JUSTIN BIEBER « Changes »

justin-bieber-hailey-baldwin.Serait-ce l’album de la maturité pour Justin Bieber ? Pour le cinquième épisode de ses flamboyantes aventures le Canadien se la joue Bowie « Cccchhhhhhh …cccchhhhhhh…anges »- bon, tout est relatif – avec cette collection de hits solides et taillés sur mesures par une joyeuse armada de producers. Beaux textes et jolis beats éthérés, avec des invités prestigieux, dont Post Malone, Travis Scott et Kelhani, Bieber excelle à ce « Hip-Pop » qui ne devrait guère manquer d’exploser tous les compteurs…

ChangesVous qui aviez toujours assumé d’être des « Believers », au sens Monkees du terme, vous voici en passe désormais de devenir des « Beliebers », soit de parfaits adeptes de Justin Post-pubère, nouveau king of pop d’une société aussi confinée que déboussolée. That’s entertainment ! Ce « Changes » se révèle idéal pour faire sa gym, son ménage, sa cuisine ou whatever the fuck d’activité à laquelle vous souhaitez vous livrer…à l’exception bien entendu de toute gymnastique intellectuelle.

   

Par Jean-Christophe MARY

La pop star revient avec un album R&B plus mature où il met en scène sous toutes les coutures, voire dans toutes les positions, son amour illimité pour sa tendre et légitime épouse Hailey Baldwin Bieber. 

Souvenirs, souvenirs…En 2009 Justin Bieber était passé de l’anonymat au rang de star avec « My World » un album pop R&B multi-platiné écoulé à des millions d’exemplaires. Fort de ce succès, l’ado canadien continua de faire danser la planète, enchainant les albums à succès « Believe » (2012), « Under the Mistletoe » (2011) jusqu’à la consécration avec « Purpose » (2015). Des méga-tubes planétaires, en veux-tu en voilà, récupérés par le cinéma, la télé et la pub, une tournée mondiale des stades et puis…plus rien ! On désespérait de réentendre un jour Justin Bieber, qui avait soudainement disparu de la circulation, suite de la suppression en 2017 des dernières dates du « Purpose World Tour » pour pétage de plomb et excès de substances aussi diverses que variées. C’est donc avec un plaisir extrême que l’on apprend son retour. Retour d’autant plus satisfaisant que « Changes » reprend l’histoire là où on l’avait laissée, autrement dit après le fabuleux « Purpose ». Basse monumentale, mélodies pop dance, hip hop, voix alléchante, le Canadien demeure cette infernale machine teenie bopper R&B 2.0 qui entend bien à conserver son titre de phénomène pop mondial. Pour construire ces 16 nouveaux titres, le chanteur s’est entouré de Poo Bear et Josh Gudwin, son producteur et soningénieur de confiance, et bien sûr a invité quelques stars de la scène  hip hop underground telles que Quavo, Travis Scott, Post Malone ou Lil Dicky.

 

justin bieberAlors, quelles sont les raisons de ce changement ? En 2019, Justin Bieber s’est marié à Hailey Baldwin, mannequin et fille du comédien Stephen Baldwin. Le teenager qui chantait « Baby » s’est mué en un homme, un adulte responsable…totalement sobre et devenu carrément bigot. Et « Changes » a été conçu pour bien nous le faire savoir. D’entrée, « All Around Me » met en lumière ce passage à la maturité. Dans cette complainte, il supplie sa compagne de rester à ses côtés, lui dit qu’il a besoin de sa présence physique journalière. Ce chant incantatoire en forme de prière, on le retrouve d’ailleurs dans tous les titres, comme le sucré « Come Around Me ». Dans la continuité de cette ode à l’amour en couple, il y a « Get Me », titre qui nous attire doucement vers un une pop moderne avec des superpositions de chœurs, de voix leads, savamment alambiquées, ou « Second Emotion » aux basses si lourdes qu’elles vous enfonce le plexus, avec en guest l’excellent Travis Scott. La fièvre monte d’un cran avec « Running Over » et sa rythmique ensorceleuse, ses chœurs en spirale et ce flow entêtant de Lil Dicky. « Yummy » vous renvoie en surface pour une bonne bouffée d’oxygène avant la montée finale tout en apesanteur de « E.T.A ». Véritable tube en puissance, « E.T.A » est un slow ensorcelant dont ne se lasse pas et qui devrait être diffusé en boucle sur les dance-floors internationaux à l’été 2020 ( à condition qu’ils soient rouverts : NDR). Élaborée par les deux talentueux producteurs cités plus haut, la musique de Justin Bieber est construite avec intelligence et prend le parti du son aux riches couleurs du plaisir, de l’humour et de la fête comme le témoigne le très déroutant « Forever », où Post Malone injecte son flow identifiable entre mille. Saluons donc l’arrivée de ce cinquième album de très bonne tenue, aux titres accrocheurs, dotés par moments de petits brins de folie électro aux belles envolées lyriques qui fera sans doute hurler tous les rockers purs et durs sous le cuir de leur Perfecto.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.