STRANGER THINGS

Partager

header3-stranger-things-80s-movies

Sans doute LA série la plus excitante et la plus médiatisée de cet été, avec THE GET DOWN dont nous reparlerons bientôt sur Gonzo, STRANGER THINGS, aux confins de ET, TWIN PEAKS, du film « Super 8 » et …des aventures du Club des 5, ne se contente pas de marquer le grand retour à l’écran de Wynona Ryder, au vu de son captivant pilote de haut vol, ce feuilleton semble décidément tenir toutes ses promesses qualitatives.

stranger-things-posterD’abord pour les quadras et autres seniors, il y aura toujours cette image aussi inoubliable que troublante dans le film« Beetlejuice » de 89, cette brune et punk Lolita beauté vénéneuse, que l’on découvrait alors grâce à Tim Burton, une certaine Wynona Ryder. La retrouver aujourd’hui en mère courage dans STRANGER THINGS est un peu comme renouer avec Claire Danes, découverte dans « Romeo + Juliet » aux côtés de Léo Di Caprio et revenue from the future sur la captivante HOMELAND. Pour tous les autres, y compris les plus jeunes,une STRANGER THINGS ne manque pas non plus d’atouts majeurs. Manifestement, les Duffer Brothers qui en sont les show-runners ont une culture cinématographique extensive en général et une vénération toute particulière pour Spielberg. La trame se déroule dans une « Peyton Place » type,une petite ville américaine baptisée Hawkins, dans l’Indiana, où tout forcément va finir par tourner de travers. Tout d’abord il y a cette bande de quatre pré-ados, fans de jeux de rôle modèle Donjon et Dragons. Après une partie de dix heures ininterrompue, à la tombée de la nuit chacun décide de regagner son domicile à vélo. On songe bien sûr à « ET » mais également à « Super 8 » car le mystère ne va guère tarder à s’installer. Car dés lendemain, Will l’un des quatre potes manque à l’appel. Joyce Buyers ( Wynona Ryder) sa mère s’alarme de sa disparition.

La vérité se trouve indéniablement ailleurs.Wynona Ryder

Après avoir alerté le shérif local Jim Hopper (David Harbour), elle est prête à remuer ciel et terre pour le retrouver. Cela tombe bien, car justement dans un laboratoire secret de l’armée juste à proximité, il se passe de drôles de choses. Et là, on tombe entre TWIN PEAKS et X FILES pour un glissement progressif vers l’étrange, Lorsqu’une petite fille aux pouvoirs de télékinésie parvient à s’échapper du labo pour être secourue par nos trois détectives en herbe, Lucas, Mike et Dustin, en quête de leur ami. Soudain, se déchaine la théorie du complot où la vérité se trouve indéniablement ailleurs. Le patron du labo , le sombre Doctor Martin Brenner (Matthew Bodine) jouant l’alter-ego du « cancer man » des X FILES. Sachant que tout ceci se déroule en 83, les décors, les fringues comme les coiffures ont de cet addictif aspect rétro nostalgique qui contribue à tout l’attrait que l’on peut trouver à ce STRANGER THINGS. Attrait boosté par une BO à l’unisson où l’on vibre, entre autres, sur l’ « Africa » de Toto. STRANGER THINGS en huit épisodes, qui font l’unanimité depuis leur publication sur Netflix le 15 juillet dernier, a su largement captiver l’attention du public US, on peut parier qu’il en sera de même en Europe. En attendant une très vraisemblable et palpitante seconde saison à venir.

Diffusée sur Netflix depuis le 15 juillet 2016

 

.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *