Hier au Petit-Bain retour vers le futur des 80’s avec the Saintcyr et Wallenberg

Partager

 

 Saintcyr

 

Petit-Bain résolument « new cold wave » hier, aux pieds de la bibliothèque François Mitterrand, les accents ténébreux d’un rock fatalement influencé par les héros British du tournant des 80’s ont largement secoué cette péniche-concert. The Saintcyr éblouissant par le magnétisme de son chanteur, comme par ses références impeccables, et Wallenberg, qui faisait résonner sa sombre colère, ont offert un show puissant aux (chanceux) spectateurs présents.

 

 

Saintcyr voix et influences incontournables du rock anglais du début des années 80, dès le premier titre, et au fil des morceaux interprétés ce soir, le chanteur Sébastien Crepinior s’inscrit dans la droite ligne de ses ainés. Cure, bien entendu avec des incantations à la Robert Smith. Mais pas seulement. On retrouve également du Depeche Mode, façon Dave Gahan, dans cette manière si émotionnelle de chanter, sans oublier les Soft Cell et autres Orchestral Manœuvres In The Dark. Entouré d’une (jolie) bassiste et d’un synthé exercé, avec l’ex-Marc Seberg Pascale Le Berre à la console pour un son aussi puissant que précision peut considérer que The Saintcyr ont pris leur envol hier soir pour ce qui devrait être une longue et belle carrière rock. C’est tout ce qu’on peut leur souhaiter. Wallenberg, la formation mythique d’Hervé Wallenberg a pris la suite sur la scène du Petit-Bain pour un show ténébreux et incantatoire. Hervé a su subjuguer la salle de sa voix puissante, Welcome back my friend  & best of luck.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *