ONE LOVE MANCHESTER LE WOODSTOCK DES ADOS D’AUJOURD’HUI

Partager

 

 

Ariana-grande-manchester 

 

50.000 fans réunis à l’Emirate Stadium de Manchester, des millions et des millions de téléspectateurs du monde entier pour assister au triple pari gagné par la p’tite Ariana Grande de 23 ans : rendre hommage aux 22 spectateurs assassinés durant l’attentat qui a frappé son concert voici deux semaines, lever le plus fonds possible pour venir en aide aux victimes et consoler les kids de Manchester, comme leurs familles. Entourée de nombreuses stars pour ado, tels Justin Bieber, Miley Cyrus, Katy Perry, des Black Eyed Peas (sauf Fergie en rupture du groupe) Pharrell Williams, Coldplay et de l’ex-Oasis Liam Gallagher l’enfant du pays, Ariana Grande a prouvé à toute la planète que les héros de la pop dite « commerciale » avaient aussi du cœur et ce supplément d’âme  démontré hier avec passion dans ce Woodstock pour teen-agers des années 2000. Sans nul doute, ce concert de solidarité où l’amour coulait à flots sera tout aussi essentiel pour les gamins d’aujourd’hui que ne l’ont été les « 3 jours de musique, de paix et d’amour » de Woodstock pour notre génération, à l’instar du Live Aid de 85 ou du concert pour Mandela de 1988 pour les suivantes. Bravo Ariana, tu as su te montrer si grande perchée sur tes talons hauts 😉

 

Ariana GrandeJ’avoue qu’au début du concert, j’étais plutôt dubitatif quant à la programmation. Cependant, très vite j’ai dû me résoudre et ranger les boulets rouges que je m’apprêtais à tirer. Loin des bons sentiments sirupeux que je craignais, Ariana Grande et ses amis parvenaient à faire couler des flots d’émotions et même quelques larmes. En 1969, à Woodstock ce qui unissait les kids c’était le plus ardent désir de paix et d’amour pour lutter contre la guerre du Vietnam qui les forçait à partir se battre dans un pays lointain pour une cause en laquelle ils ne croyaient pas. Quarante ans plus tard, les gamins et les gamines de Manchester se retrouvent unis pour dénoncer le terrorisme islamiste et vaincre cette haine par le pouvoir de l’amour. One love, faut-il rappeler était le nom donné par Bob Marley au fameux concert pour la paix qu’il avait organisé le 22 avril 1978 au National Stadium pour réunir les deux opposants politiques, le travailliste Michael Manley et le conservateur Edward Seaga, dont les partisans ne cessaient de défourailler les uns contre les autres, ensanglantant les rues de Kingston. Les 16 formations jamaïcaines les plus cruciales s’étaient jointes aux Wailers pour ce que l’on qualifiait alors de « Woodstock du tiers monde ». C’est dire si ce choix du « One Love » pour baptiser ce concert de Manchester apparait symbolique. Et des symboles, il n’en a pas manqué hier soir durant les trois heures de ce mega-show. Les larmes d’Ariana et celles de ses fans n’étaient pas feintes, bien au contraire. Tout comme la surprenante vague d’émotion portée par Justin Bieber, l’idole des ados, qui a interprété deux de ses hits de la manière la plus dépouillée, voix et guitare acoustique, dédiant sa performance aux victimes et à leurs familles. Franchement, jamais je n’aurais cru que le Bieber, si futile habituellement, puisse faire preuve d’autant de compassion sans la sur-jouer. Avec la bien nommée « Where Is The Love », Ariana a remplacé Fergie auprès des Black  Eyed Peas  pour que jaillisse l’amour sur cette scène de Manchester.

« Don’t Look Back In Anger » ( ne te retourne pas en colère)

Liam

Autre grand moment d’émotion, lorsque la chanteuse de 23 ans a retrouvé une chorale de collégiens de la ville martyre pour entonner sa chanson « My Everything ». Sans doute ma chanson favorite des Crowded House « Don’t Dream it’s Over », sublime composition d’espérance et de chagrin, reprise en duo par Myley Cyrus et Ariana Grande n’a pas manqué de me donner la chair de poule. Tout comme face à l’autre duo exceptionnel de la soirée, lorsque Ariana et Chris Martin de Coldplay ont repris l’hymne mancunien  des enfants du pays, Oasis, le sublime « Don’t Look Back In Anger » ( ne te retourne pas en colère), reprise en choeur juste après l’attentat. À la tombée de la nuit, Chris Martin et son Coldplay ont fait résonner leur ode à la joie, « Viva La Vida », parvenant à faire chanter et danser les 50.000 spectateurs présents dans la même communion de la joie de vivre, de l’insouciance préservée et de l’espoir, des armes de destruction massive de la haine des terroristes islamistes. Si l’absence de Noel Gallagher fut remarquée, la présence de son frère Liam a su faire vibrer la foule de Manchester, avec la composition emblématique que l’ex- chanteur d’Oasis a dédié aux disparus, à leur famille et à sa ville, l’utopique et si puissante « Live Forever » tellement chargée d’espoir. Enfin, la petite Grande a achevé ce show à fleur de peau par la classique « Somewhere Over the Rainbow » du Magicien d’Oz, gorgée d’espoir, pour choisir de vivre dans un monde meilleur, plus solidaire, plus humain…tout ce que les idoles pop des djeuns ont su prouver hier en nous submergeant de tout cet amour, loin si loin de leur image plastique habituelle. One Love Manchester aura également marqué le retour de « Madchester », prouvant que la haine peut être défaite par la compassion et le pouvoir des sentiments humains. À l’heure où le Royaume-Uni se remet de sa troisième attaque terroriste en quelques semaines, ce concert aura su nous mettre tant de baume au cœur. Love is the message and the answer !

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *