Andrew Loog Oldham devient prof au Canada

Andrew Loog Oldham & the Stones

Andrew Loog Oldham & the Stones

« Rock Dreams : A History, 1954-1984 Up Close and Personal with Andrew Loog Oldham « , est désormais proposé sous forme de cursus complet dès janvier à la Faculté des arts de l’Université de la British Columbia, au Canada. Le module académique enseigné par l’ex-manager des Stones sera carrément intitulé « cours de leçons de vie, utilisant la musique comme support ». Du coup, il est peut-être enfin temps reprendre nos études, non ?

Andrew Loog Oldham Andrew Loog Oldham avait à peine 19 ans lorsqu’il a plongé dans le courant tumultueux de l’avant-garde du rock and roll plus connu sous le nom de « British Invasion », devenant le premier manager et producteur des Rolling Stones en 1963 avant de fonder Immediate Records, un label influent avec un roadster de stars du rock qui comprenait Rod Stewart, Eric Clapton et Fleetwood Mac. Désormais, âgé de 75 ans, l’ex-manager rock se lance dans une nouvelle carrière : l’enseignement, au Canada, dispensant un cours sur ses rêves rock à l’université de la Colombie-Britannique. Loog Oldham a déclaré « vouloir apporter sa vaste expérience de l’industrie du disque et ses  » histoires de guerre  » à l’Université Thompson Rivers à Kamloops, en Colombie-Britannique, pour y donner un cours durant tout le premier semestre 2020 ». » Rock Dreams : une histoire, de 1954 à 1984 avec Andrew Loog Oldham « , est proposée sous forme de crédit complet dès janvier à la Faculté des arts. Il s’agit d’un « cours de leçons de vie utilisant la musique comme support ». « J’avais toujours eu l’ambition d’enseigner « , a confié Oldham lors d’une interview téléphonique depuis Bogota, en Colombie, où il réside désormais. « Je vais offrir de partager tout ce qui a constitué nos vies. Qu’est-ce qui nous rendait ambitieux en musique ou en art ou en je ne sais quoi que nous avons su créer. »

Andrew Loog Oldham Il a expliqué que son cours allait documenter de son point de vue, vécu de l’intérieur, tout ce qui consistait  l’Angleterre de l’après-Seconde Guerre mondiale, de la British Invasion des années 1960 et de la contre-culture, en passant par le punk des années 1970 et la nouvelle vague à la génération vidéo des années 1980. « Ce que nous faisions, en fait, c’était de refuser un emploi régulier, mais sans avenir, ce qu’on nous avait justement promis après avoir soi-disant gagné la Seconde Guerre mondiale « , a déclaré Oldham. « La musique était alors considérée comme un prix de consolation. » Oldham, qui a travaillé brièvement comme attaché de presse pour les Beatles avant de convaincre les Rolling Stones de devenir à la fois leur manager et leur producteur de disques, rappelle que, lorsqu’il a commencé à bosser avec les Stones, ceux-ci jouaient surtout des reprises de Rhythm and blues US, mais qu’il les avait alors encouragés à élargir les champs de leur créativité en composant leurs propres chansons. Sous sa houlette, les titres des Stones signés par Mick Jagger et Keith Richards ont compté parmi les grands succès des 60’s, tels que « 19th Nervous Breakdown », « Satisfaction », « Get Off of My Cloud » ou encore « Paint It, Black ». Du coup, c’est vrai, cela donne envie de reprendre ses études avec en plus l’assurance d’obtenir une super moyenne 😝

 

 

 

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. DENIS GARNIER dit :

    tu prends master euh non doctorat …. voir thèse ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.