Mort de Nick Knox le batteur des Cramps

Partager

 

 

Nick Knox 

Il était membre d’un des deux groupes de rock le plus culte avec le Velvet Underground, Nick Knox le batteur des Cramps a tiré sa révérence. Il avait tout juste 60 piges. Le monde du rock en général et du psychobilly en particulier rend un hommage unanime à celui qui a su contribuer à propulser l’inimitable beat des Cramps au panthéon de nos héros immortels. So long Nick !

 

Nick KnoxLorsqu’ils explosent au crépuscule des 70’s, les Cramps emportés par le couple Lux Interior et Poison Ivy – qui ont du d’ailleurs sacrément inspire Jack White et madame pour créer leur White Stripes- sont un tout qui ne ressemble à rien. De leur look improbable à leur son qui mixe furieusement énergie punk, épouvante de serie B et rockabilly nerveux, en passant par le graphisme incroyable de leurs pochettes d’albums, le power combo made in Sacramento coche à peu près toutes les cases du mythe rock. Les Cramps aliaient l’énergie brute version « gaba gaba hey » de mes potes les Ramones avec le blues sous LSD de Screaming Jay Hawkins. C’est toute cette folie que Nick Knox rejoint dés 1977 après avoir quitté the Electric Eels. En ce temps là, les Cramps se sont exilés à New York pour rejoindre le club exclusif des formations qui hantent inlassablement les scénes alternatives du CBGB et du Max’s Kansas City. Tout au long des 80’s, longtemps signés sur le label IRS de Miles Copeland,  épaulés par l’arrivée de l’ex guitariste du Gun Club, Kid Congo Powers, les Cramps constituent l’un des groupes les plus explosifs du rock US, même si le poids des charts et le choc des ventes ne seront jamais vraiment au rendez vous. Mais si les Cramps avaient voulu être Guns & Roses à la place de Guns & Roses cela se saurait ! Knox contribue aux albums les plus cruciaux, tels que « Songs the Lord Taught Us »,  « Psychedelic Jungle » et le crucial « A Date With Elvis », puis il quitte le groupe au tournant des 90’s pour se mettre au vert à Garfield Heights dans l’Ohio. Largement détaché de la scène rock, il réapparait en 2013 sur l’album de Cheese Borger And the Cleveland Steamers, assurant la batterie sur trois titres. Plus récemment il était devenu le conseiller musical d’un autre groupe punk de Cleveland, Archie and the Bunkers. Hélas, Nick Knox vient de s’éteindre à seulement 60 ans, rejoignant ainsi son frère rock Lux Interior décédé en février 2009.

 

Nick KnoxDe nombreux musiciens rendent hommage à leur ami batteur des Cramps, tel l’ex Electric Eels John D. Morton qui écrit : « Mon ami Nick Knox a embrassé la faucheuse hier soir », a-t-il déclaré sur Twitter. Se référant à l’image qui accompagne son post, Morton ajoute: « J’ai vu un autoportrait de l’artiste Tseng Kwong Chi devant la Tour Eiffel, sauf que sa silhouette avait été découpée. Cela m’a été expliqué comme une coutume de se souvenir des morts en les ôtant des photos.  »

L’ex- (autre) batteur des Cramps, Miriam Linna, a également publié un long hommage sous-titré : au revoir cher Nicky. « J’écris ceci maintenant avant que j’aie le temps de réfléchir logiquement. Je me sens si royalement abattue par le temps et le destin, qu’il est difficile de faire encore plus que de s’émerveiller devant les marionnettistes de l’absurde qui agissent par caprice et par envie de bousiller nos visions de la perfection. »

De son côté, le guitariste Kid Congo Powers a écrit : « RIP. Tu étais le plus cool des mecs cools. Heureux d’avoir joué sur ton beat de caïd. Au plaisir de te retrouver sur l’avion mystérieux (…) Tu nous manques déjà. » On ignore encore à cette heure les causes de la disparition de Nick Knox.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Pierre dit :

    sale temps pour les batteurs, après la disparition de DJ Fontana, batteur historique d’Elvis…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *