LES STONES @ U ARENA EPISODE 3 THE LAST ROCK SHOW…

Partager

 

 

Stones 

Et si c’était le meilleur show des Stones, depuis un certain 5 juillet 1995, lorsque le gang de Dartford, Kent avait investi le mythique Olympia pour un concert absolument hors-norme, dans l’intimité de cette salle où j’avais enciassé le choc de mes premiers groupes (Santana, Ten Years After, Lou Reed) ? Hier soir, à la U Arena, se tenait donc leur troisième concert parisien, en clôture de ce « No Filter Tour », et c’était absolument bluffant. Problèmes de son et d’écho intempestif des deux concerts précédents réglés, et les papys dans une forme insolente, pour une performance incroyablement rock, sans une once d’ego, où la seule megastar consacrée était la Musique (yes, avec la majuscule). Effectivement, depuis ces vingt ans et plus, jamais les Rolling Stones ne m’avaient autant scotché que ce soir. Rock on…

 

Stones OneBon, je ne vais pas vous refaire la set-list, assez similaire aux deux derniers concerts. Ouverture dans le rouge avec « Sympathy For the Devil », comme jeudi dernier, suivi du vaillant « It’s Only Rock And Roll ». Et si le public, majoritairement grisonnant de la U Arena, se remue bien peu le « tokhes », comme on dit en yiddish, inversement de leur côté, les Stones se la donnent comme jamais. D’abord, tout le monde sourit à pleines dents, même si on ne peut s’empêcher de songer qu’à eux quatre ils ont dû enrichir un sacré paquet de chirurgiens dentistes experts en implantologie. But what the fuck…ils ont toujours une incroyable prestance, ils sont sveltes et élégants, comme des dandies. Et surtout, au-dessus de tout, le quatuor Jagger-Richards-Watts-Woods draine une incroyable et impétueuse énergie. Ce soir, même les deux titres blues,« Just Your Fool » et « Ride ‘Em On Down », semblent enragés. Le son est brulant et puissant  tel un whiskey de moonshiner, vendu sous le manteau.

La hippie « She’s A Rainbow » s’est imposée

Stones

Seule (petite) ombre au tableau : le choix de la fade « She’s So Cold ». Parmi les « Tumbling Dice » et autres « Gimme Shelter », elle fait un peu tache. Dimanche le public s’était, à la place, régalé d’un rare « Dancing With Mister D ». Fort heureusement, suit « le choix du public », en fait via l’app « Rolling Stones » qui permettait de voter en ligne, et sans surprise la hippie « She’s A Rainbow » s’est imposée dans une interprétation aussi magique que nostalgique. On se souvient que le titre de 1967 avait été enfin doté d’un vidéo-clip, en septembre dernier (voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/le-clip-de-shes-a-rainbow-des-stones-enfin-sorti.html) . Retour du cor de chasse pour l’intro flamboyante de « You Can’t Always Get… », mais c’est surtout l’interprétation cinglante de « Paint It Black », taillée comme le fil du rasoir, qui m’a largement impressionné. Images en noir et blanc, sur les écrans géants, et toujours cette indomptable puissance qui propulse les Stones jusqu’aux étoiles, à la vitesse de la lumière. Entre les morceaux, Jagger exerce à sa manière son art de la langue française, nous rappelant au passage que, depuis la toute première visite du groupe à l’Olympia en 67, les Rolling Stones avaient donné 45 concerts en France. Dire que j’en ai vu un peu moins de quinze…

Une putain d’apothéose

Stones

Comme chaque soir, après un « Honky Tonk Women » enfiévré, Jagger en hôte exercé présente les musiciens. Et, sans surprise, les plus acclamés sont Charlie, Ron et ce bon vieux Keith qui manifestement nous kiffe avec toujours autant de vigueur : « I love you all.. ; » lancera-t-il de la manière la plus attendrissante à ce public conquis par son joyeux « Happy ». La fin du show, vous la connaissez déjà : les perles s’enchainent, plus électriques que jamais, « Miss You »- où l’entrainant Mick parvient sans peine à faire chanter le public, le récompensant d’un joyeux « oh comme vous savez bien chanter ! »- , « Street Fighting Man », « Start Me Up », « Brown Sugar » et « Jumping Jack Flash ». Cependant, preuve que nos Stones se la donnent comme rarement, ils nous ont également offert une version ultra étendue de « Midnight Rambler », improvisant longuement comme des gamins, dans un impitoyable duel de guitares. Dans cette palette de pures émotions rock, seule ombre au tableau : quelques appariteurs vêtus de gilets jaunes « sécurité » sont venus nous pomper l’air, tentant en vain de nous obliger à nous assoir, dans un concert de rock. Totalement incongru. D’ailleurs, dés que les gros bras se sont eclipsés, les spectateurs se sont relevés, pour jouir des derniers instants de ce show qui nous fait déjà regretter qu’il n’y ait pas demain un autre concert et un autre et puis un autre et encore ad lib…. « Gimme Shelter » et « Satisfaction » en rappel, et les Stones s’éclipsent, après une performance d’un peu plus de deux heures, laissant le public à ses rêves futurs de cette nuit rock idéale. C’est le moment où l’on ne peut s’empêcher de songer que si d’aventure cela devait être leur dernier show, ce fût une putain d’apothéose.

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *