AQUARIUS

Partager

 

Aquarius - Season 1

Aquarius – Season 1

Après Fox Mulder et Hank Moody, David Duchovny endosse le costard rétro de Sam Hodiak dans le Hollywood de 1967, un policier de LA qui se lance sur les traces d’un certain Charles Manson, prouvant que décidément tout n’était pas si love durant le « summer of love ». 

Aquarius - Season 11967 fût une incroyable année rock et la série Aquarius s’en sert astucieusement pour accentuer son coté machine à remonter le temps. Nous entendons ainsi « Everybody’s Been Burned » des Byrds. Nous sommes à LA, à la fin juin. Et très exactement le 22 au soir. Emma, jeune et jolie ado de bonne famille fait le mur pour rejoindre son boy-friend qui l’attend dans sa voiture. Ils vont à une party hippie du coté de Laurel Canyon. Lorsqu’ils y parviennent retentit le « I Can See For Miles » des Who. Un drôle de beatnik barbu aux yeux allumés, entouré de jolies filles. Il branche Emma tandis qu’une de ses girls entraine le boy-friend pour le gratifier d’une petite gâterie. Les yeux du beatnik balancent comme ceux du serpent Kaa du Livre de la jungle de Disney. Il dit très mystique : « LA est un serpent électrique, il te veut ; il me veut. Il veut le monde entier. Emma, ni ton papa ni ton petit ami ne sauront te sauver. Mais avec nous, tu survivras. Et si le serpent bouffe le monde entier, et bien nous boufferont le serpent…mon nom est Charles Manson ! »

Chez les Hippies

La mère d’Emma, Grace étant l’ex-amour de jeunesse de l’inspecteur Sam Hodiak, elle l’appelle au secours pour qu’il retrouve sa fille de 16 ans. Comme c’est étrange de revoir Duchovny en costume cravate. On avait tellement pris l’habitude de le retrouver en écrivain destroy débraillé dans « Californication ». Et en plus, là il s’est fait une coupe de cheveux en brosse, on dirait Kevin Kostner dans « JFK » ! Hodiak est tellement straight qu’il fait tache blanche forcément chez les hippies. Alors il s’adjoint les services d’un flic sous couverture : Brian Shafe (Grey Damon), qui ressemble à un mix de Stephen Stills période Buffalo Springfield et de Captain America (Peter Fonda) dans « Easy Rider. »

Freaks

Ambiance psychédélique, Manson entouré de ses filles se prend pour Bob Dylan avec sa guitare acoustique. Le pire c’est que le véritable Manson se prenait pour un Dieu du rock. Celui là aussi, forcément. Une fille explique à Emma tombée amoureuse du gourou comme toutes les autres que « Charlie a eu une vision : un jour il sera plus célèbre que les Beatles »…frisson garanti pour tous ceux comme vous et moi qui connaissons la triste fin de l’histoire. Le 23 juin, la manifestation contre la guerre du Vietnam sur Sunset boulevard est sévèrement réprimée par la police qui tente d’instaurer un couvre- feu à 22h contre tous ces jeunes qui se rebellent. Un petit coup du « Paint It Black » des Stones achève de nous téléporter parmi les freaks. « The love generation plays it rough ! (la génération de l’amour se la joue dur ») analyse Hodiak, notre flic flegmatique. Avec ce handicap qui consiste à connaître la fin de l’histoire avant même qu’elle ne démarre, les scénariste d’Aquarius s’en tirent assez bien. Tiendront ils sur la distance ? That’s the question. Comme dans Mad Men les costumes et les accessoires, en plus des sons rock, participent à cette immersion dans l’Amérique du texan Lyndon B Johnson.  A sa manière,Aquarius nous plonge dans une ambiance noire à la James Ellroy. Diffusée sur NBC voici trois jours, le network s’est offert un petit coup à la Netflix, en proposant le soir même l’intégralité des 13 épisodes de la saison 1 en téléchargement sur sa propre plateforme.

Diffusée sur NBC le 29 mai 2015

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *