Beyoncé modifie « Renaissance » pour éteindre le feu de certaines critiques

BeyoncéSorti depuis moins d’une semaine, « Renaissance » le nouvel et attendu album de Beyoncé se retrouvait déjà sous le feu d’une double polémique, la première à cause de l’utilisation du mot spaz dans la chanson « Heated » pour désigner une personne stupide, terme jugé péjoratif de la part de défenseurs des personnes handicapées et sur un autre terrain son titre « Energy »  qui contenait une interpolation du tube de 2003 de Kelis, « Milkshake » produit et composé par Pharrell, dûment crédité… sauf que Queen Bee avait oublié de mentionner Kelis dans ses crédits. En moins de 48h double erreur réparée : exit le mot spaz et exit également le clin d’œil à la chanson de Kelis.

BeyoncéBeyoncé a annoncé qu’elle avait retiré une expression dénigrante de son nouvel album, « Renaissance », après avoir été confrontée à une véritable levée de boucliers en ligne ainsi qu’à des critiques de la part de défenseurs des personnes handicapées. Pourtant madame Jay Z avait reçu des critiques particulièrement élogieuses lors de la sortie de son septième album studio, inspiré par la danse, vendredi dernier (Voir sur Gnzomusic   ) , mais elle a du affronter ce week-end des auditeurs qui ont déploré l’inclusion d’un terme péjoratif dans son titre « Heated ». Sur la chanson, co-écrite par Drake, Beyoncé chante la phrase : « Spazzin’ on that ass, spazz on that ass ». Bien que le mot « spaz » soit souvent utilisé dans le langage courant pour décrire le fait de « péter les plombs » ou de « devenir fou », il est dérivé du mot « spastique », considéré comme dégradant pour les personnes atteintes de paralysie cérébrale spastique. Selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), ce trouble affecte la capacité d’une personne à contrôler ses muscles, en particulier ses bras et ses jambes.

Kelis

Kelis

La chanteuse a du faire une deuxième mise à jour de, « Renaissance », en supprimant une interpolation du tube de 2003 de Kelis « Milkshake » du morceau « Energy ». Peu de temps après la sortie de l’album, Kelis s’était exprimée sur les médias sociaux pour affirmer que Beyoncé avait utilisé des éléments de « Milkshake » sans sa permission expresse. Elle a affirmé que Pharrell Williams (qui a écrit et produit ‘Milkshake’ avec Chad Hugo sous le nom de The Neptunes) aurait autorisé  cette interpolation comme une « attaque directe » contre elle. La version originale de « Energy » interpole le refrain « la la la la » que l’on entend pour la première fois à la 30e seconde de « Milkshake ». Les credits de ‘Energy’ mentionne effectivement que la chanson contient une interpolation de ‘Milkshake’, et crédite Williams et Hugo comme auteurs-compositeurs. Kelis a été mentionnée comme ayant « interprété » la chanson interpolée, mais elle n’est pas citée comme auteur-compositeur pour « Energy » de la même manière que The Neptunes. Kelis a d’ailleurs reproché à Pharrell Williams de s’attribuer le mérite de chansons qu’il n’avait pas écrites. « Quand j’ai signé sur le label de Williams et Hugo, Star Trak, j’avais le même manager que lui, et il détient des crédits d’écriture sur mes disques – tous mes singles, par coïncidence – et il n’a jamais écrit une chanson [ou] un texte », a-t-elle déclaré. « Energy » a été mis à jour sur Tidal et Apple Music afin de supprimer la référence à « Milkshake » de la chanson. Cependant, le processus n’a pas été particulièrement facile : pendant un court moment, Tidal a eu un problème et ne diffusait que le clip vocal qui avait été supprimé lorsque les auditeurs essayaient de diffuser la chanson. À l’heure où nous écrivons ces lignes, la version originale de « Energy » peut toujours être écoutée dans la vidéo officielle de la chanson et sur Spotify.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.