AU REVOIR HUBERT MOUNIER PARTI BIEN TROP VITE ET BIEN TROP TÔT

Partager

 

Hubert Mounier

Purée c’est pas vrai… certaines nouvelles sont décidément plus dures à accepter que d’autres. Hubert Mounier, alias Cleet Boris, chanteur entre autres de l’Affaire Louis Trio et brillant dessinateur de BD terrassé aujourd’hui par une crise cardiaque. L’ALT tirait son patronyme de la fameuse « Affaire du courrier de Lyon », fameux cas de meurtre commis juste après la Révolution sous le Directoire qui avait alors enflammé les passions. Hubert et ses deux acolytes n’avaient pas fini de prendre l’histoire de France en otage !

 

Cleet BorisDécidément, nos héros du rock partent de plus en plus tôt, de plus en plus jeune. Bowie 65, Prince 57, Hubert 53…En 1987, j’assurais sur RFI une émission rock quotidienne baptisée « Planète ». Alors lorsque ce petit groupe lyonnais inconnu, signé chez Barclay par mon copain Constantin a publié son premier LP « Chic Planète », je n’ai bien entendu pas boudé mon plaisir et directement invité Cleet Boris, Karl Niagara et Bronco Junior. Je ne l’ai pas regretté, car ces trois-là étaient à l’image de leur musique, tels trois personnages de BD qui se tiraient la bourre à celui qui ferait la meilleure blague. Et c’était bien souvent Hubert qui décrochait la queue du Mickey. Plus tard pour BEST et d’autres médias, j’ai eu l’occasion de croiser l’Affaire Louis Trio. Et de l’apprécier. Car en ces temps reculés, le rock savait aussi nous faire rire avec des groupes comme Bill Baxter, par exemple. Mais, dans le genre les Lyonnais étaient au sommet, car leur pop et leurs précieuses harmonies tenaient sacrément bien la route pour un succès très largement mérité. Et cela durera jusqu’au milieu des années 90. Ensuite Hubert a pris son envol en tant qu’artiste solo et auteur de bandes dessinées, sans jamais sacrifier son humour corrosif.

Mobilis in mobile Affaire Louis Trio

 

Mais la mort est hélas au rendez-vous de l’Affaire Louis Trio. Le guitariste Bronco Junior décéde en 2008, à seulement 43 ans. Et le père d’Hubert/Cleet et celui de Karl/Vincent, car les deux sont frères, avait déjà trouvé la mort de manière dramatique, tué par balle au cours d’une fusillade dans un bar de Lyon en 76 . Les frangins composeront « Balle perdue » pour lui rendre hommage d’un simple clin d’œil. De l’ALT on gardera également le merveilleux « Mobilis in mobile », sans doute leur album le plus abouti . Après le départ de son frère du groupe, au tournant des années 00, Hubert vole alors de ses propres ailes alternant albums de BD et de musique, voire parfois les deux comme « La maison de pain d’épice » qui sort en 2011, à la fois disque et BD. Son dernier album publié était un CD de reprises acoustiques de ses chansons favorites « Simple appareil » et il travaillait actuellement sur une BD pastiche des aventures de Tarzan. Particulièrement actif sur Facebook, Hubert publiait très régulièrement des images et des photos aussi classiques que classieuses. Sa simplicité, son humour et son sourire nous manquent déjà. Face à cette insupportable nouvelle, toutes nos pensées vont à ses proches, à ses amis et à son public. On ne t’oubliera pas de sitôt Cleet Boris !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *