MORT DU KRAFTWERK FLORIAN SCHNEIDER

kraftwerk-florian-schneider-Il est en fait décédé depuis une semaine, mais on l’apprend seulement, Florian Schneider, le fondateur de Kraftwerk, le plus célèbre de tous les groupes allemands nous a quittés à 73 ans emporté par un cancer fulgurant. Il a été enterré en Allemagne lors d’une cérémonie privée.  C’est en 1974 avec l’incroyable « Autobahn » que notre génération avait succombé à ces pionniers incontestables de la musique électronique. Car sans Kraftwerk, il n’y aurait eu ni New Wave, ni électro…ni rien qui ressemble à un hit synthétique. Immense respect, RIP mister Schneider.

florian-schneiderEn 77, Bowie publie son « Heroes », son second album de la trilogie enregistrée dans le studio Hansa de Berlin, or un des titres est baptisé « V-2 Schneider » en hommage à Florian Schneider, source d’inspiration majeure du Thin White Duke, qui avait créé Kraftwerk avec son pote Ralph Hütter à Dusseldorf à la fin des sixties. Mais c’est seulement en 1974 que nous encaissons le choc frontal du son incroyable de Kraftwerk, en découvrant l’hallucinant « Autobahn » et sa chanson-titre d’une face entière de LP sur 20’ 43’’. Un trip aussi dingue que futuriste, un film noir pour les oreilles et le début d’une longue, d’une très longue histoire d’amour avec le public rock.  L’année suivante, le quatuor allemand récidive avec « Radio-Activity ». Même combat en 77 avec le visionnaire « Trans-Europe Express », puis « The Man Machine », porté par le hit extraordinaire « The Model » – qui inspirera très largement le « Mannequin » de Taxi Girl-. A l’aube des années 80, juste après la révolte punk, apparaissent les Orchestral Manœuvres in the Dark, Human League, Ultravox et autres Eyeless In Gaza, or ce sont tous des enfants de Kraftwerk, à l’instar de Depeche Mode qui n’aurait sans doute jamais existé sans le groupe de Dusseldorf. C’est dire l’immense influence qu’aura eue Kraftwerk sur toute la musique de la fin du 20éme siècle. Et avec l’émergence de l’électro et du hip hop, ce sont autant de nouvelles générations de musiciens qui leur sont redevables. Chaque jour.

 

florian-schneiderApprenant le décès de Florian Schneider, Midge Ure d’Ultravox lui a rendu un vibrant hommage décrivant Schneider comme « si en avance sur son temps », tandis que le chanteur Edwyn Collins a résumé la situation par ces mots simples : « Il est Dieu ». Selon une déclaration du groupe, il « est décédé d’une courte maladie cancéreuse quelques jours seulement après son 73e anniversaire ». Depuis l’annonce de sa mort, des suites d’un cancer fulgurant, les témoignages se multiplient sur le net. Gary Kemp, de Spandau Ballet, a écrit « Florian Schneider a exercé une influence si importante sur une grande partie de la musique que nous connaissons, de Bowie à l’électronique, en passant par la techno moderne et le rap, et même au-delà, qu’il a forgé une nouvelle métropole musicale dans laquelle nous pouvons tous vivre. RIP #FlorianSchneider #Kraftwerk ». Le clavier de Duran Duran, Nick Rhodes, se souvient d’avoir découvert « Autobahn » comme un choc et il a publié : « J’ai toujours admiré leur innovation et leur créativité » et « l’influence du groupe sur la musique contemporaine est profondément ancrée dans le tissu de notre culture pop ». OMD a déclaré :  « Nous sommes absolument dévastés d’apprendre le décès d’un de nos héros, Florian Schneider ». Et Jean-Michel Jarre :  « Mon cher Florian… Votre Autobahn ne finira jamais… Le Tour de France ne sera plus jamais le même…#FlorianSchneider #kraftwerk #Autobahn ». Tant et tant d’artistes ont été influencés par le son qu’ils ont su créer. Et si aujourd’hui tous les rock-critics saluent sa mémoire, il faut se souvenir qu’au début des 80’s les tenants du rock pur et dur considéraient Kraftwerk comme un groupe gadget et raillaient leurs concerts où ils se faisaient si souvent remplacer par des robots à leur image en rang d’oignon derrière leurs claviers sur scène. Mais avec l’avènement e la musique électro, le groupe est soudain devenu incontournable. On a  enfin reconnu la force de leurs pochettes d’album saisissantes qui ajoutent à leur impact visuel, une totale identité artistique et musicale qui a d’ailleurs conduit à une série de résidences acclamées dans des galeries comme le MOMA à New York et la Tate Modern à Londres dans les années 2010. Pour tant et tant d’amoureux de la musique, les  Kraftwerk resteront dans nos mémoires comme des Beatles électroniques et aujourd’hui John Lennon a tiré sa révérence. Auf Wiedersehen Florian Schneider…

 

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.