H.E.R. “I Used To Know Her”

H.E.R. Lauréate des Soul Train BET Awards, largement plébiscitée ( 5 nominations tout de même !) pour les prochains Grammy, H.E.R., portée par son album le lumineux “I Used To Know Her”, est sans doute ce qui nous arrive de mieux au pays du R&B depuis que Lauryn Hill est aux abonnées absentes et qu’Alicia Keys pouponne joyeusement. Super voix, super compositions, à seulement 22 printemps H.E.R. n’a pas fini de nous subjuguer.

H.E.R. “I Used To Know Her”Certes, l’album compilation des deux EPs de H.E.R.  ( rien à voir avec le groupe pop hexagonal homonyme , voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/mort-a-27-ans-du-rennais-simon-carpentier-du-duo-pop-emotionnel-her.html ) est peut-être sorti en aout dernier, mais trois mois plus tard, son fulgurant “I Used To Know Her” n’a rien perdu de son extraordinaire acuité à nous convaincre. De son vrai nom Gabriella Wilson, la chanteuse originaire d’une petite localité sur la côte, au nord de San Francisco s’est auto-baptisée HER acronyme de Having Everything Revealed (soit littéralement Avoir Tout Dévoilé). Petit phénomène, elle se fait remarquer dès ses 14 printemps en publiant un premier single sous son véritable nom. Mais il faudra attendre sa métamorphose à 20 ans, sous son nouvel alias, pour que H.E.R. émerge véritablement, comme une sorte the Weeknd au féminin, portée par son R&B aussi planant qu’incandescent. Dés le premier titre, Gabriella paye son hommage appuyé à Lauryn Hill avec « Lost Souls » absolument décalqué- samplé de son percutant « Lost Ones » sur « The Miseducation of Lauryn Hill » sorti en 1998… lorsque H.E.R. avait tout juste…UN an ! Superbe voix pour climat émotionnel avec « Fate », feeling bluesy acoustique sur « Carried Away », cool woman accomplie façon Alicia Keys avec « Going » ou « Can’t Help Me », soul diva avec l’irrésistible « Something Keeps Pulling Me Back »,  séductrice acoustique à la Minnie Riperton sur « 21 », capable de nous faire pleurer des rivières sur la sublime « I’m Not Ok », jazzy groovy avec « As I Am » ou juste tubesque en diable avec l’incroyable « Hard Place », H.E.R. propulsée par toutes ces palettes d’émotion est un vrai phénomène au pays de la blackitude agitée. Et à 22 ans on se dit que cette chanteuse surdouée de Vallejo, California n’a pas fini de nous faire frissonner, car E.L.L.E.😉 s’inscrit si durablement dans notre paysage musical. Et aux Grammy Awards le 27 janvier prochain on peut prédire qu’elle va tout rafler. Vous voulez parier ? 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.