GO-GO CRANKIN’ : « Paint the White House Black »

Partager
trouble funk

trouble funk

 

Ça claquait comme un slogan…repeignons en noir la Maison-Blanche ! Mais à l’époque en 1985, lorsque la Go-Go music est apparue, cette petite cousine du rap naissant était également un chant pour les libertés, pour ce qui n’était pas encore ouvertement affirmé comme une authentique fierté ébène. A sa manière, portée par ses stars anonymes, la Go-Go Music a pavé la route qui mène au hip-hop d’aujourd’hui. Petite leçon d’archéologie sonique…

GO-GO CRANKIN' : « Paint the White House Black »Ce sont les enfants du Docteur Funkeinstein. les fils naturels de Clinton et de la folie funk acide de son Funkadelic/Parliament « Chocolate City, son tube millésimé 1975. C’est Washington Department of Columbia, la tête politique (blanche) de l’Amérique. Son of a bitch’, le Capitole et le Reagan’s Palace, sont peut-être peints en blanc, mais la majorité y est noire et massive à plus de 90 %. Voilà un couple d’années, au club 9/11 de D.C, j’assistais à la naissance du phénomène Go-Go, un retour aux forces vives et naturelles du funk, aux antipodes de toute la frime et de la tchatche des rappeurs, étymologiquement, la Go-Go doit son nom à un titre de Smokey Robinson : « Going To a Go-Go» et ce choix reflète bien la filiation, le retour au F.U.NK tout simple et sans complexe, énergique et défoulant. Le symbole de la « Go-Go » c’est la « Bomb ». Pas une arme de guerre, mais le détonateur de la fête, le fun, un optimisme actif qui parvient à effacer la crise.

La Go-Go est un way of life

Avec la Go-Go, la musique noire se souvient de Curtis Mayfield et d’Isaac Hayes, des cuivres en diable de la Stax et de Motown, du Godfather James et de tous les autres. Premier revival funk, la Go-Go éclate avec l’énergie d’aujourd’hui. Sans gadgets ni artifices, ces héros funk sont anonymes tels Redds and the Boys, Trouble Funk ou Shaddy Grove. Ils ne seront sans doute jamais des alpinistes des hit-parades. Ils s’en balancent. La Go-Go est un sport, une philosophie, une way of life et ça vous remplit la vie. D’ailleurs, tous ces groupes ne savent pas tricher, tous les titres de cette double compilation sont enregistrés dans les conditions du live. L’honnêteté semble aussi être une des qualités des Go-Gos bands, mais elle est loin d’être la seule.

Publié dans le numéro 205 de BEST daté d’aout 1985

BEST 205 small

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *