Gitans en emportent le vent…

Partager

Kendji JiracC’est une invasion…les minets gitans sont de sortie et bouchent nos horizons médiatiques. Du pré-pubère Kendji Girac au tatoué braillard Keen V, ils nous feraient presque regretter les Gypsy Kings…c’est dire !

 

Keen V caca boudinY’en a marre…marabout…bout d’ficelle…le style gitan fait soi-disant peau neuve avec une touche de beat électro pour faire passer la pilule. Et le pire c’est que ça marche. Eau gaz à tous les étages, comme disait Serge, on les voit sur toutes les chaines de clips, bardés de labels « meilleur espoir » ou « chanson de l’année » (sic !) comme les bestiaux du Salon de l’Agriculture leurs médailles de concours agricoles. Car entendons nous bien, il n’est effectivement pas question de culture dans le retour du style gitan, mais exclusivement de gros sous. Vaches à lait pour multinationales, ils sont, oh surprise, souvent issus de la télé-réalité. Prenez Kendji Girac – non, pas le fils de Jacques et Bernadette Jirac…d’autres Jirac- avec ses trois poils au menton, le gamin- il n’a que 18 piges- est une révélation…de the Voice, c’est tout dire. Coaché par Mika, on se demande si les yeux de braise du jeune éphèbe ont bien opéré leur charme, et si donc par conséquent the Voice ne devrait pas plutôt s’appeler « The Tronche ». Une base de flamenco sur un placage de sons synthétiques, et le tour est joué. de « Andalouse » à « Couleur Gitano » en passant par « Elle m’a aimé » c’est inlassablement la même et ennuyeuse rengaine ay ay ay… Avec des textes aussi poignants que « y’a eu les plateaux/ Y’a eu les photos/ Ya eu les frigos…non là je déconne,/ Et les villes enchainées… » C beau comme un camion tout ça ! L’autre gitano du moment ,c’est le susnommé Keen J. Franchement, il aurait mieux fait de continuer à louvoyer dans le reggae zouk qu’il pratiquait auparavant, car l’opportunisme de plonger dans le style flamenco-coco est, comme on dit, cousu de fil blanc. Je vous fais grâce de l’examen des titres du lascar, mais franchement comme on dit au labo où je fais mes analyses, tout ça ne pisse pas très loin. Vivement kil trouve sa Baarbie ce Keen là ! Son dernier « hit » intitulé « J’me bats pour toi » est doux comme un kilo de sucre de trop  pour un diabétique, une intense nazerie à vous faire regretter les tziganes d’antan. Car jadis, ça gitanait classe avec le grand Manitas de Plata voire même les Gypsy Kings. Même Paco (François Berthelot, l’homme qui m’a revendu sa  Triumph Stag début 1991)- oui  je l’ai toujours, thanx!) avec sa reprise de « Amor de mi amores » était un cador face à ces éphèbes manouches et autres tatoués. Alors, vivement que le temps  et le vent emportent bien vite tous ces gitans dépassés.

 

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *