ADELE : « 25 »

Partager

Adele

Adele est incontestablement la chanteuse british de tous les records et son 3éme album-phénomène n’échappe pas à la règle : « 25 » une des galettes les plus appréciées du moment vaut-elle son poids de cacahouètes…or not ? That’s the question !

Adele_-_25_(Official_Album_Cover)Une fois évacué le trouble évident de la jeune Anglaise avec les mathématiques, tout sera déjà plus simple. Résumons : à 20 ans elle fait « 19 », à 23 c’est « 21 » et aujourd’hui à 27 ans…elle publie « 25 » . Logical captain ? comme le disait Spock à Kirk. Forte en maths ou pas, trois semaines après sa sortie, cela n’empêche pas la jeune femme d’écraser tous ses concurrents du moment du poids de ses chiffres de vente. Et l’on comprend aisément pourquoi : Adele n’est pas une top model et ça nous fait des vacances. Elle reste fidèle à son pur accent cockney en working-class-girl-hero sans jamais nous faire croire qu’elle est une fille de la haute et surtout, avant tout, elle est dotée d’un sacré appendice. La musique tout comme la nature détestent le vide et ce n’est sans doute pas un hasard si Adele a ainsi émergé au moment ou Amy Winehouse disparaissait. De Dusty Springfield à Adele en passant par Annie Lennox, l’Angleterre a toujours su nous apporter ce «  je ne sais quoi » de blues aussi irrésistiblement féminin. Et la talentueuse Adele a toute sa place dans cette galerie de portraits de famille. Mais son 3éme album est-il exaltant d’un bout à l’autre du sillon virtuel? Devant, massif comme le golden hit qu’il est, il y a ce « Hello » premier single annonciateur de « 25 ». Alors oui, trois fois oui, même si elle nous avait déjà fait le coup avec « Skyfall »- à ce propos, Adele a réussi d’un tour de main à ridiculiser Sam Smith avec son James Bond « Writing’s On the Wall » tellement moisi- « Hello » est un simple si incroyable qu’il mérite d’être LE single de l’année. Cinglante et vibrante composition sur le thème de la Rédemption amoureuse, avec son texte imparable ( « I’ve been California dreaming about who whe used to be » en cool clin d’œil aux Mamas and the Papas) et son piano néo-« Hello » de Lionel Ritchie, l’homonyme « Hello » d’Adele s’impose comme la plus belle chanson de l’album.

 

Rétro cool nouvelle vague

 

Derrière si c’est plutôt pas mal, ce n’est tout de même pas non plus « Sgt Pepper ». « Send My Love To Your New Lover » qui suit n’est, par exemple, qu’une banale poperie au adeleniveau d’une vulgaire Taylor Smith. « I Miss You » est sympa avec son format voix/ batterie en avant sur un R&B un peu slow-motionné à la the Weeknd. Fort heureusement, Adele se ressaisit avec la superbe « When We Were Young » qui atteint le niveau d’un « Your Song » d’Elton ou d’une balade signée Harry Nilsson. De début intro voix piano au gospel final en crescendo c’est du vraiment lourd. On zappe « Remedy » un peu trop chansonnette easy listening pour arriver au léger tropical soul beat de « Water Under The Bridge » tubesque comme un hit de Lionel Ritchie ou de Eurythmics. Retour à la case « tout simplement pop » avec « River Lea », l’hymne nostalgique de son enfance londonienne passée à Tottenham qui sonne comme une chanson de Stevie Nicks boostée par le pouvoir des violons vibrants. Retour au piano avec son côté Elton au féminin, « Love in the Dark » est certes une jolie plante, mais qui est loin d’égaler la chanson suivante « Million Years Ago » sans doute l’autre perle de ce « 25 ». Celle-là ne manquera pas de séduire nos compatriotes avec son rétro cool nouvelle vague à la recherche de Françoise Hardy et de Pierre Barouh : à déguster avec son verre de vin et sa baguette. Encore un petit tour au piano et dans les 60’s avec « All I Ask » entre Carole King et Alicia Keys voire les Carpenters…et enfin tout s’achève sur la délicate « Sweetest Devotion ». En conclusion, tout cela reste d’un excellent niveau même si l’on ne peut à proprement parler de « CD historique ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *