Défaites de la Musique VS Grande Mamie Awards : bonnets blancs et blancs bonnets

Partager

 

Beaucoup de fumée pour rien

Beaucoup de fumée pour rien

Il est rare que les Victoires de la Musique s’alignent sur les Grammy Awards, mais cette année, une fois n’est pas coutume, le mauvais gout et les grosses pouffes ont décrochées la queue du Mickey en stéréo durant les deux cérémonies. Pourtant on note néanmoins deux poids et deux mesures : ainsi l’anorexique blondasse Taylor Swift rafle le jackpot à LA lorsqu’à Paris c’est au contraire la grasse Louane qui se voit récompensée. O tempora o mores !

 

Grammys VS VictoiresJe devais bien le sentir car je ne voulais pas assister à une telle boucherie sonique : le soir des Victoires de la Musique, j’en ai donc profité pour aller voir Star Wars au ciné, ce qui vous l’avouerez m’a évité bien des désagréments…et sans doute une bonne crise de déprime. Car, à part l’immense Yael Naïm, ce palmarès est à la hauteur de l’abyssale défaite du monde de la musique dans l’Hexagone. Remarquez c’est facile pour moi de cracher dans la soupe…vu que je n’y ai jamais goûté. Durant des année j’étais particulièrement fier de ne jamais avoir mis un seul pied au MIDEM, considérant que dans le showbiz j’avais choisi mon camp, j’appartenais plus au show qu’au biz. De même, depuis sa toute première édition je n’ai jamais voté une seule fois pour ces Victoires de la Musique et au vu du résultat pour 2016 on peut dire que j’ai su me montrer particulièrement avisé. Etat des dégats : maximum ! D’abord, l’artiste masculin de l’année Vianney. Ce garçon mièvre sans saveur n’a pourtant qu’un tout petit filet de voix pour pousser ses chansonnettes aussi indispensables à la culture que le dernier pipi de mon chat dans son plat. Le malheureux a même massacré le pauvre Michel Delpech en tentant vainement de lui rendre hommage. Révélation scéne avec Hyphen Hyphen…mouais….ceux qui ont voté n’ont sans doute jamais eu la chance d’applaudir en live Prince, James Brown ou Bruce Springsteen…ou alors peut être devraient ils changer d’opticien conseil ! Chanson de l’année Maitre Gims….à coté, Doc Gynéco mériterait d’être intronisé à l’Académie Française tant son rap à la grenadine laisse un gout de synthése chimique sur la langue. Meilleur album de chansons …Johnny Hallyday…là aussi, à mon avis un certain nombre de prothèses auditives ont dû sacrément mal fonctionner pour arriver à un tel paroxysme de mauvais gout. Meilleur album rock…les Innocents. Ceux là je les aime pourtant bien et je suis ravi de les voir ainsi distingués sauf que…les Innocents c’est de la pop, de la chanson française, du franco-folk même si cela vous chante mais en aucun cas du « rock ». Imaginer les Inno en successeurs de Noir Désir, de la Mano Negra, de Téléphone ou des Berruriers noir est un effort d’imagination décidément trop grand pour moi. Meilleur album électro…the Avener, one hit wonder pour une formation qui s’entête à chanter en Anglais avec un accent digne de Maurice Chevalier…on comprend que les Daft Punk aient refusé les années précédentes de concourir à une telle mascarade. Même le honni David Guetta s’en serait mieux tiré, c’est dire ! Meilleur album de rap…Nekfeu…je pige soudain mieux pourquoi je ne parviens plus du tout à écouter du rap Français tant le niveau rase les paquerettes. Non trois fois non, Nekfeu ne sera jamais l’Eminem Hexagonal. Meilleur vidéo-clip ET Meilleur spectacle, cette pisse-froid de Christine and the Queen qui s’entête à singer la danse de Michael Jackson sur un beat à des années lumières de toute funkitude tout en pompant honteusement les vocalises expertes de Kate Bush…bref, lorsque je vois Christine à la télé ; vous l’aurez aisément compris, je dégaine la touche « off » de ma télécommande sous peine de me retrouver couvert de boutons.  D’ailleurs, coté boutons, j’avais déjà eu mon lot en découvrant que la poularde de Bresse Louane avait pondu « l’album révélation de l’année ». On croit vraiment rêver! Par contre, pas la moindre récompense pour la sublime tournée « Mes années Américaines » de Véronique Samson, quelle honte ! Enfin, seul motif local de satisfaction: voir Kendji, le fisl de Jacques et Bernadette Girac repartir la queue entre les jambes. Bref, voilà un palmarès qui mérite qu’on l’oublie aussi tot.

Soirée cata

Coté yankee, on n’était guère mieux loti qu’avec les Défaites de la Musique, avec le nouveau sacre de la pouffe texane ascétique : Taylor Swift. Beurk. Album de Kendrick Lamarl’année, meilleur clip et meilleur album Pop, un palmarès à se glisser deux doigts au fond de la gorge pour vomir ! Meilleure nouvelle artiste : cette grosse trainée de Meghan Trainor…re-beurk ! Chanson de l’année : le fadasse Ed Sheeran avec son ramollo « Thinking Out Loud ». Seules deux satisfactions ont permis à cette cérémonie d’échapper complètement au naufrage intégral. Les Alabama Shakes se sont heureusement distingués par la Meilleure performance rock et le meilleur album de musique alternative. Enfin, sauveteur à lui tout seul de cette soirée cata, l’immense Kendrick Lamar à de nouveau démontré son incontestable hégémonie sur la black music en décrochant le meilleur album rap, la meilleure collaboration, la meilleure chanson rap et la meilleure performance rap après un époustouflant set tout en live et en émotion. Enfin, la la brillante Angélique Kidjo décrocher le meilleur album world… Alléluia ! Autre motif de satisfaction, voir le canadien the Weeknd récompensé d’un meilleure musique urbaine et de meilleure performance R&B. Enfin Mark Ronson et Bruno Mars se partagent la meilleure chanson de l’année pour leur « Uptown Funk ».  Mention spéciale à Lady Gaga, ses cheveux oranges, son Nile Rodgers à ses cotés, pour un invincible et émotionnel medley-hommage à David Bowie, le moment choc de ces 58éme Grammys ex aequo avec la performance live de Kendrick Lamar. Coté récompenses , on espère juste que l’an prochain et en France et aux States, on échappera à pareille Bérézina…ou sinon je vais VRAIMENT Toucher A Mon Poste…mais pour le balancer par la fenêtre !

Kendrick Lamar – The Blacker the Berry/Alright (2016 Grammy Awards Performance) from TDEfam on Vimeo.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Isabelle dit :

    Cher monsieur,
    Nous sommes en démocratie, c’est tout à fait vrai, mais serait-il possible, pensez-vous, qu’un jour nous puissions vivre dans un monde avec différents artistes, de différents talents, qui plaisent à certains et pas à d’autres (heureusement) sans lire des déversements de méchanceté irrespectueuse? Pensez-vous que ces personnes, sensibles, humaines, certainement émotives, aimeront vos propos, si elles les lisent? Croyez vous qu’il soit utile de leur faire du mal? N’y a t’il pas d’autres sujets plus légitimes que les artistes, qui ne sont que des personnes avec un cœur, une sensibilité, et une envie d’exister pour déverser sa colère? Pensez vous que ces propos atteindront réellement celles et ceux que vous semblez vouloir atteindre (l’industrie musicale et ses acteurs) ? Ne faut-il pas plutôt penser aux victimes des attentats, aux enfants qui meurent de faim, aux femmes que l’on censure, aux prisonniers politiques, aux rebelles qu’on assassine, aux génocides, aux désastres écologiques… Les motifs et les raisons de colère ne manquent pas et pensez-vous pas? Ces artistes, dont vous parlez, sont portés par des gens qui croient en eux, qui les défendent, parfois pendant des années avant de gagner le moindre centime (et je sais de quoi je parle). Ces gens qui les défendent et qui les portent n’ont sans doute pas le (bon) goût universel, je vous l’accorde, mais ils ont de la conviction et sont souvent des bourreaux de travail. Je ne sais pas, honnêtement, s’ils méritent la colère et la méchanceté dont vous faites montre… Je ne sais pas. Je pense qu’une indifférence, une simple indifférence publique serait bien mieux vécue par tous. Bien respectueusement, Isabelle

    • GBD dit :

      Madame…je comprends tout à fait que vous ne puissiez etre 100% en accord avec mon analyse,Pourtant lorsque vous écrivez: « Pensez vous que ces propos atteindront réellement celles et ceux que vous semblez vouloir atteindre (l’industrie musicale et ses acteurs) » vous vous trompez, ceux que j’attaque ne représentent pas l’industrie musicale et ses acteurs. pour moi « l’industie musicale » c’est gainsbourg et bashung, noir déze et téléphone, pas annie cordy et dick rivers ni michel sardou et sébastien. moi je ne mélange pas les torchons et les serviettes. mais si vous préférez aduler ceux qui n’en veulent qu’à votre esprit et SURTOUT à votre pognon, libre à vous, mais je reste persuadé qu’en adorant ceux que j’ai égratignés vous faites fausse route….bien à vous …gbd

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *