestait cela. Il trouvait que je méritais mieux comme actrice et j’allais d’ailleurs tourner « La pirate » qui est le meilleur film que j’ai fait avec lui. Après cet « écrasement » du panier, j’ai mis toutes mes affaires qui n’étaient pas fichues dans un sac en plastique et j’ai pris l’avion pour Londres.

Je suis monsieur Hermès

Je me suis retrouvée à coté d’un monsieur fort aimable, étonné de me voir avec un pauvre sac en plastique. Je lui ai raconté l’histoire du panier, me plaignant de ne jamais trouver de sacs avec des poches assez vastes pour y mettre mon agenda et tout le reste. Jean Louis DumasC’est alors qu’il m’a dit : « Je suis Monsieur Hermès et je peux vous en fabriquer un. ». Je lui ai répondu : « j’aimerais un sac qui soit moins grand que le sac de voyage que Serge utilise mais plus grand que le Kelly, car on peut rien mettre dedans. ». Donc j’ai dessiné sur le sac à vomir ce que je voulais. Un mois plus tard, il était très chic Monsieur Dumas, il m’a dit : « votre sac est là. Passez rue du fg St Honoré pour choisir le cuir. » Donc je suis montée en haut et j’ai vu mon sac en carton, il était très joli…Quelques temps plus tard, le sac était prêt. Je lui ai demandé combien je lui devais, c’est alors qu’il m’a dit : « c’est tellement bien, que tous ceux qui passent dans l’atelier veulent le même. Alors est ce que ça vous gênerait s’il prenait votre nom ? » J’ai dit : « mon nom, comme le Kelly ? J’étais tellement flattée….Mais du coup, quand je regarde Wikipédia pour voir qui je suis, je suis le Birkin, je suis le sac…et à New York quand j’allais chanter, ils ont dit : the bag is singing ? Comme Lou, à qui on demandait : are you the daughter of the bag ? On a trouvé un accord avec Hermès, où ils donnent une certaine somme d’argent pour les associations caritatives de mon choix. C’est à dire qu’ils ne demandent jamais quelles causes je souhaite défendre. C’est moi seule qui décide d’aider la Birmanie, par exemple, grâce à l’argent d’Hermès. J’ai ainsi pu aider les restaus du cœur, les mines anti personnels, ca change toutes les années…là c’était pour le Japon, après le tsunami. Récemment, un de mes sacs est parti aux enchères chez Artcurial pour…40 briques. Pas mal pour un sac d’occase et tout l’argent a été versé à la Fédération Internationale des Droits de l’Homme… »

Début juin, un de ces sacs légendaires, en croco justement, s’est envolé chez Christie’s Hong Kong jusqu’à 202.000€. Même le modèle de base en cuir à 7000€ en boutique s’arrache comme des petits pains au point que l’attente à la commande peut durer plusieurs mois. On peut donc parier que la maison Hermès va signer un « code de bonne conduite » pour éviter à l’avenir que les crocodiles qui croupissent dans d’horribles fosses avant d’être cruellement abattus soient traités de manière plus humaine. En tout cas, chapeau à Jane B qui ne transige jamais sur la générosité de ses convictions et de ses pratiques résolument humanistes. We love you Jeannette !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *