FRED SIGNAC : « La preuve du contraire »

Partager

fred_signac_la_preuve_du_contraire_0

C’est déjà son sixième album et sa sombre mélancolie ne peut laisser indifférent, car Fred Signac joue et ose s’aventurer dans la cour des grands, derrière Manset, Bashung ou Murat. La preuve…avec « La preuve du contraire ».

 


Fred CignacIl y a un petit quelque chose de Cohen au fond de cette voix caverneuse d’une abyssale tristesse, mais pas seulement. Jadis on raconte qu’il était punk et qu’il reprenait le Velvet underground. A l’écoute de son émotionnel « La preuve du contraire » on n’est guère surpris. Il y a également du cuir Perfecto Schott de Lou Reed chez ce type-là. Une voix parfois désincarnée qui rappelle le Lou lorsqu’il égrenait son flow sur cet incroyablement tragique « The Gift ». Ecoutez le scander la poésie trouble de « Ces mots que je voudrais te dire » : Fred Signac est né sous le signe du rock et le revendique à chaque strophe, hanté par ces fantômes légendaires qui ont agité ses nuits.

L’espoir d’un printemps éblouissant

« Tandis que le sang coule comme devrait couler l’encre… » chante-t’il accompagné d’un simple piano dans le prémonitoire « Je n’irai pas demain » qui s’envole jusqu’aux confins de « La mort d’Orion ». Le clip en noir et blanc qui accompagne justement cette chanson aura servi de détonateur : sa grâce dépouillée, sa nostalgie m’ont finalement convaincu de vous présenter- pour ceux qui ne le connaissent pas encore- ce Berrichon de Foêci au rock à fleur de peau. De même sur sa pochette, n’a t’il pas choisi de se travestir, de se maquiller, de se féminiser à l’instar de Gainsbourg avant lui et plus récemment The Legendary Tigerman ? Fred Signac joue et gagne aux contrastes émotionnels, son album a les couleurs monochromes de l’hiver mais il porte en lui l’espoir d’un printemps éblouissant…la preuve du contraire !

 

FRED SIGNAC: « La preuve du contraire »

Dinosaure 06 32 27 27 30

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Dominique Kovacs dit :

    Merci pour ces commentaires sur le dernier Fred Signac !! Il est bon de se sentir en affinités parfois avec l’auditeur ou le chroniqueur, cela encourage à continuer dans la voie choisie avec détermination et confiance…Il est bon de constater que les choses peuvent être perçues et bien comprises … Quant à la formule « le disque le plus triste du moment », comme dit Fred « ce qui est triste est beau » : il a raison au moins pour ce qui concerne son 6 ème album !! signé « la pianiste »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *