STRANGER THINGS S02

Partager

 

 

Stranger Things 

Sûr et certain, pour un GBD, il n’était pas aisé de résister. Néanmoins, sans tomber dans le binge watching, j’ai dévoré cette seconde saison de STRANGER THINGS avec une rare délectation, succombant à nouveau aux nostalgiques réminiscences des années 80, aussi bien visuelles que soniques imaginées par les jumeaux Duffer. Mais ce qui la rend le plus accro à nos yeux réside incontestablement le climat de la petite ville de Hawkins et surtout, son incroyable galerie de personnages. Et au premier rang, le noyau central des kids de STRANGER THINGS. Alors oui, avec STRANGER THINGS c’est un peu « ET » percute X Files qui rencontre les « Gremlins » aux sommets de TWIN PEAKS en passant par « Super 8 »…, « Ghostbuster »,  le Club des Cinq d’Enid Blyton….et, bien entendu, Stephen King le maitre incontesté de l’épouvante. Carrément. Portée par 19 titres emblématiques des 80’s- je crois bien avoir interviewé à l’époque 9 des 19 artistes qui la constitue, du Clash à Corey Hart en passant par New Order- la BO qui regroupe les deux premières saisons est tout simplement canon et participe largement au climat si addictif de cette série d’exception.

 

 

Voici un an, (voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/stranger-things.html) j’avais déjà craqué sur cette série, qui repousse joyeusement les limites de l’imagination, créée par Matt et Ross Duffer…nés coïncide ment en 1984…précisément l’année où se déroulent les évènements qui émaillent cette addictive Saison 02 de STRANGER THINGS. D’abord, il y a ces décors, ce souci extrême de précision des objets, des vêtements, des automobiles…et des musiques qui évoquent l’acuité historique d’un MAD MEN. Néanmoins, le succès de cette seconde saison ne peut en aucun cas se limiter à cette précision esthétique si nostalgique. Ce qui porte loin en avant STRANGER THINGS c’est incontestablement son casting de personnages et de comédiens si attachants. Et en premier lieu les fameux « kids », ces gamins accros à leur talkie-walkie, inlassablement en selle de leurs vélos-destriers et toujours prêts pour l’aventure. D’abord Mike Wheeler (Finn Wolfhard), avec son look Harry Potter, son courage, son flair…et son béguin pour Eleven. Puis, le futé et audacieux Lucas Sinclair (Caleb McLaughlin) ,  l’attachant Dustin Henderson (Gaten Matarazzo), atteint d’une maladie génétique rare ( une dysplasie cleidocrâniènne) qui se prend d’affection pour le polywog du « monde à l’envers » qu’il a recueilli et nommé d’Artagnan, un peu comme Elliott avait jadis hébergé ET. Sauf que, sans vouloir vous spoiler, vous vous doutez bien que le batracien en question n’est pas à proprement parler un gentil ET. Enfin, il y a quatrième mousquetaire de la bande, Will Byers (Noah Schnapp), personnage central de la série, qui avait été entrainée dans le monde souterrain où règne le terrifiant Demogorgon et qui conserve une puissante relation télépathique avec « the upsdide down ». Mais forcément, comme toute bande de garçons, celle-ci ne sera jamais vraiment compléte sans une fille ou deux. Dans la première saison, on avait déjà succombé à la jeune Eleven/Onze (Millie Bobby Brown) son tatouage, ses super-pouvoirs télékinésiques à la HEROES , dans cette 02, il faudra compter avec les cheveux roux, tout le courage et l’instinct de conductrice de Maxine Mayfield, alias MadMax (Sadie Sink) sorte d’Elie Fanning dans le film « Super 8 ». Le casting de personnages remarquables de STRANGER THINGS ne se limite pas à celui de ses gosses. Côté adulte, Joyce Byers (Wynona Ryder) ne cesse jamais de nous bluffer. On l’avait elle-même découverte ado dans « Beetlejuice », là voilà « mère courage » de ces aventures.

STRANGER THINGS n’a pas fini de vous secouer le cocotier

Stranger Things

D’ailleurs, sur la BO, parmi la vertigineuse « playlist années 80 » on retrouve certaines répliques-cultes, comme justement ce cri du cœur de Joyce pour arracher son fils aux ténèbres : « Jamais je ne cesserai de le rechercher. Je le ramènerai à la maison, oui je le ferai ! ». Il faut également compter avec le débonnaire et pourtant impressionnant Shérif Jim Hopper (David Harbour), qui est à STRANGER THINGS ce qu’Harry Truman est à TWIN PEAKS. Cependant, ce Top 10 des héros ne serait pas complet sans certains personnages secondaires tout aussi attachants tels que Bob Newby ( Sean Astin) le vendeur bricolo du Radio Shack qui fera preuve d’un courage exceptionnel ou le terrifiant Prof fou du labo de Hawkins le Dr Martin Brenner ( Mathew Modine) dont les images en flash-back ne cessent de hanter la mémoire d’ Eleven par les terribles expériences qu’il lui a fait subir. Sur cette seconde et bouillante saison 02 je ne puis hélas rien vous révéler de plus…mais sur cette incroyable BO 80’s je peux me montrer intarissable. Du rôle central du « Should I Stay… » des Clash qui aide Will à communiquer avec les siens, même lorsqu’il se retrouve otage du « monde à l’envers » à New Order et son « Elegia » chaque titre aussi emblématique tient sa place dans STRANGER THINGS. Y compris certains plus obscurs comme « Sunglasses At Night » de Corey Hart ou le « Talking In Your Sleep » de the Romantics. Mais pour le reste, musicalement c’est du lourd : « Every Breath You Take »  de Police, « Time After time » de Cindy Lauper, « Atmosphere » de Joy Division, « The Ghost in You » des Psychedelic Furs ou encore le burné « Rock You Like A Hurricane » de Scorpions. Bref, vous l’aurez compris aussi bien au niveau visuel qu’auditif, STRANGER THINGS n’a pas fini de vous secouer le cocotier étrange, non ?

 

Diffusée intégralement depuis le 27 octobre sur la chaine Netflix

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *